L’Algérie sera-t-elle la prochaine victime du Printemps Arabe ?

bouteflika-300Depuis près d’un mois de nombreux journaux algériens et tunisiens parlent de risques terroristes grandissants et de complots extérieurs  tournés contre l’Algérie sans toutefois fournir d’analyse claire et fiable de la situation (1). Cela a pour effet d’attiser les tentions et les inquiétudes d’une population déjà en proie a de graves troubles sociaux et considérée par l’EIU (Economist Intelligence Unit) comme étant à « très haut risque », le risque étant ici une révolte populaire massive et le chaos qui l’accompagne (2). La situation s’est aggravée lorsque après l’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika, les défiances envers l’État et les mouvements protestataires se sont répandus au sein de la population (3). Quelles sont les menaces qui pèsent sur l’Algérie aujourd’hui ? Est-il possible que ce pays sombre dans la guerre civile qui a enflammé le Maghreb et le Moyen-orient il y a quatre ans? C’est la question qu’on peut légitimement se poser lorsqu’on observe des troubles grandissants autours des élections présidentielles ces derniers jours.

Souvenez-vous, décembre 2010 : le printemps arabe. Une succession sans fin de soulèvements et de guerres civiles qui frappent vingt pays, deux continents, faisant chuter pas moins de six gouvernements, et dont le nombre de victimes totales s’élève à plus de 230.000 personnes (4) (5). Ces révolutions qualifiées a l’époque de populaires ont en réalité été pilotées à distance par les États-Unis, comme le prouve « Arabesque Américaines », l’excellent livre du physicien et journaliste Québécois de renommée internationale Ahmed Bensaada (6): « Il est clair que ce ne sont pas les Etats-Unis qui ont fait cette révolution, mais il n’en demeure pas moins que ce sont eux qui ont accompagné et encadré les principaux activistes que ce soit en Tunisie, en Egypte et  dans les autres  pays arabes à travers leur formation et ce bien avant le début de la contestation».

Dans cet autre document, Canal+ décortique les méthodes qu’utilisent les Américains pour renverser des pays lors des révolutions colorées. Gardons en tête que si les théâtres d’opérations changent, les méthodes elles, restent les mêmes.

En Algérie actuellement des éléments essentiels a l’émergence d’une guerre civile se mettent en place a la façon d’un gigantesque puzzle :

Premièrement, on assiste à une déferlante de propagande anti-Bouteflika de plus en plus puissante dans les médias audiovisuels (7): tous les maux du pays lui sont attribués ! Et son maintien au pouvoir est décrit comme intolérable pour l’ensemble (oui, l’ensemble) de la population. En réalité, une partie non négligeable du peuple le soutient. Selon le Point, malgré une politique sociale mitigée, son bilan en tant que président est globalement positif (8). Sa popularité est élevée particulièrement auprès de l’ancienne génération car il est l’homme qui, en 2000, a su arrêter la guerre civile Algérienne qui avait fait 150.000 morts et durée dix ans (9). Précisons qu’il n’est pas question ici de vanter un président sûrement trop vieux et trop usé pour diriger un pays, et dont la durée du mandat, de plus en plus indécente, suscite d’énormes critiques (Bouteflika a du modifier la constitution pour briguer ce nouveau mandat) ; mais de discerner ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Ceci afin d’éviter à l’Algérie le destin Ukrainien ou Libyen.

Les attaques médiatiques que nous voyons aujourd’hui ressemblent fortement a une attaque occidentale en règle contre l’Algérie par médias interposés. Cette hypothétique agression a été prédite et expliquée par Michel Collon en Janvier 2013 dans un article intitulé: « L’Algérie est clairement la suivante sur la liste »Il est possible que cette déferlante de propagande soit une tentative de manipulation de l’opinion publique afin de préparer un changement de régime ou d’augmenter la tolérance du peuple à la mise en œuvre d’actions agressives (diplomatiques, économiques ou militaires) de la part de pays occidentaux. Dans ce cas, l’extrême polarisation de la presse pourrait être considérée comme le fameux média-mensonge que Michel Collon décrit avant le début de chaque guerre menée par l’occident (10).

