Le chef de la centrale de Fukushima vient de mourir à 58 ans d’un cancer de l’œsophage

Le chef de la centrale de Fukushima ayant vécu le séisme et le tsunami vient de mourir à 58 ans ce mardi 9 Juillet 2013… d’un cancer de l’œsophage. Voici la traduction littérale d’un article d’Associated Press paru dans la presse japonaise d’hier, Mardi 9 Juillet 2013 :

 

Masao Yoshida, l’homme qui a mené la bataille en risquant sa vie à la centrale ruinée, est décédé d’un cancer de l’œsophage. Il avait 58 ans.

Il a vécu la spirale infernale des événements, qui ont conduit aux fusions de trois cœurs nucléaires (NDT : les réacteurs 1, 2 et 3 ont fondu, c’est la piscine de refroidissement de combustibles usés qui a fait exploser le bâtiment réacteur n°4, alors que les réacteurs 4, 5 et 6 étaient à l’arrêt « à froid » depuis plusieurs mois avant le séisme fatidique).

Les responsables de TEPCO (Tokyo Electric Power Co.) ont déclaré que la maladie de Yoshida n’était pas liée à l’exposition radioactive.

Yoshida a dirigé les efforts visant à stabiliser la centrale nucléaire n°1 de Fukushima après le 11 Mars 2011, où le tremblement de terre et le tsunami ont mis ses systèmes d’alimentation en électricité et d’accès à la source froide hors service, provoquant la fusion des 3 réacteurs nucléaires et des fuites de radionucléides massives.

Se rappelant les premiers jours, lorsque les trois réacteurs ont fondu successivement, Yoshida a déclaré plus tard :

« Il y a eu plusieurs moments où je pensais que nous allions tous mourir ici. Je craignais que l’usine ne devienne hors de contrôle et que ce serait fini pour nous. »

Yoshida, un homme franc, de grande taille et doté d’une voix forte, n’avait pas peur de contredire ses supérieurs. Il était également connu pour être une personne bienveillante envers ses collègues.

Même après que le premier ministre Naoto Kan, qui avait été extrêmement frustré par le manque d’information initial et les manipulations de TEPCO, avait déclaré après avoir rencontré Yoshida sur place, qu’il pouvait lui faire confiance.

Yoshida a démissionné de son poste de chef du complexe nucléaire en décembre 2011, en annonçant qu’il était atteint du cancer. Cette démission eut lieu après que les travailleurs aient commencé à mettre le site sous contrôle.

Le porte-parole de TEPCO, Yoshimi Hitosugi a annoncé que Yoshida était décédé au matin du 9 Juillet 2013 dans un hôpital de Tokyo.

Yoshida a apporté une cohésion chez les travailleurs et a gardé leurs esprits à même à survivre à la crise. Il avait exprimé son espoir de retourner travailler pour le rétablissement de la centrale de Fukushima-1, même après être tombé malade; rapporte le président de TEPCO, Naomi Hirose.

« Il a littéralement mis sa vie en danger face à l’accident », a déclaré Hirose dans un communiqué. « Nous gardons ses vœux à notre cœur et feront tout mettre en œuvre la reconstruction de Fukushima, qu’il a essayé de sauver à tout prix. »

 

Dépêche de l’Associated Press, du Mardi 9 Juillet 2013.

Source : ajw.asahi.com

 

Commentaire personnel :

Il est évident que Masao Yoshida a ingurgité une dose très conséquente de radionucléides, et qu’il s’est contaminé mortellement.

Tout comme il est évident que TEPCO ment effrontément : bien sûr que Yoshida est mort des suites de son exposition. Mais voici comment.

La contamination radioactive peut être passagère (c’est du moins ce qu’on essaye de faire avec l’injection de liquides radioactifs pour un examen médical du type scintigraphie ou par ‘TEP’ : Tomographie par Émission de Positons), mais dans la mesure où on est jamais vraiment sûr que l’organisme rejette totalement l’élément radioactif en question, on s’arrange pour que le radionucléide soit le plus pur possible (pas d’autres radionucléides que celui choisi), et surtout on emploie des radionucléides à demi-vie très, très courte.

