Paul Robeson : un polymathe au service de l’humanité

                                 

Figure effacée volontairement de l’histoire contemporaine, Paul Robeson était un athlète, chanteur, acteur, avocat, initiateur du mouvement des droits civiques aux USA et se battait pour l’émancipation  des peuples dans le monde entier. Il a acquit sa célébrité à une époque où la ségrégation était légale aux Etats-Unis et où les afro-américains était lynchés par des groupements racistes, plus particulièrement dans le sud.

Né le 9 avril 1898 à Princeton, au New Jersey, Paul Robeson était le plus jeune de 5 enfants. Son père était un esclave qui c’est échappé, à participé à la guerre de cessesion et est allé à l’université Lincoln, sa mère était issue d’une famille de Quaker  qui pronnai l’abolition de l’esclavage. La famille de Robeson connaissait donc les difficultés et la détermination à fournir pour les dépasser.

En 1915, Paul Robeson obtint une bourse d’Etude à l’université de Rutgers. En dépit des violences et du racisme de ses coéquipiers blancs( tentatives de meurtre), il gagne plusieurs championnats en Baseball, basket ball et de course. Il fut appelé deux fois pour participer à l’équipe nationale de football américain


A l’école de droit de Columbia, Robeson rencontra Eslanda Cordoza Goode( la première femme noire à diriger un laboratoire de pathologie.), qu’il épousa. Après ses études,  Il obtint  un poste dans un cabinet d’avocat, mais démissionna lorsque dans un tribunal on refusa de noter sa plaidoirie..


 

                 

      Il quitta la pratique du droit pour une carrière artistique dans le théâtre et la musique afin de promouvoir la culture et l’histoire Afro-américaine. Londres, Robeson acquit une audience internationale dans son rôle dans la pièce Shakespeare Othello, pour lequel il obtint le Donaldson Award for Best Acting Performance en 1944. Il tourna aussi deux films Emperor Jones et All God’s Chillun Got Wings.  Il fut  acteur dans le film Showboat où il chante « Old man River ».

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=iEQEeNhtosg]

Il est connu pour avoir changé les paroles  « …I’m tired of livin’ and ‘feared of dyin’…., »(je suis fatigué de vivre dans la peur de mourir) pour une déclaration de résistance « … I must keep fightin’ until I’m dying…. »(je me batterai jusqu’a ce que je meurs).

Il tourna 11 films dont Body and Soul (1924), Jericho (1937), and Proud Valley (1939). En voyageant, Robeson réalisa que le racisme n’était pas aussi virulent en Europe que aux USA. Dans sa mère patrie, il lui était difficile de trouver des restaurants qui lui ferai le service, les théâtres à New York ne permettrai aux noirs que de s’asseoir dans le fond et ses performances prenaient lieu  souvent dans un climat de menaces et d’insultes . En revanche, à Londres ses performances créaient menait l’audience à demander une autre représentation jusqu’a 12 fois.

Paul Robeson utilisa la voie grave de Baryton pour promouvoir les Black spirituals, et aller à la rencontre des autres cultures, par l’intermédiare des mouvements sociaux de son époque. Il chanta pour la paix et la justice en plus de 25 langues aux USA, en Europe, en Union Soviétique, et en Afrique. Il devint citoyen du monde et avait des afinités aussi bien à Moscou, Nairobi, ou Harlem.

Soucieux de faire évoluer la cause des peuples et des minorités il entra de plus en plus en politique. Sa femme s’entretint souvent avec Eleanor Roosevelt, la femme du président de l’époque, aussi bien pour les questions culturelles que pour la cause des Afro-américains.

Parmi ses amis, Robeson pouvait compter le futur leader africain Jomo Kenyatta, Nehru, Emma Goldman, James Joyce et Ernest Hemingway. En 1933, Robeson donna ses recettes du film All God’s Chillun aux réfugiés Juifs ayant quité l’Allemagne Nazi .

En 1937 il déclara:  » l’artiste doit choisir entre la liberté ou l’esclavage. J’ai fais mon choix. Je n’avais pas d’autre alternative ».

En 1939, il chanta Ballad for Americans, une cantate célébrant l’identité multi-ethnique et multi-raciale de l’Amérique. Il obtint la plus grande audience depuis la guerre des mondes de Orson Welles.

Durant les années 40, Robeson continua à se battre contre le racisme, en soutient des travailleurs, et pour la paix. Il devint le champion des syndicats, il faisait des speechs aux manifestations, dans des conférences et aux réunions de l’internationale socialiste.

Il croyait en la coopération internationale et protesta fortement contre la guerre froide et travailla fermement pour une amitié entre les USA et l’URSS.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=z0THhn1j7FA]

En 1945, il fut à la tête d’une organisation qui millita pour que le président Truman soutienne une loi contre le lynchage.

Dans un contexte de mac cartisme, Robeson ouvertement questionna le fait que les afro américain participent à la guerre de Corée dans une armée qui tolère le racisme.

N’ayant pas sa langue dans sa poche il continua à critiquer à tel point qu’il fut accusé d’activités anti-américaines et d’être un communiste. Il y vit en cela une attaque contre les droits de ceux qui se battais pour une amitié internationale et pour l’égalité.

Il continua à se battre sans jamais revenir sur ses déclarations. Le gouvernement lui retira son passeport afin qu’il ne puisse plus quitter les USA et porter une voix dissidente hors d’Amérique.

Sa carrière en tant que chanteur y fut quasiment sacrifiée. 80 de ses concerts furent annulés et en 1949 deux concerts internationaux furent attaqués par des manifestations raciste sans que la police n’intervienne. Robeson répondit:  » je chanterai où que ce soit que les gens veulent que je chante…. Et je ne serai pas effrayé par des croix en feu in Peekskill où nule part ailleur ».

Il récupéra son passeport en 1950 et continua sa bataille pour les droits civiques en organisant des meetings et étudia le chinois. Il rencontra Albert Einstein au sujet de la paix mondiale, et publia son auto biographie.

 

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=wJv0jMLLRcw]

Bien que de plus en plus occulté de la vie publique il continua à oeuvrer pour le bien de tous et mourrut en 1977.

Aujourd’hui, la culture de masse nous enseigne la médiocrité et le replis identitaire. C’est au contraire en continuant l’oeuvre universelle de personnes telles que Paul Robeson que nous pourront progresser au delà des préjugés et de l’ignorance. 

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=z0X0uw9RzUo]

playlist you tube:

http://www.youtube.com/watch?v=9qXBG5BRT3c&feature=autoplay&list=AL94UKMTqg-9BPixw4gAIoi1fUBmPP9ASL&playnext=14


(373)

A propos de l'auteur :

a écrit 30 articles sur ce site.


1 commentaire

Laissez un commentaire

Why ask?