L’Egypte et les Emirats ont bien mené des raids sur Tripoli, selon le New York Times (Huffington Post)

Aéroport TripoliL’Égypte et les Émirats arabes Unis ont bien mené secrètement et à deux reprises des raids contre les milices de Fajr Libya qui livraient bataille aux miliciens de Zenten pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli, affirment quatre hauts responsables américains, cités par le New York Times.

Les responsables américains cités affirment que les États-Unis ont été surpris de voir deux alliés aussi proches que l’Égypte et les Émirats agir sans en informer Washington ou demander son approbation. Les mêmes sources font état de la colère de Washington qui estime que les raids ne pourraient que provoquer une escalade dans le conflit interne en Libye alors que l’Onu et les pays occidentaux cherchent à favoriser une issue pacifique. Les responsables égyptiens avaient déclaré à des diplomates américains que leur armée n’avait joué aucun rôle dans les raids. Le New York Times y voit un nouveau coup porté aux « relations déjà tendues entre Washington et le Caire ».

Le grand journal américain qualifie ces frappes aériens d’un épisode de plus dans la « lutte de pouvoir menée par les autocrates arabes contre les mouvements islamistes qui cherchent à renverser l’ordre établi ».

Une lutte qui s’est accentuée depuis le coup d’État militaire en Égypte où le nouveau pouvoir et ses bailleurs de fonds saoudiens et émiratis mènent une campagne diplomatique et médiatique contre la « menace existentielle » pour leur autorité posée par des groupes islamistes comme les Frères Musulmans. Selon les officiels américains, les égyptiens ont participé, au moins une fois, à une frappe contre une cible islamiste en Libye. Des forces spéciales émiraties ont également opéré à partir de l’Égypte. Elles ont attaqué et détruit, ces derniers mois, un camp islamiste, près de la ville de Derna, qualifiée de « bastion de l’extrémisme ». Les responsables américains n’ont guère apprécié des frappes qui pourraient, selon eux, exacerber le conflit. Ils indiquent également que le Qatar a déjà fourni des armes et un soutien aux forces islamistes en Libye.

Les nouvelles frappes sont, indique le journal, un signe que l’on passe d’une « guerre par procuration à une participation directe, ce qui pourrait déclencher une course aux armements ». « Cela n’est pas du tout constructif » a déclaré un haut responsable américain.

Source : Al huffington Post maghreb

(102)

A propos de l'auteur :

Fervente militante de toutes les causes qui méritent d’être défendues et éprise de justice, j’ai rejoints le cercle des volontaires il y a quelques mois suite à l’assassinat des trois femmes politiques Kurdes à Paris, ce qui fut une véritable prise de conscience pour moi. J’écris des articles sur le Kurdistan, un grand conflit en Turquie très méconnu du public. Je participe également à la plate-forme d’information www.rojbas.org (toute l’actualité turco-kurde en Français). Citoyenne française, je porte l’essence du Kurdistan…

a écrit 47 articles sur ce site.


2 commentaires

  1. Byblos dit :

    Le New York Times est-il vraiment sérieux ou se moque-t-il de ses lecteurs lorsqu’il évoque une prétendue « lutte de pouvoir menée par les autocrates arabes contre les mouvements islamistes qui cherchent à renverser l’ordre établi. »?

    Il est étrange que ces «mouvements islamistes» n’aient sévi dans aucune des monarchies autocratiques arabes des extrêmes du Mashreq aux confins du Maghreb arabe.

    Les seuls pays où on les a vues se manifester sont des républiques qui, à l’exception de la Tunisie et de l’Égypte, avaient des rapports plutôt tendus… avec les USA.

Laissez un commentaire

Why ask?