En France (comme ailleurs), on emploie du Fluor 18, un émetteur de positons (c’est à dire des anti-électrons, notés e+, alors que les électrons qui font tourner votre ordinateur sont notés e-, car de charge toujours négative) et le Fluor 18 est aussi un émetteur de rayons gamma, c’est à dire des photons d’une énergie encore plus grande que les rayons X.

Le Fluor 18 est doté par la nature d’une demi-vie de 109,77 minutes (soit 1h50) et n’existe pas à l’état naturel. Un gramme de Fluor-18 « fraîchement » obtenu représente 3,52×1018 Becquerels, soit 3 520 000 000 000 000 000 désintégrations, par seconde et par gramme…

Pour comparaison, la radioactivité naturelle d’un corps humain de 1930 (âge pré-nucléaire) de 80 kg était de 9500 Becquerels environ…

On fabrique le Fluor 18 dans un accélérateur linéaire de particules ou un synchrotron, en bombardant une cible d’Oxygène-18 très pur (et maintenu sous forme de glace à -240°C), avec des protons de haute énergie (dans les 18 Mégaélectronsvolts).

Ce qui permet aux médecins de diviser par 1024 la dose administrée au patient au bout de 10 fois 109,77 minutes. Autrement dit, au bout de 15 heures, la dose de l’injection est divisée par 1024.

Mais quand on voit la très forte activité spécifique du Fluor 18, il faut plutôt attendre que l’activité se divise par un milliard et des patates, même si on ne va jamais vous administrer un gramme de cette substance. En effet 2 x 2 x 2… répété 30 fois nous donne 1 milliard 073 millions 741 mille 824. Ainsi, au bout de 30 périodes, on va diviser la dose administrée de 1 073 741 824 fois. Ouf !!!

Soit 30 périodes de 110 minutes chacune, soit 3300 minutes, soit 55 heures !!

Le problème avec les travailleurs du nucléaire, c’est que eux ramassent des saloperies (par la peau, par la respiration, par l’eau bue, les aliments) qui crachent beaucoup plus fortement que le Fluor-18 (au niveau de l’énergie des rayons), et avec des durées de demi-vie très longues : c’est à dire qu’il y a moins de Becquerels par gramme de ces saloperies radioactives, mais l’énergie émise par les rayons bêtas ou gamma est plus importante.

Si on prend le Plutonium-239 (qui a pas mal fuité des réacteurs), il lui faut 24100 ans pour perdre la MOITIE de sa radioactivité.

Le rayonnement émis par le plutonium, ce n’est pas un électron (bêta -), ni un anti-électron (bêta +) ou un photon de haute énergie (gamma), c’est un noyau d’Hélium. En comparaison des 3 autres particules qui font office de fléchettes (peu freinées par la matière environnante), une particule Alpha c’est un BOULET DE CANON.

Une particule Alpha, c’est lourd (2 neutrons accolés à 2 protons), ça va à 30 000 km/seconde, et surtout la probabilité de rencontrer de la matière (de l’air, de l’eau) est si grande que ce rayonnement est très vite arrêté. La mafia nucléaire dit qu’une simple feuille de papier arrête le rayonnement Alpha, ce qui est exact. Mais si vous ingérez une poussière émettrice de particules Alpha, la feuille de papier …c’est vous. Et il va y avoir des dégâts terribles pour la matière qui va l’intercepter, la particule « de passage »…

Et quand on respire un « émetteur Alpha », celui-ci fusille l’ADN à la manière d’un Strike sur une piste de billard. Alors bien sûr, l’ADN se répare, il est fait pour ! Mais avec des erreurs… et surtout, la poussière émettrice en Alpha RESTE dans les tissus, et son rayonnement est « étouffé » par la matière corporelle. Si cette particule radioactive n’émet qu’en Alpha, elle est indétectable : le corps fait écran.

