Reportage au Dîner du Siècle – Partie 2/2

« L’association Le Siècle est fondée à la Libération par d’anciens résistants réunis autour de Georges Bérard-Quélin. Son objectif est de faire se rencontrer les « élites » pour mieux se connaître au-delà du clivage gauche-droite.

Le Siècle correspond à ce que l’histoire et la sociologie politique appellent des « lieux de sociabilité » des élites : on y trouve des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, ou encore des représentants du monde de l’édition et des médias de premier plan. » (1)

Le Cercle des Volontaires est allé à la rencontre des invités du Siècle, devant l’Automobile Club de France, haut lieu de la collusion des élites françaises.

Dans cette deuxième partie, découvrez les sorties, ainsi qu’un échange avec David Pujadas !

Jonathan Moadab

 

En rappel, la Partie 1 :

(358)

A propos de l'auteur :

a écrit 92 articles sur ce site.


20 commentaires

  1. Baptiste dit :

    Merci au remarquable travail du cercle. Très intéressant.

  2. Denver dit :

    Il est coriace le Pujadas… Il aura fallu y aller plus violemment, lui balancer du Bilderberg, de la Franc-Maçonnerie, du CFR, du Bohemian Grove, de la main-mise Israelienne, et plus si affinité! Franchement vous auriez pu le pousser dans ses retranchements mais c’était déjà bien!
    L’affaire Merah et le comportement de Netanyahou envers Hollande ça aurait été sympa aussi pour voir comment il allait réagir!

  3. gzawye dit :

    Il serait drôle du coup, de les coincer dans le métro vu qu’ils sont plein à le prendre non? (à moins que ce soit une entrée de parking!?!?!)

  4. Benoît dit :

    A 0:50 c’est André Rossinot, né le 22 mai 1939 à Briey (Meurthe-et-Moselle), est un homme politique français. Ancien député, ancien ministre, ancien président du Parti radical, il est actuellement maire de Nancy et président de la communauté urbaine du Grand Nancy.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/André_Rossinot

  5. il dit :

    Sur la forme. La rhétorique de Pujadas, ou plutôt son auto-légitimation, est de dire « chacun pense ce qu’il veut » : les reproches, les remarques et même les responsabilité que d’autres lui font porter ne le touche donc pas du tout.

    Il est intelligent c’est vrai mais très au fait, seulement, de sa propre pensée, fermé sur le monde qui l’entoure.

    Peut-il être un journaliste intéressant en étant ce genre de personne ? Je pense que non.

    • lapin dit :

      @il : c’est là le résultat du formatage de l’école de journalisme, il leur est appris de restituer l’information et l’opinion sans y juxtaposer la sienne. Soit « chacun pense ce qu’il veut », « let it be » et « soit objectif »

  6. David dit :

    Chapeau bas pour votre travail et votre courage.

    Continuez comme ça, y a du monde derrière vous !

  7. Laurent dit :

    Pourquoi la question d’inviter François Asselineau n’a pas été directement posée au journaliste ?
    Vous vous auto-censurer…
    Quand le système ne peu as tout bloquer, il fait croire que tout est bloqué.
    Vous aviez une occasion en or de lui poser directement la question, vous n’avez pas oser le faire.. C’est dommage.

    SI le peu qu’il connait de ce cercle (upr et assimilés) sont des personnes qui se plaignent sans jamais suivre es regles acteulles (se présenter, dire qui on est, combien de personnes on réprésente, donner une spécificité qui donnerait de l’intéret et dire qu’on voudrait etre inviter.
    Si vous ne l’avez pas fait, ce monsieur a des raisons de croire que ce n’est rien car rien de lui a été exposé clairmement sauf des reproches.

  8. Mézigue dit :

    Bravo pour vos vidéos. Elles sont très amusantes. Je vous ai fait un peu de pub ici : http://tatamoche.blogspot.fr/2013/11/increvable-soral.html#comments

  9. lionel dit :

    Bravo Jonathan!! Excellent.

  10. Mézigue dit :

    @ Raphaël Berland
    Suite à votre intelligente remarque, j’ai rajouté une petite note (Et bientôt peut-être une photo de vous)… J’espère qu’elle vous conviendra. Sinon n’hésitez pas à répondre. Je ne censure pas

  11. Amerloque dit :

    Intéressant, leur reflexe de se choper leur nœud de cravate.

    Moi quand on me voit aller à l’église on peut me demander « alors, vous allez à la messe? » ce à quoi je répondrais « ben oui, mon con, et si tu veux tu peux venir ».

Laissez un commentaire

Why ask?