Deux journaliste de RFI morts au Mali : des témoins avancent la thèse d’une « bavure militaire » française (El Watan)

Nouvelles révélations sur la mort des deux journalistes français de Radio France Internationale (RFI), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, samedi à Kidal, dans le nord du Mali. Joints par téléphone, des témoins oculaires font état des circonstances dans lesquelles les deux journalistes ont été tués en revenant sur des détails assez surprenants. « Ils ont tenté d’avoir des entretiens avec de nombreux notables, notamment l’amenokal de Kidal, mais en vain. Ils ont pris attache avec Ambéry Ag Rissa, un notable de la tribu des Imgad, qui habite en plein centre-ville. Lorsqu’ils sont sortis de chez lui, leur voiture était garée juste derrière celle d’Ambéry.

Les deux assaillants, dont le visage était couvert d’un chèche, ne voulaient pas entrer à l’intérieur de la maison d’Ambéry. Ils attendaient que les journalistes en sortent pour les embarquer à bord d’un 4×4 de couleur beige, sans plaque d’immatriculation, conduit par un troisième homme qui avait mis le moteur en marche. Un autre véhicule similaire, avec à son bord deux hommes enturbannés surveillaient de loin la scène. A peine sont-ils montés dans le 4×4 (qu’ils avaient loué auprès du maire de Tessalit), que deux hommes, le visage masqué d’un turban, leur ont intimé l’ordre de ressortir. Mon fils était à quelques mètres seulement. L’unité de l’armée française n’était pas loin. Elle a été informée au moment où les ravisseurs embarquaient les deux journalistes… », révèle notre source. Et de préciser : « L’action était très rapide. Il était 13h35, lorsque les deux véhicules avaient pris la direction de l’est de Kidal, en empruntant la route de Tin Inssako ».

Sous le couvert de l’anonymat, de peur de représailles, notre interlocuteur précise que cette route mène au Niger, « lieu où se rencontrent souvent contrebandiers et terroristes ». La même source affirme avoir obtenu des informations « fiables » qui permettent de reconstituer les circonstances de la mort des deux journalistes. « En fait, le véhicule qui transportait les deux journalistes s’est arrêté à 27 km de la ville, alors que celui qui assurait l’escorte a continué sa route. Nous ne savons pas pourquoi. Est-ce qu’il est parti récupérer du carburant ? Est-ce qu’il attendait ceux qui devaient prendre les otages ? Rien n’est sûr. Ce qui est certain, c’est qu’une trentaine de minutes plus tard, un hélicoptère de l’armée française a survolé l’endroit. Les ravisseurs et les otages étaient déjà sortis du véhicule. C’est alors que l’hélicoptère a tiré plusieurs salves en leur direction, tuant sur le coup les trois ravisseurs ainsi que les deux otages », raconte notre source. Selon elle, personne ne peut être sûr de l’identité des auteurs, mais certains évoquent une « commande » qu’auraient pu exécuter des groupes armés, des contrebandiers surtout, au profit des terroristes.

[…]

Lire la suite sur www.elwatan.com

(121)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 878 articles sur ce site.


4 commentaires

  1. lionel dit :

    JahRaph salut,

    Cette histoire souligne à quelle point cette histoire de « Tamacheks »est très complexe et que la situation au Nord Mali est très compliquée… je ferais à Lyon, le 22 novembre, une conférence sur la problématique Malienne pour l’UPR, l’intitulé est : » Intervention Française au Nord Mali; la facture pour les Français. Pour quel bénéfice? »

    Sinon, il est intéressant de consulter les sites de la créature du Quai d’Orsay sous le psychopathe Sarkozy: http://www.toumastpress.com/ ou http://www.mnlamov.net/

    Il existe cependant un site Tamachek de grande qualité: http://www.temoust.org/

    @rolala…

    Ce ne sont pas les journalistes qui désinforment systématiquement mais la direction de RFI. Ces journalistes faisaient justement leur travail en essayant de comprendre ce qui se passe là bas. Votre propos est inhumain en ce qu’il ne prend même pas en compte la souffrance des familles.

    Les journalistes Maliens qui ont manifesté leur tristesse et leur colère savent pourquoi cette affaire est très triste….

  2. Amerloque dit :

    Que dit l’autopsie sur le calibre utilisé?

    Facile de dire qui a tiré sur les otages avec cette information.

Laissez un commentaire

Why ask?