De source militaire, « les trois terroristes tués font partie d’un groupe de dix »

freres-said-cherif-kouachiSuite aux récents événements, nous avons souhaité nous entretenir avec le Brigadier Toul*, afin de mieux comprendre le déroulement des faits, les protagonistes, et l’action des services secrets français ainsi que celle de notre gouvernement. Nous précisons encore une fois que nous ne partageons pas forcément l’ensemble des positions et des analyses des personnes que nous interrogeons, des points de vue que nous relayons.

Cercle des Volontaires : Vous me disiez que les personnes qui ont commis l’attaque de Charlie Hebdo et la personne qui a commis la prise d’otage à Porte de Vincennes appartiennent au même groupe ?

Brigadier Toul : C’est le même groupe. Les gars ont décidé de faire leur djihad et ils vont aller au carton jusqu’au bout. Donc c’est exactement le même groupe et sur ce groupe il en manque sept qui sont toujours sur Paris, et armés et dangereux.

CdV : Donc les deux qui ont fait l’attentat à Charlie Hebdo sont assiégés, il y en a deux qui sont à Vincennes, qui viennent de faire une prise d’otages, et tu me dis qu’il y en a encore sept autres ?

BT : Ils étaient dix. Le groupe de Vincennes, ils sont dix. Il y en a sept dont on n’a pas de nouvelles.

CdV : Mais alors à Vincennes ils sont combien ?

BT : Il est tout seul, d’après les écoutes qu’on a.

CdV : Ça fait longtemps qu’on sait qu’ils sont sur le point de commettre un attentat ?

BT : Ça fait un petit moment, mais premier problème, c’est qu’en France on a tellement l’habitude de faire la politique de l’Autruche que les alertes ne sont pas prises en compte. On en a parlé déjà plusieurs fois. C’était éminent, ben voilà, ça se confirme.

CdV : Mais les services étaient au courant, donc.

BT : Mais les services savaient que ça allait se produire, mais on n’avait pas de date précise.

CdV : Bien sûr, et quand il y a plein de menaces, c’est compliqué de surveiller tout le monde, mais là, peut-être que ça aurait dû être fait quand même ?

BT : Le problème, c’est que pour assurer le suivi d’une personne, il faut être au minimum vingt personnes pour un individu. Donc en réduisant les équipes et les budgets, tu fais le calcul… Il faut bien que les gens se reposent de temps en temps. Pour un individu, il faut une équipe de vingt, donc tu vois un peu la situation… Comme on a réduit les effectifs, on a réduit les moyens, et ben voilà.

CdV : Le groupe de sept, ils sont, à ton avis, en région parisienne, ou ils peuvent être disséminés partout en France ?

BT : Non non, ils sont dans la région parisienne, ça c’est clair. Ils sont connus des services. Mais bon, ça ce n’est pas le plus grave. Le plus grave, c’est qu’il y a trois cent individus qui sont rentrés du même groupe, qui sont disséminés sur l’ensemble du territoire national.

CdV : Il y en a sept dans cette cellule, mais des gens comme eux, il y en a trois cent en tout qui reviennent de Syrie et d’Irak ?

BT : Voilà, sur l’ensemble du territoire national, et là c’est beaucoup plus grave.

CdV : Ok. Et surtout, ça va leur donner de la suite dans les idées, ce qui s’est passé…

BT : Tout à fait, logique.

CdV : Eux, ça fait combien de temps qu’ils sont rentrés, le groupe des dix ?

BT : Si tu veux, ils étaient tous incarcérés, on les avait mis en taule. Avec ce genre d’individus, il ne faut pas se poser la question. Si tu les « attrapes », tu sais que forcément, ce sont des gens qui vont aller au carton. Donc, à mon avis, il faut répondre à leur manière. Il ne faut pas tergiverser avec eux. Avec ces gens-là, tu ne peux négocier, tu ne peux pas discuter, parce qu’à un moment ou à un autre, ils vont commettre un attentat.

