Lettre ouverte à nos concitoyens concernés par l’islam, par Serge Grossvak

Certains d’entre nous sont croyants, chrétiens, juifs, musulmans ou autres. Beaucoup d’entre nous sont athées et n’hésitent pas à critiquer les religions, les moquer, voire à en blasphémer les symboles ressentis comme aliénants.  Nous ne devons pas vous le cacher, nous aimons la critique, la remise en cause, la moquerie. Cet esprit de fronde nous libère en nous autorisant à penser hors de conceptions dogmatiques. C’est un droit, notre droit, et nous y tenons.

Mais, chers concitoyens qui vous réclamez d’une forme d’adhésion religieuse ou culturelle à l’islam, aujourd’hui nous sommes affligés et révoltés par ce malsain climat de dénigrement à l’égard de tout ce qui touche de près ou de loin  à l’islam, à une part de votre identité. Le caractère continu des campagnes médiatiques à votre encontre n’entre plus dans le cadre d’une légitime critique de la religion, des religions,  mais est devenu un dénigrement nauséabond. Nous vivons un magma où se mêlent viande hallal, pain au chocolat, violence de banlieue, voile et niquab, caricatures, attentats, polygamie…  Ce climat actuel prend racine dans des épisodes peu glorieux : ceux des mépris à l’égard des « macaronis », des « youpins », des « espingoins », des « polacks », des « nègres », des « bouseux », des bougnats auvergnats, des bretons… dans ces pans délétères de notre histoire nationale, que nous voudrions révolus, et qui profitent de chaque recul des valeurs humaines de solidarité, des effacements des fondements démocratiques et de l’esprit républicain authentique.

Bien sûr que nous n’ignorons pas certains faits insupportables, contraires aux droits de l’homme, et qui sont constatés dans certains pays. Leurs auteurs les justifient au nom de l’islam. Nous les condamnons. Nous ne condamnons pas l’islam. Comme par le passé, comme à chaque poussée raciste, certains veulent en déduire une supériorité intrinsèque d’un groupe humain sur un autre groupe humain. Aujourd’hui l’Occident est présenté donnant la leçon à l’Orient. L’histoire, cruelle, nous a pourtant enseigné qu’en matière d’atteinte aux droits de l’homme l’Europe n’a pas été préservée. « Le ventre est toujours fécond d’où est sortie la bête immonde» ainsi que  le montre l’actuelle montée des « idées » de l’extrême droite.

Ce ventre fécond d’où naît tout autant la « cellule terroriste » dévoilée dans notre pays ou le tueur norvégien Breivik. Ce ventre de haine que nous avons à combattre avant qu’il ne soit trop tard pour nous tous que nous croyons en Dieu ou que nous n’y croyons pas, que ce Dieu soit celui des musulmans, des juifs ou des chrétiens. Défenseurs de la dignité nous devons nous unir par-dessus les frontières, par delà les différences de croyances ou d’incroyance.

Nous qui signons cette lettre, voulons adresser une alerte.

C’est à l’ensemble des Français, de ceux qui font notre pays que nous voulons dire attention !  On veut nous engager sur une pente périlleuse. Au bout de celle-ci, on ne trouve que la haine et l’ignominie. Notre passé récent nous a montré que cette haine peut mener très loin.

Notre alerte est sans complaisance et veut marquer notre solidarité active pour un indispensable sursaut en faveur du vivre ensemble. Nous voulons interpeller le Président de la République, et l’ensemble des pouvoirs publics dont le devoir est d’œuvrer à la fraternité des citoyens.

Lettre publiée par Serge Grossvak

(79)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 860 articles sur ce site.


2 commentaires

  1. Christian Lacombe dit :

    Allez savoir pourquoi, mais… « Je suis frappé depuis quelques années par l’opération de médicalisation systématique dont sont l’objet tous ceux qui ne pensent pas dans la juste ligne : on les taxe de phobie » écrit Philippe Muray dans le tome III de ses « Exercices spirituels ».

  2. Da Man dit :

    Le pire, c’est que ce mouvement de dénigrement peu réfléchi et qui masquent les problèmes plus sérieux (par effet d’éviction) concerne toutes les obédiences politiques.
    La gauche comme la droite l’entretiennent de manière douce et l’extrême-droite ne centre désormais son action politique que sur cette hostilité, abandonnant ainsi ce nationalisme de droite, jusqu’ici son crédo.
    Voir un article qui traite de cette révolution culturelle au FN:
    http://www.divergenc.es/content/le-fn-de-marine-mutation-moderniste-vers-un-club-anti-rebeu

Laissez un commentaire

Why ask?