L’histoire de la Palestine, de la fin du XIXème siècle à nos jours : conférence de Sandrine Mansour, chercheur au CRHIA (AFPS)

Nous relayons ici une conférence sur l’histoire de la Palestine, donnée par l’historienne palestinienne Sandrine Mansour-Mérien, et organisée par l’AFPS Sciences Po le jeudi 14 novembre 2013.

Née d’un père palestinien et d’une mère française, Sandrine Mansour-Merien est docteur en Histoire (thèse auprès de Henri Laurens) et chercheur au CRHIA (centre de recherches en histoire internationale et atlantique) à l’université de Nantes Contenu

Source : France-Palestine.org

Vidéo 1 / 4 (30mn) :

Vidéo 2 / 4 (30mn) :

Vidéo 3 / 4 (30mn) :

Vidéo 4 / 4 (20mn) :

 

(295)

A propos de l'auteur :

a écrit 18 articles sur ce site.


7 commentaires

  1. JMG dit :

    Faire une thèse sur l’histoire de la Palestine sans parler de la collaboration des nazis(nazi veut dire prince en Hébreux) avec les sionistes Allemands pour coloniser par milliers la Palestine (l’accord haavara ne peut être passez sous silence) car l’accord de transfert a été très bénéfique pour l’affirmation d’un état juif n’est pas un manque de connaissance mais une volonté!!!!!!

  2. antiblabla dit :

    Hahaha rien qu’en regardant le premier 1/4 d’heure on se marre : « attention ! Le projet sioniste n’a pas débuté en 48, mais dès la fin du XIX siècle » : waow, merci on le savait déjà. Mais si elle veut vmt parler d’Histoire et de sionisme, pourquoi elle commence par déjà expliquer pk il y a des palestiniens en Palestine ? De un, Elle qui inscrit le sionisme dans du colonialisme, ça ne la dérange pas de parler tranquillement d’empire ottoman (dt faisait partie la palestine qd il y a eu retour en Palestine) ? C’est quoi au juste l’empire ottoman ? C’est pas du colonialisme ?? Et ça ne dérangeait pas les palestiniens d’être sous l’empire ottoman.
    De deux, le sionisme n’est pas du colonialisme, tt simplement parce qu’il n’a prétendu qu’à reprendre des terres qui historiquement (et pas que religieusement comme elle dit), leur ont appartenu (le royaume d’Israel, le royaume de Juda qui s’étendait bien au délà de l’Israel actuel). Contrairement aux anglais ou français qui se st accaparés des terres avc lesquelles ils n’avaient historiquement rien à voir.
    De trois, ce n’est tjrs pas du colonialisme car le sionisme a commencé par une politique de rachat de terre, à des arabes qui ont bien voulu les leur vendre. On est tres loin des anglais et des français qui ont pris des terres par la force.
    De Quatre, tjrs pas de colonialisme, car c’est l’hostilité (et encore je suis gentille) des européens envers les juifs qui a engendré le sionisme. Ou était la menace sur les anglais et les français qd ils se st étendus en Afrique et ailleurs ?
    Voilà rien que le premier 1/4 d’heure que des erreurs d’analyse, des énormités. Et en plus c’est a science-po, avec femmes voilées en plus (ds un lieu d’enseignement publique). On rêve. Le niveau de la conférence est bien médiocre.

    • C’est plutôt en lisant vos commentaires qu’on se marre… Vous êtes d’un militantisme pro-Israël forcené, ce qui ne laisse plus place au dialogue, au débat. Tout, dans votre phrases, n’est que combat idéologique. Vous vivez avez des œillères…

    • Simon Assoun dit :

      Chère Madame,

      Vous voulez des réponses à vos questions, alors reprenons.

      De un:Vous oubliez que les peuples arabes de l’Empire Ottoman se sont soulevés contre cet empire colonial. Le mouvement sioniste est justement venu bloquer ce processus de libération national en devenant la pierre angulaire du partage des terres arabes entre anglais et français, du début du XXe siècle jusqu’à la fin de l’entre deux guerre (le dépecage de l’Empire Ottoman ayant lieu au sortir de la 1WW). Donc pour vous répondre: oui, ça dérangeait les palestiniens, comme les autres peuples arabes, de vivre sous domination coloniale.