CdV : Mais la solution ne serait-elle pas de les envoyer en prison pour plusieurs dizaines d’années, et/ou les munir d’un bracelet électronique ?

BT : Non, d’après moi, il faut une solution radicale.

CdV : Vous parlez de la peine de mort ?

BT : Il n’y a pas à discuter avec ces gens-là. Il est inutile de parler de peine du mort, inutile de les placer en jugement. C’est une guerre. Point barre.

CdV : Exécution extrajudiciaire ?

BT : Voilà, c’est clair, net et tout simple. C’est une guerre.

CdV : Donc tu es finalement du même point de vue qu’Aymeric Chauprade, qui disait qu’il ne fallait pas les laisser rentrer en France, qu’il fallait les éliminer in situ ?

BT : Mais bien sûr, et la morale n’a rien à voir là-dedans. C’est une guerre avec des gens qui sont déterminés à te foutre sur la gueule et à tuer tout le monde, tu ne peux pas te permettre de les laisser passer, parce que ce sont des innocents qui paient, et ce sont nos libertés qui sont en jeu. Donc le boulot doit être fait, peu importe la méthode. Il n’y a pas de morale qui tienne, ni judéo-chrétienne, ni rien, ça n’a rien à voir, ni une morale politique. Il faut que ça soit fait. C’est tout. Point barre. Si on ne veut pas des veuves et des orphelins, il faut absolument appliquer cette politique, zéro tolérance. Il ne faut même pas chercher à discuter, et il faut y aller.

CdV : Le gouvernement français est quand même un peu coupable dans le sens où toutes les armes…

BT : Il est coupable dans le sens où il a laissé faire, où il a coupé les budgets de l’armée française, il est coupable parce qu’il a fourni des armes et de la logistique et des moyens à ces groupes là, donc il est totalement coupable et responsable.

CdV : De plus, le gouvernement français a donné un mobile supplémentaire en disant : « Bachar ne mérite pas de vivre », etc. Donc les jeunes des banlieues avaient d’un côté des imams radicaux qui essayaient de les manipuler en disant « il faut tuer Bachar Al Assad », et de l’autre côté le gouvernement français qui leur disait « Bachar el Assad ne mérite pas de vivre », ils avaient les deux en stéréo…

BT : Quand on sait que c’est grâce aux informations que nous ont fournies les services de renseignement de Bachar Al-Assad que la plupart de ces djihadistes ont été « levés » [repérés, ndj] dès le départ, ça la fout mal quand même, on est cons à un moment donné. En clair, nous avons pu les identifier grâce au gouvernement syrien et à ses services. Soit on continue cette politique suicidaire, soit on se met à prendre vraiment le taureau par les cornes. Sinon, on ne va pas avoir d’autre solution que de faire intervenir l’armée, in fine. Et là, on ne va pas rigoler, parce que c’est pas possible un truc pareil. Je te jure que c’est pas possible. Parce qu’on en a marre de voir des femmes et des hommes de valeur se faire décimer parce qu’on a un gouvernement lâche. Et ça c’est clair. Depuis le temps qu’on le dit, voilà. Alors il faut prendre le taureau par les cornes, et on y va franchement. Il n’y pas d’autre solution. Il faut arrêter de jouer. On n’est plus à se poser des questions. Il faut y aller. Il ne faut pas faire d’amalgame à propos des musulmans : l’immense majorité des français musulmans sont sans histoire, mais il y en a quelques uns qui sont entrés en guerre. Ceux-là, on les connaît, on sait qui ils sont, il faut y aller. Il faut les débusquer et les stopper. Il ne faut pas tergiverser.

CdV : Personnellement, je ne suis pas militaire, je suis un civile, et en tant que citoyen, je me dis qu’on ne peut pas demander ça au GIGN : abattre trois cent personnes en France. Je pense qu’il faut les arrêter et les mettre en prison.

