L’Oligarchie des Incapables : Interviews de S. Coignard et R. Gubert

Les auteurs du livre l’Oligarchie des Incapables ont répondu à nos questions sur leur livre, et l’oligarchie en général.

Pour Sophie Coignard, l’oligarchie se défini par trois caractéristiques majeures :
– La cupidité
– Le fait d’utiliser le pouvoir à leur profit exclusif
– l’impunité

“Il y a une volonté de ne pas savoir. Il y a une France qui ne veut pas connaître ce qu’on raconte.”

Pour Romain Gubert,
“Il y a effectivement un journalisme de connivence qui ne parle pas d’un certain nombre de sujets qui fâchent.”
“On est en démocratie, si on regarde par rapport à ce qu’il se passe en Russie ou ailleurs. Mais celle-ci est perfectible.”
“L’élite n’est légitime que si elle est vertueuse.”
“Il faut des contre-pouvoirs à la pensée dominante.”

Vit-on vraiment dans une démocratie “perfectible” comme l’affirme Romain Gubert ? Etienne Chouard refuse d’utiliser le mot “démocratie” pour parler de notre système, qui selon lui n’en est pas une. Ce terme serait comme une sorte de “glue intellectuelle” empêchant de réfléchir…

(57)

A propos de l'auteur :

a écrit 158 articles sur ce site.


4 commentaires

  1. Magali dit :

    Merci et bravo Jonathan pour ces entretiens très intéressants.
    Je n’ai pas lu le bouquin mais, à écouter les deux vidéos, j’aurais plutôt appeler le livre “la démocratie des incapables” car le problème vient bien du manque de contre-pouvoirs comme le dit Romain Gubert.
    Dommage que Sophie Coignard ait fait semblant de ne pas comprendre la question “les électeurs ont-ils raison de voter pour ces “incapables”?”…
    Si nous vivons en démocratie, c’est bien le peuple qui doit être tenu pour responsable non?

    • Merci Magali ! Le peuple est déjà tenu responsable des agissements de ses élites. C’est lui qui paie le plus grand tribu dans la crise que nous traversons ! L’ennui, c’est que les responsables sont toujours en liberté, et que tout continue comme avant. Est-ce que ça c’est une démocratie ? Si seulement les médias faisaient leur travail de pédagogie, alors peut être pourrait-on tenir les gens pour responsable. Mais lorsqu’on sait qu’aujourd’hui il s’agit davantage d’une société du divertissement, une industrie du “scoop” et de l’instantané, alors peut-en vouloir aux gens d’avoir laissé faire ? Je crois simplement qu’il faut aller de l’avant, se rendre compte des erreurs commises dans le passé, et en profiter pour prendre bonnes notes de celles-ci et penser sérieusement le monde de demain, qui n’attend que nous pour se mettre en place !

  2. benjamin dit :

    mouais , Gubert du Point , j’ai pas bien confiance…entre faire un bouquin et être vraiment anti-oligarchique il y a un monde …..mais c’est déjà bien … je le trouve très discret sur ces questions , sur LCP notamment où il a souvent la parole.
    de plus Coignard est un peu légère dans ses réponses .
    je devrais sans doute le lire pour me faire une idée plus précise 🙂 mais là je lis la décomposition des nations européenne de Pierre Hillard , autrement plus intéressant et documenté. , je verrai après donc , encore que ….
    j’attends avec impatiente le livre d’Asselineau.
    très belle itw en tout cas

    nb : risible, la réaction d’Alain Minc sur ce bouquin : http://www.lepoint.fr/economie/alain-minc-la-france-est-un-pays-plutot-vertueux-06-01-2012-1415982_28.php

Laissez un commentaire

Why ask?