Conférence du docteur Ismail Besikci à propos du peuple kurde

Dr-Ismail-Besikci-300Le 22 février dernier a eu lieu la conférence du Dr Ismail Besikci et du Professeur à l’EHESS, M. Hamit Bozarslan, sur le thème « le peuple Kurde au XXème siècle et ses perspectives ». Plus de 300 personnes étaient présentes.

Jusqu’en 2012, il était encore interdit au Docteur Ismail Besikci de voyager à l’étranger ou encore de donner des conférences. Dans l’histoire de la République Turc , il a été l’un des premiers universitaires Turc a aborder la question Kurde et à combattre l’idéologie Kémaliste concernant l’inexistence du peuple Kurde. Aujourd’hui, il a publié 36 livres dont 32 sont interdits de diffusion en Turquie.

Pour information, jusqu’en 1991, il était interdit en Turquie d’écrire et de parler la langue Kurde.

Le Dr Ismail Besikci n’a pas adopté une résistance physique mais une résistance pacifique et spirituelle.

« Pour défende une cause juste, il n’y pas besoin d’être Kurde ». Dr Ismail Besikci

Il a dénoncé ce « complot » contre les Kurdes dans un sens éthique et non politique. Le régime n’a pas apprécié, d’autant plus venant de la part d’un Turc. Il a payé très cher ses positions par une condamnation à 100 ans de prison bien qu’il fut libéré au bout de 17 ans de prison. Il a, par conséquent, partagé le sort des nombreux intellectuels kurdes. Le sociologue a dénoncé le discours du Kémalisme basé sur le mensonge et il en a payé le prix cher.

Au cours de ses travaux, il s’est intéressé à la notion de la « tribu » au Moyen-Orient, à l’espace des kurdes maintenu à travers des siècles mais il s’est également intéresses aux Alevis…

A travers ses travaux, il a remis en cause des vérités éternelles que l’autorité de Mustafa Kemal avait mis en place. En effet, voici  les 3 objectifs à la « socialisation » en Turquie :

– La Turquisation

–  L’islamisation (sunnite)

– L’Occidentalisation

A l’époque, dénoncer l’Etat, c’était mettre en péril sa vie, sa carrière, sa famille…

Le sociologue s’est également intéressé à la question « Comment un groupe opprimé ou subalterne a pu déployer des moyens de résistances ? »

Au cours de cette conférence, un hommage a été également rendu à Germaine Tillion, ethnologue et résistante française qui a défendu avec ferveur le peuple Kurde.

« Aujourd’hui, plus personne ne peut nier l’existence des kurdes, personne! « 

Enfin, un remerciement a été donné au Maire de la Ville de Paris pour l’accueil dans les locaux de l’Hôtel de Ville du 10ème arrondissement.

L’Eden du Dersim

(194)

A propos de l'auteur :

a écrit 18 articles sur ce site.


1 commentaire

    Laissez un commentaire

    Why ask?