Bleuette Diot : « Histoires Secrètes des Civilisations, de Göbekli Tepe à Sumer »

bleuette-diot-300À l’occasion des Premières Rencontres du Mystère et de l’Inexpliqué, organisée par Bob Vous Dite Toute La Vérité, la chercheuse-historienne Bleuette Diot donnait une conférence sur le thème de l’Archéologie Interdite. Mme Diot vient de publier aux Editions Dorval un essai intitulé « Histoires Secrètes des Civilisations, de Göbekli Tepe à Sumer ». Nous l’avons donc interrogé à propos de l’Archéologie Interdite en générale, et du site archéologique de Göbekli Tepe en Anatolie, site vieux d’au moins 12 000 ans. Voici un extrait de son livre :

« La science respecte-t-elle ses propres principes, à savoir : étudier les faits et rien que les faits, même s’ils contredisent les théories établies ? Et bien, ma réponse est non.

Hélas, le filtrage des connaissances est communément pratiqué à partir du moment où les trouvailles archéologiques ne cadrent pas avec ce qui est officiellement admis, interdisant par là même à la science de progresser ! Une sorte d’autocensure s’opère spontanément dès que les faits ne cadrent pas avec ce que nous pensons détenir comme acquis. Si un certains nombre de chercheurs dissidents dénoncent aujourd’hui cette forme d’occultisme, d’autres experts en revanche, s’imaginant peut-être détenir le monopole de la Vérité, n’hésitent pas à traiter de pseudo-scientifiques tous ceux qui refusent d’entrer dans le moule académique. À l’inverse, il est souvent reproché aux historiens et archéologues conservateurs d’avoir trop souvent tendance à privilégier leurs propres théories au détriment des faits eux-mêmes, voire de les ignoner quand ceux-ci ne cadrent pas avec les théories admises. »

Propos recueillis par Raphaël Berland et Vincent Bonenfant

(2359)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 842 articles sur ce site.


12 commentaires

  1. Natsu dit :

    Elle est aussi pertinente qu’intéressante quelque part. Ce livre m’intéresse. Quelque part.
    J’aimerais bien savoir comment elle conçoit les similitudes entre ces civilisations d’époques différentes sur l’origine des hommes.
    Notre génome aurait été modifié… Par qui? Quoi? Comment?

  2. Sycophante dit :

    Ce qui est drôle, c’est la posture « coucou, je suis issue de la science », qui se passe et expédie le centre névralgique de la démarche scientifique : la contradiction par les pairs.

    De plus « en science », l’intuition, si elle est primordiale à toute entreprise de recherche, n’est qu’une étape nue, vierge et inutile.

    De plus votre méconnaissance du domaine est flagrante, quand vous avancez que « les scientifiques » refusent les découvertes contredisant les constructions théoriques admises. lol

    Avez-vous entendu parler de Toumaï ? Savez-vous par exemple que le paléontologue Français se sent capable d’aller brosser le sable du désert, dans l’espoir de faire avancer les choses, quitte à ce que cela bouscule tout ce qui était admis dans son domaine ? lol.

    Le pire c’est que c’est là un principe MOTEUR de l’avancée de la science : Faire bouger les choses, avancer, contredire, prouver. Et ils y arrivent !

    Enfin bref.

    • Mouai, j’ai comme l’impression que vous ne connaissez pas du tout le domaine de l’Archéologie Interdite… Avez-vous lu quelques livres sur le sujet ? Ou au moins un ?

      Enfin bref…

    • odyssee dit :

      desolée de vous contredire mais il y a effectivement une partie du monde scientifique qui nie et même ignore certaines découvertes parce qu’ils sont incapables d’expliquer qu’elles soient aussi anachroniques. Néanmoins, de nouvelles générations de chercheurs ont l’esprit bien plus ouvert et n’hésitent pas à s’aventurer plus loin dans la théorie. Heureusement d’ailleurs.

  3. moi dit :

    Il faut commencer par le commencement. Ne pas avancer de theorie sans preuve legitime mais dementir les theories deja bien etablies. Faire tomber la science dite officielle. Petit a petit les questions auront des reponses. La theorie des anciens astronautes est selon beaucoup de chercheurs la plus probable concernant le commencement de l homme mais aucune preuve directe. Prouvez que le génome humain ne vient du singe dans l evolution et tout le monde ira dans la meme direction.

    • Odyssee dit :

      Si une theorie nécessitait des preuves ce serait un fait pas une théorie voyons! une théorie se base sur des éléments convergents, c’est une hypothèse, ensuite elle est prouvée ou pas (la théorie de darwin dit on, étonnant qu’on ne dise pas l’effet ou autre de darwin. Mais oups c’est vrai, la théorie de Darwin n’a jamais été prouvée et on continue à chercher les éléments qui pourraient la confirmer, et pourtant elle est enseignée de façon générale)
      Par ailleurs personne ne cherche à faire « tomber » la science officielle, ce serait ridicule. Les archéologues classiques font un excellent boulot sur les civilisations ayant possédé une écriture mais ils refusent d’étudier quelque chose qui n’a pas d’écrit et qui remonte trop loin par rapport à leurs découvertes. Exemple : çatal Huyuk pour eux -9000. Ils ont un schéma bien établi et changent leurs dates au fil des découvertes. Aujourd’hui Gobekli tepe a été decouverte et elle a 12 000 ans, ils pataugent. Mais il est vrai aussi que lorsque un artefact est « impossible », anachronique, ils vont soit le combattre (glozel, officiellement reconnu comme site archéologique au 21e siècle seulement) soit carrément l’ignorer. Les chercheurs de l’archéologie alternative eux, cherchent à comprendre. En fait la polémique pour le public tient juste à ça : « t’as un diplôme, t’es habilité » comme si l’intelligence et la logique s’apprenaient sur un banc d’amphi et que l’archéologie était une chasse gardée pour des êtres d’exception.

      • Odyssee dit :

        Une dernière petite chose, si l’archéologue amateur cherche par passion ou curiosité, l’archéologue diplômé lui a obligation de fouiller et d’avoir des résultats pour manger. S’il ne publie pas, adieu les subventions et les postes interessants. Voilà pourquoi certains de ces messieurs n’ont pas hésité parfois à falsifier des résultats, à ignorer des résultats et à obeir à la hierarchie en ne publiant pas certains de leurs résultats.

Laissez un commentaire

Why ask?