Deuxièmement, le contexte dans lequel se produit ces tensions est particulièrement délicat. Le président Bouteflika entame en effet son quatrième mandat après une victoire marquée par 48% d’abstention et 81% des voix en sa faveur. La contestation est forte  et Bouteflika doit faire face à une opposition insistante et à de violents mouvements populaires. Rappelons que sur les cinq révolutions colorées qui ont eu lieu au milieu des années 2000 en Europe, toutes se sont déclenchées dans les deux mois suivants les élections (11). Le contexte actuel est donc l’un des plus sensibles qu’il puisse y avoir avec les acteurs en présence.

En Algérie, une grande part du gouvernement et de l’appareil d’État de Bouteflika sont corrompus (12). L’état de santé du président fait de lui un homme diminué, aux capacités et à l’intégrité incertaines. Des spécialistes décrivent même Said Bouteflika, le frère de Abdelaziz Bouteflika comme le réel détenteur du pouvoir (13). Pour ceux qui défendent le changement de gouvernement tout azimuts, il faut savoir que, dans ce cas de figure, le pouvoir émergent pourrait provenir de démocrates convaincus aussi bien que de tenants d’un Islam radical : On se souvient du très wahhabite FIS (Front Islamique du Salut), que personne ne veux voir réapparaître ou d’AQMI, bien implanté dans la région. Des politiciens à la solde des occidentaux pourraient aussi en profiter à la manière d’un Yatseniouk.

Il est important de noter l’apparition d’une organisation d’opposition : le Barakat! (Ça suffit! en Arabe) qui n’appartient à aucun parti politique particulier. Elle se veut spontanée mais son financement reste a ce jour obscur. Des rumeurs hostiles la disent aussi proche (à tort ou à raison?) de Bernard Henri-Lévy et des sionistes (14). Ce qui est sûr, c’est que cette organisation est la réplique exacte d’OTPOR (« Résistance » en Serbe) créée en 1998, financée par le gouvernement fédéral Américain. Celle-ci fut très impliquée dans le printemps arabe et fut à l’origine de toutes les révolutions colorées (15). Ces nombreux points communs peuvent laisser penser que le gouvernement américain mène une politique secrète de déstabilisation à Alger. En effet, le Barakat! et OTPOR utilisent toutes deux les mêmes techniques de déstabilisation non violentes (sittings, grèves, blocages de bureaux de vote, contrôle des scrutins etc…etc…) issues du livre Américain « De la dictature à la démocratie » disponible ici. Amazon décrit ce livre comme : « un cadre conceptuel pour la libération ». Plus concrètement, il s’agit d’un manuel tactique et stratégique expliquant comment renverser un gouvernement quel qu’il soit sans avoir recours aux  armes.

En conclusion, Bouteflika est dans une position délicate : il doit faire face à la critique médiatique internationale, à son peuple qui menace de se soulever et à une Amérique belliqueuse et prédatrice qui a augmenté son effectif militaire dans le région le mois dernier (16) et pourrait bien se décider a agir.  En effet, l’Algérie est a la fois une grande détentrice de pétrole, une puissance influente et indépendante dans sa région (17). Elle n’est pas endettée et entretient d’importantes relations commerciales avec la Russie (18)(19). Elle a donc tous les attributs pour intéresser les technocrates de Washington. Dans les faits, l’occident ne peut pas intervenir en Algérie sans bonne raison. À part si, bien sûr, des civils sont violemment réprimés par l’armée. Tout peut donc dépendre de l’activité du Barakat!

Nous voyons donc que toutes les pièces du puzzle sont réunies pour engendrer une crise explosive et la situation peut s’embraser. Mais en l’absence d’actes déstabilisateurs provenant du peuple, la probabilité d’une accalmie augmentera avec le temps. Par contre si la situation dégénère, comme cela s’est produit en Syrie, en Ukraine, en Égypte et ailleurs, l’Algérie serait-elle assez stable et réactive pour résister à de telles menaces ? Le pays pourrait-il éviter la guerre civile ou un conflit a plus grande échelle ? Ou deviendrait-t-il une nouvelle Libye trois ans plus tard ? Et quelle serait alors la réaction de la Russie? Une chose est sure : nous le saurons dans les mois à venir.

