Les premiers résultats d’enquête de l’ONU indiquent que ce sont les rebelles qui ont utilisé du gaz sarin

Voici un nouveau point d’information avec Ayssar Midani, notre correspondante à Damas. Au travers de cet entretien (seulement audio suite à un problème technique), elle analyse la rhétorique atlantiste, qui vise à écarter tous les éléments de preuve apportés par la Russie, la Syrie, ou même Carla Del Ponte, qui atteste de la responsabilité des « rebelles » dans l’attaque à l’arme chimique qui a eu lieu dans la banlieue de Damas. Mais il faut raison garder, l’investigation devrait se poursuivre encore durant quatre jours.

Les américains et leurs alliés sauront-ils attendre la fin de l’enquête ? La Russie, la Chine, l’Egypte et l’Iran pour ne nommer qu’eux, font en sorte de les dissuader d’opter pour une solution unilatérale qui plongerait la région dans le chaos. En France, certains politiques comme Nicolas Dupont Aignan, Jacques Myard, François Bayrou, Marine le Pen ou encore Jean-Luc Mélenchon ont affiché un certain scepticisme, voir une franche hostilité face à la campagne de propagande qui touche actuellement la Syrie. Seront-ils entendus ?

Nous remercions Ayssar Midani pour ses analyses.

Point du 27 août

Point du 26 août

Point du 25 août

Point du 24 août

(27280)

A propos de l'auteur :

a écrit 158 articles sur ce site.


8 commentaires

  1. Orpel dit :

    Bonjour,

    Vous écrivez ceci :

    « En France, certains politiques comme Nicolas Dupont Aignan, Jacques Myard, François Bayrou ou encore Jean-Luc Mélenchon ont affiché un certain scepticisme, voir une franche hostilité face à la campagne de propagande qui touche actuellement la Syrie. Seront-ils entendus ? »

    Pourquoi évincez-vous Marine Le Pen qui dit depuis le début que ce n’est pas la bonne solution, et qu’il faut d’abord attendre le résultat de l’enquête sur QUI a tiré plutôt que de tirer avant et après faire la même erreur qu’en Irak ou en Égypte ?

    Merci

  2. Christophe dit :

    Si cela avance dans cette voix… le début de la honte pour qui veut la peau de l’ours avant de le tuer.
    D’autant que les oppositions aux décisions incongrues s’amplifient (pour exemple flagrant voir : https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/syrie-un-autre-crime-de-guerre-occidental-en-pr%C3%A9paration-un-article-de-paul-crai/10151561510887038)
    Et qui va enfin nous dire enfin pourquoi les preuves et dires de la Russie sont ignorés ?
    Comme le « rapport del Ponte » : http://www.jwek.com/2013/05/syrie-cest-tranche-ce-sont-les-rebelles-qui-ont-utilise-des-gaz-de-combat/

    On ne cesse de voir naitre des articles, commentaires de spécialistes qui nous montrent bien que certains dirigeants (français, américains, anglais) mettent en avant des intérêts immédiats… et qu’en est-il des intérêts à plus long terme ? Des conséquences se font déjà sentir depuis longtemps ; notamment l’oubli que les étudiants syriens à l’étranger ne peuvent plus subsister puisqu’ils ne perçoivent plus leurs bourses d’études gouvernementales depuis août 2012.
    Longue vie au Cercle des Volontaires.
    Christophe D.

Laissez un commentaire

Why ask?