Peut-on guérir du sionisme ?

Le titre de l’article aura probablement choqué certaines personnes. C’est volontaire. Bien entendu, le sionisme n’est pas une maladie… Mais vous allez très vite comprendre pourquoi j’ai fait cette provocation…

Peut-on guérir de l’antisémitisme ? Telle était la question posée à des passants parisiens, à l’occasion de la Convention Nationale du CRIF dont l’édition 2013 était intitulée « Combattre la menace antisémite ».

Prenons un peu de recul. Premièrement, la question sous-entend que l’antisémitisme est une maladie, ce qui semble évident pour le journaliste et les interviewés. Mais est-ce réellement le cas ? Écoutons la définition de Wikipedia :

« L’antisémitisme est le nom donné de nos jours à la discrimination, l’hostilité ou les préjugés abusifs à l’encontre des Juifs, ainsi que l’ensemble des rumeurs malveillantes répandues à leur sujet. Il s’agit donc d’une forme particulière de racisme. »

Mais le racisme est-il une maladie ? Et bien non. Toujours d’après Wikipedia, il s’agit d’une idéologie. D’après moi (et pour beaucoup de gens), il s’agit d’une idéologie nauséabonde. Mais ce n’est pas une maladie. Donc la question est mal posée ! En effet, comment pourrait-on « guérir » d’une idéologie ? Cela n’a pas de sens !

Je vais tenter une réponse à cette question : pourquoi certains juifs perçoivent-ils l’antisémitisme comme une maladie ? On entend souvent dire de leur part que l’antisémitisme en France se développe. Si l’on considère l’antisémitisme comme une maladie, alors il est simple et logique de se dire qu’on est face à une épidémie. Il n’y a pas besoin de beaucoup réfléchir : pas de causes, pas de responsabilités.

Mais si l’on considère l’antisémitisme pour ce qu’il est, c’est-à-dire une idéologie, alors une question s’impose : pourquoi cette idéologie se développe-t-elle ? C’est une question taboue pour beaucoup de juifs, car certaines des réponses se trouvent à l’intérieur de la communauté juive de France, profondément divisée autour de la question du sionisme. Car d’après la plupart des sionistes, les raisons de ce développement seraient toutes exogènes à la communauté, ce qui n’est pas très rationnel.

Il y a une deuxième raison. Si l’antisémitisme est une maladie, alors elle est potentiellement contagieuse. Donc il est deux fois plus impératifs de la circonscrire. Il faut également stopper les vecteurs de contagion. Et d’après certains sionistes, LE vecteur de contagion de l’antisémitisme, c’est l’antisionisme. Cet amalgame est très pratique pour étouffer toute contestation de l’idéologie sioniste.

En conclusion, je dirais que l’antisémitisme est une idéologie, et qu’un être humain endoctriné par une idéologie (quelle qu’elle soit) peut tout-à-fait en sortir. Donc oui, on peut sortir de l’antisémitisme. Tout comme on peut sortir du sionisme.

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 498 articles sur ce site.


3 commentaires

  1. Pablito Waal dit :

    Le mot « circonscrire » aurait été plus pertinent que « circoncire »…
    Plus sérieusement: sur le même raisonnement, doit-on dire que le rejet de l’Islam tire une partie de ses causes des musulmans eux-mêmes?

    • Oups, merci, c’est corrigé !!

      Pour ta question, je ne dirais pas des musulmans eux-mêmes, mais de certains musulmans. C’est une nuance de taille. De la même façons, quand je parlais de raisons endogènes, je ne parlais certainement pas de l’ensemble de la communauté juive, mais du comportement et du discours de certains juifs en particulier.

      • Ange Elle dit :

        Je suis musulmane et je suis D’accord sur le fait que certains musulmans abîment l’Islam. Bien entendu!! Puisqu’ on fait inévitablement un lien entre ce qu ils sont et la religion qu ils sont supposés représenter . Ainsi en va-t-il des juifs eux-mêmes .

Laissez un commentaire

Why ask?