BT : Ça, c’est de la morale « bisounours »… La priorité, c’est d’éviter le maximum de frais pour nous les citoyens, et nos institutions.

CdV : Si je peux me permettre : imaginons que les peines de prison prononcées à l’encontre des djihadistes, s’ils étaient arrêtés, soient des peines de vingt ans de prison incompressibles…

BT : Mais tu sais bien que même s’ils font vingt ans incompressibles, ils sortiront. Ils font des émules à l’intérieur des prisons. Tu te doutes bien.

CdV : Ça dépend comment les prisons sont organisées. Telles qu’elles sont organisées aujourd’hui, oui, c’est sûr, malheureusement.

BT : Le problème il est là. Et comme en France, nous n’avons pas pris les bonnes décisions, à un moment donné, il faut faire face à la réalité.

CdV : Avec ce qui vient de se passer ces derniers jours, les lois sécuritaires pourraient très vite évoluer vers des peines beaucoup plus sévères pour tout ce qui touche de prêt ou de loin au terrorisme…

BT : Non, ça, ce sont des paroles. Il faut des actes. Il faut arrêter le blabla. Avec ces gens-là, tu ne peux pas négocier et tu ne peux pas discuter. C’est une guerre, point barre. Il n’y a pas de discussion possible et pas de négociation possible. A un moment donné il faut se le mettre dans la tête.

CdV : Donc là, le groupe des sept risque de continuer à commettre des attaques, des attentats, des prises d’otage sur Paris et la banlieue ?

BT : Bien sûr. Il faut surveiller ce qui se passe sur les réseaux sociaux. C’est une véritable bombe à retardement. Et comme les djihadistes sont plus armés que nous, ils sont dehors, sur le terrain, il n’y a pas trente-six solutions. Parce que c’est pas avec un 9 millimètres [arme standard des policiers français, ndj] que tu arrêtes des gens comme ça.

CdV : C’est dur. J’avais de la peine quand je lisais les témoignages des deux policiers en vélo qui ont essayé d’arrêter les deux gars qui ont été à Charlie Hebdo.

BT : Ils ont eu un courage exceptionnel, ces hommes. Ils devraient même être reconnus comme héros de la Nation.

CdV : C’est des gens comme eux qui devraient avoir la Légion…

BT : Aller se taper des mecs armés avec des kalachnikovs et des balles qui sont capables de percer des gilets traditionnels de policiers, aller aux gaufres avec leurs neuf millimètres, et bien, chapeau bas. Quand tu vois que des policiers municipaux comme la petite qui s’est fait descendre il y a quelques jours, je suis désolé, elle aussi c’est une victime, mais tu imagines bien que n’importe qui peut tomber sur ces zigotos, que ce soit un journaliste et tout ça ; Et comme les djihadistes n’ont pas peur de se faire tuer, il faut se dire que tous les policiers de France et de Navarre sont susceptibles d’être victimes de ces gens-là. Mais ils ne sont pas équipés pour leur faire face.

CdV : La situation est vraiment tendue.

BT : Bien sûr, mais on le sait depuis longtemps, c’est pas faute d’avoir tirer les sonnettes d’alarme.

CdV : On nous a dit que les assaillants étaient trois à Charlie Hebdo, et là en Seine-et-Marne, ils ne sont que deux retranchés. Où est le troisième ?

BT : Non, ils n’étaient que deux à Charlie Hebdo. Le troisième, c’est un gars qui les a accompagnés mais qui ne faisait pas parti du groupe. Il s’est rendu à la police. Il y en a sept autres qui sont du même acabit qui sont actuellement dans la nature.

CdV : Donc ceux qui ont participé à l’attaque de Charlie Hebdo n’étaient que deux et le troisième c’était un chauffeur de voiture qui ne savait même pas où est-ce qu’il allait en fait.

BT : Oui.

CdV : Brigadier Toul, merci pour votre témoignage.

