Rassemblement de soutien à « Là-bas si j’y suis » (5 juillet 2014)

Daniel-Mermet-300Date : Samedi 5 juillet 2014 à 14h00
Lieu : La Maison de la Radio – 116, avenue du Président Kennedy 75016 Paris

Nous, Auditeurs de France Inter en Colère, appelons les auditeurs modestes et géniaux, et tous les soutiens de « Là bas si j’y suis » à se rassembler pour protester contre la suppression de cette émission de radio.

Nous vous donnons rendez-vous samedi 5 juillet à 14h00 devant la maison de la radio 116 avenue du Président Kennedy, 75016 Paris
RER C : Station Avenue du Président Kennefy

Contact : 06 49 98 57 53

Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France inter, a annoncé, vendredi, la fin de l’émission de Daniel Mermet « Là-bas si j’y suis », à l’antenne depuis 1989.

Cette décision, faite contre le souhait de Daniel Mermet et de son équipe, ne serait pas seulement une grande perte pour France Inter mais aussi un manque pour le paysage radiophonique en général.

La diversité des programmes souhaitée par la direction de France Inter passe aussi par la diversité des expressions, c’est elle qui permet de garantir la qualité du service public d’information. Supprimer Là-bas c’est se couper d’une partie des auditeurs, c’est devenir une radio comme les autres une radio sans aucune différence.

Nous, auditeurs fidèles ou occasionnels de cette émission, souhaitons qu’elle continue à nous enchanter les oreilles. Là-bas si j’y suis apporte un vent frais à France Inter, un vent fait d’informations, de partages d’émotions de poésie et de résistances.

Vous pouvez également signer la pétition pour que « Là-bas si j’y suis » ne disparaisse pas.

(126)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 860 articles sur ce site.


4 commentaires

  1. Evidemment la raison évoquée pour supprimer « Là-bas si j’y suis » est à l’inverse et caricaturale !
    Cette émission qui fait de l’audience doit déranger le politiquement correct qui castre nos pensées, nos idées, …, nos vies.
    Même en diminuant sa durée d’antenne au quotidien, puis dans la semaine, l’émission vivait pleinement. Et par inertie, je comprenais bien que les lignes éditoriales des dernières années, voulaient sa suppression par usure et étouffement.
    Etrangement, cela me rappelle la suppression brutale à l’antenne de Jean Pierre Coffe, il y a quelques années. Depuis je n’écoute plus France Inter le samedi matin.
    Monsieur Mermet, je ne suis pas du même bord politique, mais je tiens à vous soutenir dans votre action pour que « Là-bas si j’y suis » continue. Je suis attaché à votre démarche générale, honnête et courageuse. Souvent irrité, pourtant j’aime apprendre au son de votre voie.
    Je signe!

  2. Atila dit :

    L’article que je mets en lien fera peut être polémique, mais il dresse un portrait différent du personnage.
    http://www.article11.info/?Daniel-Mermet-ou-les-delices-de-l#nh11

  3. Tutu dit :

    « La bas si j’y suis » propose des émissions intéressantes, des analyses qu’on n’a pas l’habitude d’entendre sur les ondes, mais s’est toujours refusé à programmer une émission sur le 11/9 et quelques autres tabous médiatiques. En cela, elle participe à sa manière au décervèlement organisé.

    http://democratisme.over-blog.com/article-mediatisme-123904157.html

  4. franz dit :

    Un exemple édifiant de la fausse résistance de Mermet : il a participé comme les autres au lynchage de Dieudonné via une émission où il expliquait doctement qu’il avait « pété un boulard ».

    http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-jy-suis-le-malaise-dieudonne

    Un journaliste qui ment avec autant d’aisance, ce n’est plus un journaliste. Mermet fait partie, comme Marianne, Mediapart ou d’autres, de la « dissidence autorisée » qui sabote son travail dès que l’enjeu est trop gênant pour le pouvoir.

Laissez un commentaire

Why ask?