      De deux: Les penseurs sionistes eux même emplois le terme de colonisation. Lisez Pinsker, Herzl, Birnbaum. Allez voir les archives de l’Etat d’Israël, ouverte il y a peu aux chercheurs israéliens, qui font un travail remarquable. De plus, vous faites une confusion totale entre le patrimoine spirituel et religieux du judaïsme, et l’histoire des populations juives d’Europe (puisque le sionisme politique né en Europe). Ce n’est pas pour rien que jusque dans les années 30, la majorité du monde juif était réfractaire aux idées et au projet sionistes. Les plus grands Rabbin, comme Teiltelbaum (Satmar)ou Schneerson ont étaient parmis les adversaires les plus virulents des sionistes en leur temps. Ceci est un débat interne au judaïsme mais qui existe bel et bien, compte tenu de la légitimité religieuse que veut se donner le mouvement sioniste et qui se déduit de votre affirmation « ils ne font que récuperer ces terres qui leurs appartenaient il y a 2000 ans ». Enfin, reportez vous aux travaux et aux entreprises effectives du mouvement sioniste, vous vous apercevrez qu’il s’inscrit pleinement dans le mouvement d’expansion colonial européen qui s’ouvre fin XIXe.

      De trois: Encore une fois, un petit tour aux archives de l’Etat d’Israël vous permettra d’apprendre que, d’une part, la majorité des terres acquises au lendemain de la guerre de 1948 ne sont pas le produit de rachat, mais de conqutes militaire; d’autre part, les propriétaires de ces terres, profitant du système colonial Ottoman et souvent ne vivant pas en Palestine vendaient leur terre au FNJ/KKL dont les contrats stipulés que la terre serait vidé de ces habitants (les palestiniens). N’y voyez vous pas un petit problème d’injustice, ou disons plus modérement, de démocratie? N’est ce pas le fonctionnement de tous les systèmes coloniaux passés et présents?

      De quatre: L’antisémitisme à précédé l’établissement de l’Etat d’Israel et lui survit aujourd’hui. Il est vrai que l’hostilité des européens envers les juifs à permis au mouvement sioniste de gagner peu à peu les masses juives. Tellement, que Herzl lui même écrivait dans son journal qu’encourager « d’honnete antisémite à bruler des maison juives » (je cite bien évidemment) était une bonne idée. Pour autant, est ce que l’hostilité des européens envers les juifs légitime le fait qu’on aille prendre la terre à des arabes vivant à des milliers de km de l’Europe..? Est ce que cette hostilité change quoi que ce soit à la nature coloniale (et assumée, lisez les intellectuels et les dirigeants sionistes de la fin XXe à nos jours!) et à la situation atroce que vivent les masses palestiniennes et israéliennes ?

      Bon, le ton un peu condescendant que j’ai pris ne me ressemble pas, mais vos propos sont tellement déplacés et méprisants…

  3. antiblabla dit :

    Pr votre 1er point : oui il y a eu des révoltes arabes contre les britanniques, et les ottomans, mais les palestiniens de la palestine mandataire brittanique (1922, dc avant israel) ne sont personne d’autre que la majorité des actuels jordaniens (regardez une carte de ce qu’était à l’origine la palestine) : donc ça ne dérange pas les palestiniens de vivre sous un état jordanien. D’ailleurs, ça n’a pas nn plus dérangé les palestiniens d’être annéxés par la Jordanie après 48 (c’est comme ça qu’est née la cisjordanie). Je vous invite aussi à regarder ce qu’est le panarabisme : les arabes se sont révoltés mais pr un état arabe unifié, englobant palestine, syrie jordanie egypte (cf etats arabes unis). L’actuel drapeau palestinien n’a même pas une spécificité palestinienne du prétendu peuple palestinien : c’est le drapeau classique du panarabisme (différencié à une étoile près de celui de la Jordanie). Alors oui, des populations locales existaient (druzes, maronites catholiques, chrétiens orthodoxes d’Orient musulmans, berbères, bédoins, futurs jordaniens futurs cis jordaniens, mais aussi juifs qui n’avaient pas vécu la diaspora 2000 ans avt etc…) mais je suis désolée on ne me fera pas croire qu’une identité palestinienne, un peuple unifié, une culture spécifiquement palestinienne aurait existé antérieurement aux israëliens et même aux sionistes : c’est complètement faux et c’est actuellement relégué (et gobés) par la propagande palestinienne.

    Pr le 2ème point : vous ne parlez que de la forme la plus récente du sionisme. Plusieurs fois et bien avant Herzl, les juifs après être exilés st revenus en palestine : dois-je vous rappeler l’exil de babylone (historiquement avéré) en – 600 ou encore les juifs sépharades fuyant l’inquisition d’Espagne ? Là aussi c’était de la colonisation ? Vs calquez ce que vs connaissez de + récent (le colonialisme) sur la forme la + récente du sionisme. Les juifs des années 30 étaient peut-être réfractaires mais en attendant les juifs passent de 85 000 en 1914 à 630 000 en 1947 en palestine… Et ne vous inquiétez pas, Herzl n’a pas eu besoin d’encourager les européens à l’antisémitisme comme vous le prétendez… Les européens encouragaient même les juifs à s’établir en palestine, et dès le XIX siècle : cf Guillaume II d’Allemagne qui disait qu’il n’était pas de nature et ne voyait pas d’inconvénient « à empêcher les youpins de s’établir en palestine ».

