Saint-André-de-Valborgne – Au coeur de la discorde

saint-andre-de-valborgnesDes rues étroites, de vieilles bâtisses, un vieux pont, le charme d’un village Cévenol. Mais ne vous laissez pas avoir par le calme apparent de cette bourgade de 450 âmes, car c’est bien ici que se livre un combat que l’on pourrait extrapoler au niveau national, voir mondial.

Quel combat ?

Il commence en mars 2014, à l’occasion des élections municipales. Une initiative nommée « Démocratie réelle », consistant à tirer au sort les candidats, trouve des relais dans la commune de Saint-André-de-Valborgne, c’est ainsi que 4 volontaires, terme qu’ils emploient pour se définir, intègrent le conseil municipal.

Le début d’un bras de fer

Apportant dans leurs bagages plusieurs idées, comme filmer les séances du conseil municipal afin de les rendre accessibles au public, ces volontaires se retrouvent vite confrontés à des menaces, des intimidations, voir même des actes de vandalisme, à l’exemple de l’incendie du véhicule d’un de leur soutient, ou encore de tentatives de vol.

Afin de réaliser leur projet, il ont ouvert un site internet sur lequel ils relaient les actualités et les vidéos des différents conseils.

Camille Halut, conseillère municipale et étudiante en droit, portera plainte à de nombreuses reprises auprès de la gendarmerie, et ira même jusqu’à réaliser un « sitting » devant le palais de justice d’Ales (sous-préfecture du département du Gard) , puis devant la préfecture de Nîmes afin de se faire entendre.

Une faible couverture médiatique

Hormis quelques articles parus dans le journal Midi Libre, rien de cette affaire ne parait dans la presse. À l’instar du Cercle des Volontaires, d’autres médias associatifs se sont intéressés à cette histoire. A l’exemple de « cause toujours » ou encore « objectifgard », qui ont relayé l’information via des articles et des reportages.

Voici notre reportage, avec les interventions de M. Bourelly (maire), Etienne Chouard (enseignant et blogueur), Camille Halut et Djaffy Pereira Da Silva (soutient de Camille Halut).

Un documentaire signé Gérôme Mary-Trebor et Semeen

Affaire à suivre…

(103)

A propos de l'auteur :

a écrit 3 articles sur ce site.


10 commentaires

  1. Delvarre Noëlle dit :

    Superbe reportage ! Cela fait rêver les sociétés Canaque.

  2. OLIVIER dit :

    Wow ! Quel travail fait cette femme !
    Je plains le maire !
    Continuez à vous battre.
    Le salut consiste essentiellement selon moi à sortir de l’autopréocupation et à s’engager pour le bien d’autrui autant que pour le nötre. Et cette femme en est un exemple magnifique.Puissé je un jour arriver à son talon.

  3. cpierre dit :

    Il est interessant de voir se greffer cet idéal au seins de systemes en place. La reaction des conseillés municipaux majoritaires et habitués fait reflechir… la confiance sera difficile à instaurée. Reportage tres interessant. merci

  4. Arnaud 19 dit :

    Bravo pour ce reportage. Maintenant, il faut les suivre car ces courageuses et courageux de Saint André ont besoin de nous.
    Pensons à tous les moments magnifiques qui suivront l’arrivée de la démocratie dans cette commune.

  5. cabira dit :

    Sa fait du bien de voir ce reportage de bon matin
    c est fini France Des zinfos fini pro Europe 1 etc
    et vive la réelle politique citoyenne

    Merci aux volontaires

  6. Leo dit :

    Bravo, cette citoyenne est une vraie démocrate contrairement au maire.

    A-t-il compris c’est quoi le démocratie. Qu’a-t-il à cacher à ses concitoyens.

    Dommage! Voilà pourquoi nous en sommes là!

    Il s’arroge tous les pouvoirs, c’est pas le seul, parce que élu! De quel droit il doit des comptes à ses élus!

    Pauvre France.

  7. ignacio smofinga dit :

    Salut à tous !
    Je suis content de voir que des citoyens se mobilisent et entre dans l’arène politique .
    Moi-même anciennement conseiller municipal d’une petite commune de Loire-Atlantique et proposant une autre façon de gérer nos décisions politiques en demandant , notamment en début de mandat , d’être simplement informé avant conseil des délibérations qui seront à prendre et une transparence des débats par des écrits faits par quelqu’un d’autre que la secrétaire de Mairie , je me suis retrouvé mis sur le banc pendant 6 ans et non réélu en 2014 .
    Mais le problème n’est pas que politique , il est aussi sociologique car la plupart des gens ne veulent pas prendre part aux décisions communes , n’en ont pas le temps et ont pris l’habitude de se laisser guider aveuglément comme des moutons avec pour seul contribution au bien commun le payement de leur impôt .( Seulement 5 personnes présentes hors conseillers sur 6 ans de conseil municipal).
    Il faudrait que je me décide à écrire ce récit de 6 longues années passées dans le désert de l’oligarchie que sont nos institutions anti-démocratiques.
    A+

Laissez un commentaire

Why ask?