Ce qu’il y a de très grave, c’est que très peu de matière vivante est affectée par le rayonnement. Mais les dégâts cellulaires causés LOCALEMENT sont énormes. On appelle ça « l’Effet de proximité » : les « quelques » cellules concernées par le rayonnement Alpha, elles s’en prennent, mais alors plein la gueule.

Voilà comment Yoshida et tout les autres forçats du nucléaire meurent comme des mouches, souvent de cancers, comme par hasard.

 

En 1982, le laboratoire nucléaire de Los Alamos a fait respirer des poussières microscopique de plutonium à des singes. Ils les ont tué, les ont découpés, congelé leurs poumons avant de les redécouper en très fines lamelles, façon Carpaccio.

L’idée, c’était de tomber « pile » sur une particule émettrice Alpha suffisamment proche de la plaque photographique, pour capter la trace des particules Alpha émises. Et voilà ce qu’ils ont obtenu :

Particule de plutonium dans les cellules pulmonaires d’un singe, traces des particules Alpha émises. Photo de DelTredici, du Lawrence Livermore Labs. – Septembre 1982, grossissement 500x

Une telle poussière délivre en une année aux cellules avoisinantes (on voit bien le noyau qui renferme l’ADN) une dose ENORME : 1360 Sieverts PAR AN.

La source avec les calculs détaillés est ici, attention elle envoie du TRÈS TRÈS lourd à la conscience, il faut beaucoup de courage pour lire ce qui y est écrit, c’est CELA la vérité scientifique du nucléaire : http://aipri.blogspot.fr/p/le-plutonium-239-cest-pas-du-chocolat.html

Pour rappel, la dose mortelle dans 50% des cas est de 5,0 Sieverts reçus sur tout le corps, celle mortelle dans tout les cas est de 7,0 Sieverts, reçus sur tout le corps.

Voilà ce qui arrive quand un malheureux Japonais s’est pris 17 SIEVERTS. Attention, c’est vraiment pas beau :

Photo de Tokaimura (1999)

Cette poussière de plutonium « DONNE » le cancer aux cellules qui l’entourent, et sa très longue demi-vie (24100 ans) la rend mortelle pour des générations qui auraient le malheur d’entrer en contact court ou prolongé avec elle.

C’est ce qui fait dire à Leona Marshall, une des scientifiques membre du programme nucléaire américain ‘Projet Manhattan ‘: « Quand vous en prenez un lingot en main, on sent qu’il est chaud comme un lapin vivant ».

Et il n’y a pas que le plutonium qui est aussi radiotoxique.

Les produits de la fission des lourds noyaux d’uranium ou du plutonium sont aussi de puissants émetteurs, à un point tel qu’on peut réaliser des « autoradiographies » : poser un objet contaminé sur une plaque radiographique permet de mettre en évidence là où une matière radioactive se trouve.

Ici, un exemple avec des filtres à air de voitures que des gens au Japon et à Seattle ont envoyé à un laboratoire indépendant, pour analyse :

Autoradiographies de filtres à air de voitures, envoyées par des particuliers au Japon et aux USA (Seattle, état de Washington), 31 Octobre 2011 par Marco Kaltofen – Présence de Cs-134, Cs-137, I-131, I-129 et Co-60

 

Les filtres retenaient des particules solides jusqu’à 45 microns (0,045 mm). On imagine donc comment les travailleurs de l’enfer nucléaire ramassent, et pas qu’au Japon d’ailleurs… en France aussi.

Alors pour essayer d’éviter l’hécatombe, les kamikazes, pardon, les travailleurs de cette grande industrie d’avenir emploient une charmante combinaison gonflable qui a pour but d’empêcher que des poussières mortelles soient respirées par eux. C’est la combinaison « Mururoa F1 », du nom de l’atoll polynésien sur lequel le « Pays des Droits de l’Homme » est allé épandre ses instruments d’apocalypse… Combinaison disponible en collection « Hiver nucléaire », bonne à porter toute l’année et pour un bon moment encore !

