Syrie : le journaliste belge Pierre Piccinin a été libéré (le Soir)

L’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata et le journaliste italien Domenico Quirico, portés disparus en Syrie depuis cinq mois, ont été libérés.

Le Premier ministre Elio Di Rupo a annoncé, dimanche soir, la libération de Pierre Piccinin da Prata et de Domenico Quirico sur Twitter, disparu il y a cinq mois en Syrie. Le Premier ministre a ajouté : « Je partage le soulagement et l’émotion de leurs familles et proches ».

Du côté de Glembloux, la joie des parents de Pierre Piccinin était évidemment sans partage. « Cela fait exactement cinq mois jour pour jour ce dimanche que Pierre avait disparu, vous imaginez notre soulagement ! », nous a confié sa maman par téléphone, peu de temps après avoir été mise au courant en début de soirée.

Arrivée à Bruxelles

Domennico Quirico, le journaliste italien de La Stampa, et Pierre Piccinin, l’enseignant belge, ont atterri dans la nuit de dimanche à lundi à l’aéroport militaire de Rome. Ils ont été accueillis par la ministre italienne des Affaires étrangères, Emma Bonino.

Pierre Piccinin a ensuite pris un vol à destination de la Belgique. Il est arrivé à Melsbroek vers 5h40 où l’attendaient ses parents, Joëlle Milquet, la ministre de l’Intérieur et Jaak Raes, le directeur du Centre de Crise. L’enseignant « est en bonne santé et va maintenant prendre quelques heures de repos », a précisé le Centre de crise.

Pierre Piccinin avait décidé de soutenir la rebellion suite à l’emprisonnement qu’il avait subit de la part du pouvoir syrien, nous l’avions alors interviewé à sa sortie en mai 2012 :

Si de nombreuses personnes qui le suivaient avaient regretté ce revirement, nous ne pouvons que nous réjouir de l’heureux dénouement de cette disparition, ayant eu cette fois lieu à cause des « rebelles »…

EDIT : A sa sortie, Pierre Piccinin a fait une déclaration de la plus haute importance :

C’est un devoir moral de le dire. Ce n’est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. Nous en sommes certains suite à une conversation que nous avons surprise. Même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens férocement l’armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie.

(98)

A propos de l'auteur :

a écrit 158 articles sur ce site.


5 commentaires

  1. bendahan dit :

    Depuis quand « surprendre une conversation » constitue une preuve…ni dans un sen ni dans l’autre d’ailleurs… ce journaliste à qui on fait entendre ce qu’on veut n’a donc assister à rien et témoigne des faits qu’on a bien voulu lui faire entendre.la désinformation et l’intox cela fonctionne exactement comme cela et ces journalistes ont été stockés le temps d’être influencés et même s’ils sont de bonne foi on peut s’étonner de les voir relâches à point pour diffuser ce genre d’info à la veille des sanctions.Ils ont été enlevés et relachés dans ce but, la ficelle derait un peu grosse.

  2. Eko-k1 dit :

    Tout le monde regarde là ou l’on veut que vous regardez !
    Pourquoi comme a chaque fois que l’on invente des histoires vous vous sentez obligé de choisir un camp !?
    Regardez là ou personne d’autre regarde et chercher ce qu’il y’a à chercher !
    Pendant que des gens meurent dans les deux camps que vous avez choisi , un autre plan plus large a pris son envole sauf que ce plan là, les médias et tout le reste du monde n’en parle pas , car invisible a nous les 99,99% !!!

  3. Eko-k1 dit :

    je modifie ,
    apparemment il y’a un mec qui s’appel « Pierre Jovanovic »
    qui a compris qu’il fallait pas regarder la ou tout le monde regarde !!
    http://www.youtube.com/watch?v=vtGD9gRrNiU à partir e 20:46 (20 minutes et 46 seconde le mieux c’est de regarder en entier )
    Merci Pierre d’éclairer tout ce beaux monde

Laissez un commentaire

Why ask?