La Méditerranée : ce grand cimetière marin (Huffington Post)

Cette zone qui se situe entre la Sicile, Malte et la Tunisie est le plus grand cimetière marin du monde. A nouveau, hier, un drame est survenu. L’embarcation qui transportait 250 immigrés s’est retournée aux alentours de Malte. Plus d’une cinquantaine de personnes y aurait trouvé la mort, dont une dizaine d’enfants, selon l’agence italienne Ansa.

Cet eldorado qui n’en finit pas de tuer

C’est un drame immense qui se joue dans l’indifférence générale. Depuis 20 ans, ce sont près de 17 000 personnes qui auraient connu la mort dans les eaux de la méditerranée, précisément dans la zone qui se situe entre la Sicile, Malte et la Tunisie, selon L’ONG United Against Racism. Nombreux sont les accidents tout au long de l’année qui font de cette zone un cimentière a ciel ouvert.

Le naufrage de cette embarcation survient une semaine après le naufrage d’un autre bateau au large de l’île de Lampedusa, le 3 octobre, coûtant la vie à plus de 300 personnes. La communauté internationale, et plus particulièrement la communauté européenne, avaient pleuré cette catastrophe. Le Pape avait également dénoncé ce drame humain : « L’indifférence à l’égard de ceux qui fuient l’esclavage, la faim pour trouver la liberté, et trouvent la mort » et avait fait part de sa solidarité et de son profond chagrin : « Aujourd’hui est une journée de pleurs ».

Ces naufrages sont pourtant légion. On ne saura jamais exactement combien il y a eu de migrants qui ont tenté de rejoindre une porte sur l’Europe et qui en sont morts. En effet, nombreuses sont les embarcations qui coulent sans que l’on s’en aperçoive. Nombreux également sont les migrants jetés par-dessus bord, soit parce qu’ils meurent en cours de traversée, soit pour conjurer le mauvais sort. C’était le cas de 5 personnes, d’après le témoignage d’un réfugié le 11 mai 2011, qui explique qu’elles ont été jetées par-dessus bord afin de conjurer le mauvais temps.

Ce n’est un secret pour personne. Mais depuis le début des révolutions arabes, le nombre de migrants et donc de morts aurait augmenté de plus de 4 000 personnes. A titre d’exemple uniquement, le 28 avril 2011, un des deux navires, embarquant 600 passagers, en partance de la Libye pour Lampedusa avait chaviré. Au total ce sont de plus de 300 personnes qui y avaient perdu la vie et 58 d’entre eux s’étaient échoués sur les côtes tunisiennes.

Une Europe sous le choc

Depuis plusieurs années, le détroit de Sicile est synonyme de mort pour tous les migrants qui ne cherchent qu’à survivre et à atteindre les côtes de l’île de Lampedusa. Cette île illustre les espoirs et les drames liés à l’immigration clandestine. Cette horreur, car s’en est une, est une caractérisation de l’échec des politiques européennes liées à l’immigration. Car loin d’arriver à endiguer efficacement les vagues successives, seul le nombre de victimes, lui, augmente.

L’Europe tente tant bien que mal de protéger ses frontières à travers différents moyens, dont l’agence européenne Frontex, qui est en charge de la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures. Cette agence a publié ses résultats dans son rapport annuel. Il en ressort une forte baisse des immigrations clandestines : « Quelque 72 430 franchissements illégaux ont été dénombrés en 2012, ce qui représente une baisse de 49 % par rapport aux 141 060 détectés l’année précédente ». Ces chiffres montrent l’absolue volonté de l’Europe de tout mettre en place afin de protéger ses frontières. Néanmoins, bien que les mesures prises par l’Europe semblent dissuasives (déploiement de gardes frontières, construction d’une clôture en fil barbelé à la frontière gréco-turque, expulsions musclées, etc.) elles ne semblent pas avoir réussi à endiguer le flot de migrants aspirants à une vie meilleure.

[…]

Lire la suite sur www.huffpostmaghreb.com

Auteur : Sophie-Alexandra Aiachi

(149)

A propos de l'auteur :

a écrit 23 articles sur ce site.


1 commentaire

  1. JMG dit :

    Depuis l’indépendance les pays Africains n’ont jamais cessé de subir l’ingérence occidentale qui pousse volontairement les pays dans des guerres en mettant à leurs têtes des hommes de pailles à sa solde pour piller l’Afrique.
    Sans ses guerres néocoloniales, il n’y aurait pas se problème de réfugiés.
    Regardons le problème à sa source au lieu de pleurer sur les conséquence.
    Regarder qui l’occident a tué qui la CPI a emprisonné : Des hommes qui voulaient défendre les intérêts des Africains.

Laissez un commentaire

Why ask?