    Pr le 3ème point : je ne parlais pas de la guerre de 48 qui a engendré les victoires militaires d’Israël mais du début du sionime moderne : des rachats de terre aux arabes qui ont bien voulu les leur vendre. Relisez-vous : « les propriétaires de ces terres, profitant du système colonial Ottoman et souvent ne vivant pas en Palestine vendaient leur terre au FNJ/KKL dont les contrats stipulés que la terre serait vidé de ces habitants (les palestiniens). N’y voyez vous pas un petit problème d’injustice » : cela veut donc dire que ces habitants etaient alors locataires de ceux qui ont vendu la terre aux sionistes : s’ils etaient locataires c’était normal qu’ils s en aillent… Plus sérieusement oui il y a eu des passages en force pdt la guerre de 48, comme dans 99.9% des guerres.

    Pr le 4ème point : et bien oui, l’existence de cette hostilité fait que ce n’est pas du colonialisme ; les juifs ne sont pas partis gratuitement fonder un état en palestine. Ils l’ont fait pour des raisons bien différentes de celles des français ou anglais (qui cherchaient à étendre leur état au-delà de ses frontières) : quelles frontières les juifs auraient-ils pu étendre alors qu ‘ils n’avaient justement pas d’état au moment où le sionisme moderne est né ? Les juifs sont partis sur une terre encore une fois avec laquelle le lien historique est indiscutable (le royaume antique de france n’a jamais existé en algérie), et pareil pour le lien religieux (ouvrez n importe quel livre de prière juif et vs verrez avec quelle ferveur israel est loué ds le judaisme depuis la nuit des temps. N’en déplaise à vos rabbins antisionistes comme vs dites ; les rabbins antisionistes les + radicaux en attendant (les ultra orthodoxes, minorité israelienne) habitent en israel, même s’ils refusent de parler hébreu (ils parlent que yidish).

    Le légitimité d’Israel ne se discute plus, comme on ne discute plus de la légitimité des USA par rapport aux indiens, ou de la légitimité de la France sur ses DOM TOM. On peut critiquer Israel sur plein de chose, mais pas sur son existence. Israel c 23% de l’ancienne palestine mandataire. Le reste a été donné aux palestiniens via la Jordanie actuelle et la cisjordanie, + gaza. Etant donné la taille grostestque, dérisoire, insignifiante d’Israel (de la taille de 2 départements français), on ne peut vmt pas comparer aux empires coloniaux qu’ont eu les français, les anglais, et les musulmans via leurs différents empires.

  4. Baptiste dit :

    DAVID BEN GOURION Premier Ministre 49-54 et 55-63 :
    « Nous devons expulser les Arabes et prendre leur place » (1937 – Ben Gourion et les Arabes palestiniens – Oxford University Press 1985)
    « Ne nous cachons pas à nous-mêmes la vérité. Politiquement nous sommes les agresseurs et ils se défendent. Ce pays est le leur, parce qu’ils y habitent, alors que nous venons pour nous y installer et de leur point de vue nous voulons les chasser de leur propre pays. » (Dans un discours de 1938 cité dans « Le Sionisme et les palestiniens  » de Simha Flapan) Nous devons utiliser la terreur, l’assassinat, l’intimidation la confiscation des terres et la suppression des services sociaux pour débarrasser la Galilée de sa population arabe. » (Mai 48 – Ben Gourion, une biographie, de Michael Ben-Zohar, Delacorte, New-York 1978)

    YIZHAK SHAMIR Premier Ministre 83-84 et 86-92
    « Les précédents dirigeants de notre mouvement nous ont laissé le message clair de conserver le grand Israel de la mer au Jourdain pour l’immigration juive et pour le peuple juif qui se rassemblera en totalité sur cette terre. » (Novembre 90- commémoration des anciens dirigeants du Likoud)

    « La colonisation de la terre d’Israël est l’essence du sionisme. Sans colonisation nous ne réussirons pas le sionisme. C’est aussi simple que ça ! » (Interview dans Maariv – 21 Février 97)

     » Les palestiniens devraient être écrasés comme des sauterelles … leurs têtes écrasées contre les murs. » (New York Times – 1 Avril 88)

    ARIEL SHARON Premier Ministre
    « Il appartient aux dirigeants d’expliquer à l’opinion publique, avec clarté et courage, un certain nombre de faits que l’on oublie avec le temps. Le premier est qu’il n’y a ni Sionisme, ni colonisation ni Etat juif sans l’éviction des arabes et sans l’expropriation de leurs terres » (Ariel Sharon s’adressant aux militants du parti d’extrême-droite, Tsomet, 15 Novembre 98- rapporté par AFP)

Laissez un commentaire

Why ask?