BT : Merci à vous.

* Le nom a été modifié

(411)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 855 articles sur ce site.


27 commentaires

  1. Martin dit :

    « CdV : Personnellement, je ne suis pas militaire, je suis un civile, et en tant que citoyen, je me dis qu’on ne peut pas demander ça au GIGN : abattre trois cent personnes en France. Je pense qu’il faut les arrêter et les mettre en prison.

    BT : Ça, c’est de la morale « bisounours »… La priorité, c’est d’éviter le maximum de frais pour nous les citoyens, et nos institutions. »

    Gnééé ? C’est quoi cette interview ? c’est qui ce mec ? C’est un fake ou bien … on parle d’abattre 300 personnes « préventivement » ou j’ai mal lu ?

    • Ce n’est pas un fake. C’est déjà la mission de l’armée française au Mali ou en Centrafrique, par exemple (« aller détruire les terroristes »). Mais c’est vrai que dans ces pays, en face, les djihadistes ne sont pas français. Comme je le dis dans l’article, Aymeric Chauprade, une des têtes pensantes du Front National, préconise d’aller les tuer en Syrie et en Irak, avant qu’ils ne rentrent en France.

    • Doudou dit :

      Bah, c est le GIGN sa me surprend pas, ils aiment bien tuer des mecs bronze.
      Faut pas oublier que y avait pas grand monde qui voulait integre le GIGN avant la prise d otage a Marseille, ce ne sont plus les memes personnes, l equipe est differente, le GIGN aujourd hui pas mal d entre eux ce sont des jeunes qui ont trop jouer a counter strike.
      Ils sont completement aveugle par le djihadisme, et ne voyent pas le vrai danger, leur solde et supprime quelques arabes leur suffisent, leur chef leur dit c est bien les gars, ils pensent regle le probleme.
      DE + il dit
      BT : Non, ils n’étaient que deux à Charlie Hebdo. Le troisième, c’est un gars qui les a accompagnés mais qui ne faisait pas parti du groupe. Il s’est rendu à la police.
      Je croyais que le gars etait a l ecole lors de la tuerie?!?!?

      Apres je pense qu il a pas tord sur le fait que c est une erreur d envoyer ce genre d individu en prison, ce sont de veritables danger pret a tout pour tuer du francais, et rien ne pourra change ces gens tant qu ils ne seront pas mort ils continuront a tuer des innocents, donc en fin de compte ils ont trouve le job qui correspond a leur profile…

      • james dit :

        Comment peux tu réduire le GIGN à des animaux tels des moutons qui ne font que suivre les ordres?
        Connais tu seulement le parcours de ces hommes ? Ils passent des sélections qui durent 1 an et crois tu seulement que ce n’est que sur le point physique ?
        La moyenne d’âge de ces hommes est de 35 ans.
        Et bien non garçon, ils sont sélectionné principalement pour leur psychologique. Crois tu que l’on va mettre des hommes sur entraîner pour aller tuer de l’arabe comme tu dis ? Leur intervention ne se résume pas qu’à ça. Tes paroles sont stériles et décousues.

      • Doudou dit :

