ConférenceTRIBUNE

Flore Vasseur : “Il faudrait la jouer collectif”

Bien entendu, nous ne faisons pas ici la promotion des forums « Osons la France », car derrière les bonnes intentions qu’ils affichent se trouvent des entreprises et des personnalités que nous n’apprécions pas spécialement (voir ici en bas de page les multinationales françaises soutenant ces initiatives, et ici les personnalités qui composent le comité stratégique).

Mais lorsque Flore Vasseur fait une conférence sur le Syndrome du Larbin, devant un parterre de « haut niveau », et qu’elle évoque la nécessité vitale pour les individus de notre société de « la jouer collectif », il y a là quelque chose de plutôt jubilatoire…

Rappelons que Flore Vasseur a été entrepreneur, qu’elle a également entamé une carrière littéraire, en signant l’excellent « Comment j’ai liquidé le siècle » sorti en 2010 aux éditions des Equateurs, roman dans lequel il est question du groupe Bilderberg (enfin, surtout de sa dirigeante…).

Raphaël Berland

(255)

Raphaël "JahRaph" Berland

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

7 réflexions sur “Flore Vasseur : “Il faudrait la jouer collectif”

  • Flore Vasseur

    Merci de m’avoir référencée ici. Juste une chose : je n’ai JAMAIS été tradeuse ni travaillé dans la finance. J’ai été entrepreneur ça oui, mais a nouveau pas dans la finance. Merci encore

    Répondre
    • Oups… Désolé pour l’erreur. Ma mémoire a du vous confondre avec le héros de votre roman 🙂 (j’aurais du vérifier tout de même…). J’ai corrigé l’article.

      Répondre
    • valia

      Certes Flore Vasseur a l’air sympathique et ses écrits aussi. Toutefois, elle ne fait là encore que refléter cette tendance des petits bourgeois ayant un avenir assuré et qui dernière tendance de ces dernières années veulent faire le ‘bien’ et s’auto flagellant très légèrement.
      Pur produit des réformateurs jovassiens, new York à 25 ans, le monde à 30, les vies faciles de tous ces biens nés qui exploitent désormais le filon ‘mauvaise conscience, il faut sauver les HEC etc….
      Sans ses réseaux,et son pédigrée les livres auraient-ils autant d’écho? Pas sur.
      Rien de personnel mais j’ai bien fréquenté ce milieu…

      Répondre
      • Valia, avez-vous l’un de ses livres (notamment celui que je cite dans l’article) ? Car je vous trouve très sévère…

      • valia

        Oui. Je l’ai lu. Kerviel vu par une ex SCPO et HEC… Si le talent est là mon propos n’est pas la critique de celui ci et de son auteure… J’aimerais juste que ceux qui n’ont pas le confort de vie de FV puisse eux aussi écrire sur Kerviel. Leur point de vue pourrait être plus instructif que le ième avis d’un produit des grandes écoles même subversif ( gentiment).

        Je trouve après avoir connu ce milieu du dedans, et plusieurs ‘insiders dissidents ‘pensants’ qu’il ne s’agit que d’un fond de commerce que ce milieu exploite en utilisant en plus ses réseaux pour l’édition, la publicité etc…
        Mais je vous concède. J’enrage de ce sytème endogame et consanguin qui nous conduit dans le mur.FV en est malgré toute sa ‘bonne volonté’, une représentation absolue car je crois finalement que je les préfère non dissidents pour pouvoir combattre ce système et non les individus. Je préfère l’analyse de Bourdieu que celle de FV.

  • rolalalala

    cette personne à l’air très sympathique et énergique avec un petit coté chrétien dans son combat de “force de vie contre force de mort”
    En ce qui concerne sa “pensée systémique” (donc historique) cela ne vole quand même pas très haut : Le fascisme c’est mal , le communisme c’est bien.
    Ou encore mieux les Lumières c’est bien, le libéralisme c’est pas bien.
    Dieu se rit de ceux qui maudissent les conséquences des causes qu’ils chérissent.
    En France la révolution française à été la prise de pouvoir de la bourgeoisie qui s’appuyant sur la philosophie des lumières à amorcé la pente que nous descendons et que vous avez très bien exposé (libéralisme, individualisme, modernité).
    Il est inutile de vous dire que nous fonçons ravi vers un avenir radieux.
    Cordialement tout de même.
    Pierre

    Répondre
  • Catherine

    Une Christine Ockrent, franchement, est-ce bien crédible de voir son nom sur le fronton d'”un “”soi-disant”” osons la France”? N’est-ce pas nous prendre pour des c..s, je crois bien que si, hélas!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?