Interview de Lorànt Deutsch

Le Cercle des Volontaires a rencontré Lorànt Deutsch et a pu lui poser quelques questions, notamment au sujet de son livre « Métronome, l’histoire de France au rythme du métro parisien », paru en 2009 chez Michel Lafon. L’acteur et écrivain nous raconte comment son livre a été attaqué, en particulier par des historiens et des étudiants politisés. L’Histoire est un sujet sensible, bien souvent écrite par les vainqueurs. Apporter une vision nouvelle sur telle ou telle période dérange forcément les thèses établies. Voici donc l’interview de Lorànt Deutsch.

6 Comments

  1. Entretien intéressant. Merci.

  2. reneegate dit :

    Encore un mec prêt à discuter, qui ne fait pas de politique, mais qui site 3 fois les communistes et le front de gauche, nonce les travers de Robespierre et pas un mot sur les sévices endurés par le peuple français sous les règnes des Capet. Je ne comprends pas vos motivations à diffuser cet interview. Dutch est surexposé par les média et il me semble que d’autres visions de l’histoire sont tenues au silence. J’hésite à faire du ménage dans mes favoris

    • Pablito Waal dit :

      Il cite le Front de Gauche car ce sont des membres du FDG qui ont lancé des polémiques contre lui. Dans l’interview, il ne prétend pas être partisan de l’Ancien Régime d’avant 1789. Ensuite, si vous avez des noms de gens défendant des points de vue historiques originaux, les recommander au Cercle des Volontaires sera une démarche plus constructive que de supprimer des liens dans vos favoris.

  3. Pablito Waal dit :

    Très bonne interview. Son argument pour la monarchie m’a laissé de marbre, mais en même temps, il a surtout insisté pour dire qu’il n’était pas un militant, et c’est bien ce qui apparait dans l’interview.

  4. Sébastien dit :

    Il est sympa mais je comprends qu’il puisse énerver les historiens.
    Franchement, une monarchie parlementaire ça changerait quoi ? Ca ferait plaisir à M. Bern et aux lecteurs de Voici ou Gala mais à part ça…
    Une monarchie de droit divin, là c’est autre chose, ça a une autre gueule, mais il faut être sacrément idéaliste pour l’envisager aujourd’hui.

Leave a Comment

Why ask?