        @james
        Je reduit pas le GIGN, oui je connais le parcours de ces hommes, ils passent des formations de dingues que je ne serais surement pas capable de faire je connais le milieu militaire j en ai fait parti.
        Je reduis pour la plupart touts les mecs qui sont dans l armee et qui suivent les ordres comme des moutons, si tu connaissais un peut certaines personnes qui ont quittes l armee et d autres qui sont restes tu partagerais mon avis. Le monde n imagine pas dans quel etat est l armee aujourd hui.
        Mon grand pere a eu la croix de guerre, ils s est battu contre le nazisme, et quand j ai vu une section entiere partir en vacance en allemagne, se prendre en photo dans les cimetieres nazi devant une croix allemande et que de plus comme par hasard les 3 mecs avec un penchant un peu vers tonton adolf avec qui tu fais tes classes et qui se retrouvent comme par hasard tous dans la meme section(nazi) y a de serieuse question a se poser.
        Avec le drame de carcassonne et encore un general(patriote) qui se fait coupe la tete et 2 ans plus tard creation du CFIM je donne pas cher de l armee francaise dans les 5 prochaine annees.
        J ai deja discuter avec des mecs du GIGN, j etais dans l armee aux alentours de 2004, et comme tu le dit avec la formation qu ils ont qui n est pas que physique je me demande comment c est possible que les mecs ne se rendent compte de rien, genre 2 types avec une kalash sans optique, qui groupent + de 8 balles au coup par coup en tir reflexe, qui font une tuerie en plein paris, se font avoir comme des bleus lors de l assaut dans l entrepot, pour moi c est gros,(+le coup de la carte d identite, tu le sais comme moi que les gitans font des fausses cartes pour des credit a la consomation….)
        Bref si ta l occasion de rencontre un mec du GIGN demande lui combien d entrainement intensif il faut pour arriver a un tir groupe de 8 balles au coup par coup avec un calibre 5.56 (plus stable que le 7.62) avec optique du style aimpoint en tir reflexe.
        Qu on vienne pas me dire que tout est normal, car soit c est un coup monte, ou alors si des djihadistes arrivent a tire des centaines de cartouches pour s entrainer sur notre sol sans qu on s en rende compte il y a un gros soucis ici.
        Ce que je sais c est que le GIGN est entrainer pour sauver des merdes genre Jean Fixot, ce genre de collabos qui sont responsables de beaucoup de mort, et qui pissent sur notre drapeau, le djihadisme c est de la branlette a cote.
        Si tu connais une personne qui est decedee du cancer du pancreas, ou autre cancer qui touche systeme digestif, dans la region PACA il y a un responsable le nom que je t ai donne ci dessus, le PCB tu connais? Renseigne toi sur CHIMREC.
        Ce mec a detruit des centaines de familles, il a tape plus fort que les 2 terroristes, pourtant il s en est tire avec 6 mois de surcis et de plus ce genre d audieux personnage benificient de la protection de groupe comme le GIGN en cas de souci.
        Aujourd hui je vois l ecosse qui se bat pour sortir de cette merde qui est l europe, je sais qu il reste au moins un general qui est patriote( un grand homme) tu sais comment s est organise la resistance francaise? j attend ce jour loin de mon pays pour venir le libere des vrai collabos qui se servent de nos forces armees tout en pissant sur notre drapeau.
        Apres guerre le peuple aurait du suivre un general, ce qui n a pas etait fait, son projet c etait de combattre tous les collabos qui etaient encore bien loge apres guerre, pour cela il lui fallait 80% des voix, ils ne les a pas eu, il a dit francais vous etes de veaux, et nous a laisser a grand regres au mains de ces collabos qui sont proteges par nos forces d elite c est deplorable.

  2. Message Interview Complete de Chérif Kouachi au journaliste de BFM TV. 9 janvier 2015 10h

    https://www.youtube.com/watch?v=clCRRyTvWMo

    • Jp dit :

      Sans vouloir verser dans le complotisme ça me rappel l affaire Merah lorsqu’il avait était en contact avec les journalistes de France 24 pareille juste avant de mourir et pour revendiquer tout les crimes commis.

  3. Eddy Evanghelos Yannakis dit :

    En même temps il faut comprendre le personnage. Si la prison est une plateforme qui produit du profil de terroriste, incarcérer ces extrémistes c’est les renvoyer en formation…

    • Martin dit :

      Ah d’accord, comme l’option carcérale présente quelques impairs, je réfélchis pas plus et j’en arrive à la solution qu’il faut tuer tout le cheptel. Je mets ce mot à dessein : un temps j’ai vraiment cru qu’il parlait d’animaux dans un contexte de crise sanitaire. (d’ailleurs en y réfléchissant, c’est par ce procédé qu’il en vient tout benoitement à évoquer « l’abattage » de 300 personnes.)