Admirez comme c’est seyant, en Rose Mariage Pour Tous :

La combinaison gonflée à l’air respirable dite Mururoa, très employée dans l’entretien des centrales EDF, pour éviter d’inhaler des poussières mortelles

Alors, quand ça pète, c’est la panique chez les Shadoks, les combis Mururoa sont au placard, de toutes façons on n’y voit plus rien, (bin oui, y’a plus de courant dans les vestiaires ^^ ) et puis comme on sait qu’on va mourir, on se revêt légèrement (en plus, il fait chaud avec cette vapeur ! ^^ , pour réparer en sifflotant le tout-petit-accident-de-rien-du-tout-surtout-dormez-bien-oui-je-sais-la-sirène-hurle-un-peu-fort.

Les dégâts sur l’ADN se font de la manière suivante. Et ça donne ce résultat, vu en images de synthèse puis au microscope :

Et ça, c’est dans une ferme de l’Utah, 6 mois après Fukushima. On sait que les montagnes ont tendance à être plus contaminées car les masses d’air sont stoppées, se condensent et les pluies sont contaminées. Avec des effets bien visibles… :

C’est pour cette raison que PLUS LES PARTICULES SONT FINES, PLUS ELLES SONT RADIOTOXIQUES, car plus elles pénètrent et moins la matière de la poussière sert de blindage à l’atome qui va se désintégrer justement dans cette poussière.

C’est pour cela qu’il est interdit de traiter par la dilution une matière radioactive, et c’est pour cela que la dose mortelle de plutonium est de l’ordre d’un microgramme. Juste 1 kg de plutonium finement divisé permet de tuer 1 milliard d’hommes, et pour longtemps.

La France a 400 tonnes de cette merde et nos politiques visent de faire de cette « ressource » l’équivalent en nucléaire du pétrole de l’Arabie Saoudite… dans la réalité des faits, « heureusement » les réacteurs construits pour brûler le plutonium ne fonctionnent pas. On est les seuls à être partis là dedans, une « Exception Culturelle » dont on se serait bien passés. C’est pour cela que la France est le pays le plus dangereux AU MONDE.

Les gens qui douteraient du caractère « de cause à effet » de ces vidéos ont tort de douter. C’est ça, notre réalité depuis que le nucléaire sert …aux militaires. Ça n’a jamais servi à autre chose qu’à faire des armes nucléaires, avant Fukushima l’énergie nucléaire « civile » c’était 3,63% de l’énergie mondiale produite en 2010, selon un rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie. Avec 60 réacteurs fermés depuis Mars 2011, on est à moins de 3%.

Et c’est ça qui anime certaines émissions japonaises, la dureté des faits :

http://enenews.com/wp-content/uploads/2012/04/tokyo_asahi.jpg

Et en vidéo :

Bien à vous tous, c’est pas encore tout foutu, des solutions au nucléaire existent ! Mais c’est pas aux JT qu’on va vous les montrer. Par contre ici, on va pas se priver de vous montrer le dessous des cartes :

Soyez forts, et restez informés.

 

ZComme Zorglub

(663)

A propos de l'auteur :

a écrit 1 articles sur ce site.


2 commentaires

  1. logic dit :

    Une preuve de plus que la planète entière (et l’humanité) est aux mains des maîtres du monde . Je vous conseille d’aller voir ‘Tepco Wikipédia » . ils nous la font passer pour une entreprise privée japonaise, alors qu’en réalité elle fait partie des multinationales voraces puisque c’est le plus gros producteur d’électricité du monde!!!
    il n’est pas difficile de comprendre que pour ces gens là, la vie humaine n’a aucune espèce d’importance notamment si l’individu est généreux consciencieux et honnête intellectuellement!

Laissez un commentaire

Why ask?