 

Théo Canova


Sources:

(1) La presse américaine confirme la présence des marines au sud de la Tunisie, Moscou alerte Alger. (L’Expression)

(2) L’Algérie confrontée aux troubles sociaux en 2014 (L’Econews)

(3) Bouteflika: je suis venu déposer officiellement ma candidature (France 24)

(4) Printemps arabe (Wikipedia)

(5) Guerre civile syrienne (Wikipedia)

(6)« Arabesque Américaine: le rôle des Etats-unis dans les révoltes de la rue arabe » Par  Ahmed Bensaada (PolitiqueActu)

(7) Actualité: Algérie (LeNouvelObservateur)

(8) Algérie – Présidentielle : autopsie du bilan Bouteflika (LePoint)

(9) En Algérie, la candidature Bouteflika continue de faire des vagues (RFI)

(10) Guerres de l’Occident / Médiamensonges, Michel Collon, Ce soir ou jamais (21 Mars 2011) (YouTube)

(11) Révolutions de couleur: Etats poste-communistes (Wikipedia)

(12) L’entourage de Bouteflika éclaboussé par les affaires (LeFigaro)

(13) Élection en Algérie: qui dirige vraiment le pays? (HuffingtonPost)

(14) Barakat Algerie: Qui sont ces profanateurs qui veulent mettre le pays a feu et a sang?(AlainJules)

(15) Note D’actualité N°247: Des révolutions arabes spontanées? (CF2R)

(16) Des Marines et des avions de combat US en Espagne, en prévision d’une chute du régime en Algérie (MagrhebObservateur)

(17) Algérie chapitre 5.2: Politique extérieur (Wikipedia)

(18) La Russie et l’Algérie ont conclu six accords de coopération (LaVoixDeLaRussie)

(19) La bombe algéro-russe!! (AlterInfo)

(568)

A propos de l'auteur :

Étudiant en psychologie à Toulouse, Je m’intéresse beaucoup à l'histoire et à la géopolitique. Plus ulcéré encore par la passivité générale que par l'actualité, je considère que la France est un beau pays mérite mieux que le destin funeste que l’élite au pouvoir lui promet.

a écrit 15 articles sur ce site.


7 commentaires

  1. Mohamed Bachkat dit :

    Je suis pour dire non à la question avec l’extrait suivant comme argument: « C’est ce que a salué Hillary Clinton en visite de bénédiction à Alger il y a récemment: plus de démocratie, plus de société civile, plus de libéralisme, dispensent de plus de révolution et de printemps arabe.
    Avec une sécurité des approvisionnements gaziers, un statut avancé de partenaire dans la lutte anti-terroriste au Sahel et ailleurs, et une lutte plus sérieuse contre l’immigration clandestine, l’Algérie et son régime sont exempts de printemps arabe. »
    Des articles sur Internet ( google: Algerie printemps arabe) montre que l’Algerie est immunisée ou que le printemps a déjà eu lieu avec ses tenants et ses aboutissants, décennie noire et printemps noir berbère.

    Sinon grand professionalisme malgré pas de ref. À jeune Afrique ni au projet du grand moyen orient et article critique du pouvoir. Pour moi l’Algerie, comme pays incontournable diplomatiquement, a été le laboratoire du printemps arabe dans les années 90.

    L’avenir nous le dira, si Dieu le veut

  2. Mohamed Bachkat dit :

    Correction : articles montrent.

    Bonus: la visite de John Kerry en Algerie va être décisive. Visite pour soutenir le pouvoir ou une bise de mise à mort, à la mafia ou à la romaine. Ceux qui ont des info. Sur cette visite critique, je suis preneur.

    Tahya Djezeir.

  3. lionel dit :

    Merci pour cet article de qualité. Comment vont réagir les Franco/Algériens? Tout dépendra certainement de leur degré d’information et de conscience des manipulations possibles et de ceux qui tirent les ficelles en utilisant, retournant, les révoltes les plus légitimes. Car c’est là la force du judaïsme antinomique… Gérer la contestation…La récupérer à son profit, fut elle entièrement légitime… je m’égare… Un excès de « conspirationisme », un état fébrile sans doute… car dans l’équilibre, ces forces pathologiques ont déjà perdu…

  4. fayez chergui dit :

    Ça leur pend au nez comme une morve d’enrhumé

Laissez un commentaire

Why ask?