ArticleFrance

Nan mais allô, quoi !

Décidément, elles refont encore parler d’elles. Non contentes d’avoir provoqué, la fois dernière, des Hommes des Cavernes quitte à se faire tabasser, voilà nos Nabila de la cause féministe courroucées après les salafistes. Explications:

Si vous avez manqué le début : Quelques semaines auparavant, la première Femen tunisenne, Amina Tyler, s’est amusée à imiter ses idoles en posant torse nu sur internet avec marqué dessus: « Morais, Fuck your moral » et « Mon corps m’appartient, il n’est l’honneur de personne ».

Avant tout soulevons un point critique. La situation en Tunisie s’est dégradée. Les salafistes tentent par tous les moyens d’imposer leurs vues, malgré qu’ils soient en minorité, et vont jusqu’à s’en prendre physiquement à des artistes ou à des étudiants qui veulent « déconner » en faisant des Harlem Shake. Pire encore, un couple est actuellement poursuivi en justice pour s’être seulement embrassé en place publique. Et on ne peut que donner raison aux étudiants qui, en guise de protestation, en ont fait de même. Amina Tyler, le problème, c’est que je ne lui donne pas tort non plus. En effet le corps n’appartient qu’à celui qui y loge dedans et c’est absurde d’entendre des abrutis invoquer un livre saint pour chercher à exercer le contrôle d’une population. La religion, la foi, c’est en soi, c’est pour soi. Amina Tyler est à l’heure actuelle internée dans un hôpital psychiatrique à la demande de sa famille, qui dit craindre pour sa vie.

 

Maintenant, reste que les Femen font vraiment n’importe quoi. L’autre jour à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, sur France Inter, un Brice Couturier très critique émettait ses réserves quant aux actions d’InnaNabila Chevchenko et de ses camarades avant de se faire assaisonner puis reprendre à la fois par la leader du groupe, par Danielle Sallenave, et bien sur Caroline Fourest qu’on ne présente plus. Pauvre homme minoritaire sur un plateau de télévision qui a fait l’erreur terrible – non, l’impardonnable erreur – de soulever que la France était quand même plus démocratique que la Biélorussie de Lioukachenko, et que saboter une messe à Nôtre-Dame n’avait rien de séditieux, de politiquement incorrect, et que cela suscitait plus de colère qu’autre chose. Pour info, Mlle Chevchenko a quitté son pays natal après avoir tronçonné une croix par solidarité envers les Pussy Riots, problème c’était un monument dédié aux victimes du Stalinisme ( ça les médias ne le disent pas).

 

Côté « parrainage » des rumeurs persistent que les Femen seraient financées par les milliardaires Allemands Helmut Grier et Beat Schober, ainsi que par l’américain Jed Sunden. Une journaliste infiltrée aurait découvert qu’elles seraient payées pas moins de mille dollars par mois. Il est vrai que ça coûte de nos jours un local en plein Paris, plus l’équipement relatif au maquillage, plus les services d’une experte en Jiu-Jitsu, plus les frais de voyages.

Lien intéressant : Chusmartinez2013

Donc, voila. Par solidarité vis-à-vis d’Amina Tyler, trois Femen ont cru bon de brûler un drapeau salafiste devant la Grande Mosquée de Paris, alors qu’en réalité c’était un drapeau musulman où il était écrit « Je témoigne qu’il n’existe nul autre dieu que dieu, et muhammad est son messager ». Encore une fois, InnaNabila n’a pas réfléchi. Action totalement gratuite et débile car les musulmans français n’avaient rien à voir dans cette histoire, même si on voudrait bien entendre les modérés rejeter avec force les fondamentalismes rétrogrades. Et évidemment en retour des pelletées d’injures dégueulasses qu’on retrouve même chez certains dissidents, elles trouveront bien de bonnes consciences pour les encourager à perpétuer leurs actes qui ne servent à rien.

Citation de Mlle Chevchenko à propos des féministes trop instruites : « Nous avons voulu montrer que les féministes ne sont pas que des vieilles femmes cachées derrière leurs bouquins ». Sympa pour les femmes telles que Virginia Woolf, Emily Brontë, George Sand, qui à mon humble avis risquaient beaucoup plus qu’une petite activiste incapable de s’exprimer autrement que par le biais de provocations au ras des pâquerettes. Sympa aussi pour l’écrivaine turque Elif Shafak qui a risqué trois ans de prison pour « avoir insulté l’identité nationale » puisque l’un de ses livres relatait le génocide arménien. Mais bon, des femmes on ne retient que leurs formes pas ce qu’elles écrivent en pensant à voix haute.

Ah, et pour finir petite trouvaille juridique : contrairement à ce qu’on entend, il n’existe pas de loi relative à l’interdiction de se balader torse nu en pleine ville, par-contre il existe des arrêtés municipaux qui sont le plus souvent appliqués dans des localités à fortes concentrations touristiques (Saint-Tropez par exemple) en raison des pics de chaleur important.

(272)

13 réflexions sur “Nan mais allô, quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?