  4. clément dousset dit :

    je suis préoccupé, Raphaël, de te voir publier sans précautions ni commentaires l’interview de ce répugnant facho

    • Je me cite (premier paragraphe) : « Nous précisons encore une fois que nous ne partageons pas forcément l’ensemble des positions et des analyses des personnes que nous interrogeons, des points de vue que nous relayons ». Donc je crois que j’ai pris des précautions, et que j’ai commenté l’interview.

      De plus, il n’y a pas besoin d’être Einstein pour comprendre, en lisant l’interview, que je suis contre la peine de mort, et contre les exécutions extra-judiciaire.

      Enfin, tu pourrais peut-être expliquer ce qui te gêne dans sa position, plutôt que de le traiter de « répugnant facho », expression à la mode mais qui ne veut plus dire grand chose… Je serais moi-même un « répugnant facho » selon certaines sources…

      • clément dousset dit :

        Sans être Eistein, on comprend que tu n’es pas nettement défavorable à la prison préventive de plusieurs dizaines d’années : « la solution ne serait-elle pas de les envoyer en prison pour plusieurs dizianes d’années ? » et quand ton interlocuteur parle d’éxécution extra-judiciaire, on ne te voit pas trop protester. Désigner ton interlocuteur comme un facho est un raccourci, je veux bien mais je ne vais pas reprendre tous ses termes, il y en a de mutiples qui m’incitent à choisir ce terme. Enfin tu sais que je suis farouchement opposé à la publication de cette interview, tu l’as fait quand m^$me. Je n’ai plus rien à dire.

      • Envoyer qui en prison ? Des suspects ? Certainement pas ! Des individus arrêtés et jugés parce qu’il planifie, prépare des attentats (donc avec des éléments concrets et probants), je ne vois pas ce qu’il y a de choquant. Et pourquoi tu te focalises tant sur le « préventive ». Il ne s’agit pas de « pré-crime » au sens de Minority Report.

        Au contraire, quand il parle d’exécution extra-judiciaire, je proteste.

      • clément dousset dit :

        Oui, enfin plusieurs dizaines d’années de prison pour un simple projet je serais curieux d’avoir l’avis de juristes ! Ah ! la fréquentation de gens qui prônent 300 exécutions extra-judiciaires de sang froid peut faire perdre un peu le sens de la mesure, sinon de la justice !

    • Josef dit :

      Le jour ou ce « répugnant facho », ira risquer sa vie pour te protéger tes fesses, tu lui baisera le cul !
      CONNARD !!!

  5. Maximilianus dit :

    On parle de 1000 personnes parti combattre, il faut ajouter les jeunes Français qui ont la double nationalité (Franco-Israelienne) et qui participent aux différents conflits, dont certains s’entraînent aux tirs en France…et ajouter et à cela on ajoute les trafiquants, à cela on ajoute les résultats des cybers Gendarmes qui ont identifiés en France pas moins de 200.000 pédophiles…personnes assassinés, enfants violés, drogués, alcoolique, femmes battus mourants sous les coups d’hommes(avec un h minuscule),….nous sommes là…mais ds une cinquantaine d’années serons nous le cercle des blogeurs disparus–>oui…

  6. rolalalalala dit :

    c’est pas une guerre. Il faut 2 camps pour une guerre.
    Sinon si votre brigadier passe par la et si il connait les procédure des GIGN je voudrais savoir est il possible de prendre des gens armé et déterminé vivant?
    j’imagine bien que c’est difficile mais avec la diversité d’arme a votre disposition cela devrait pouvoir se faire.
    20 ans incompressible ça fait pas cher la vie humaine.

  7. sabel dit :

    Quand on sait que dans la police il y a des individus tel que ce brigadier,cela vient renforcer mes sentiments.il avoue que le gouvernement francais les finances avec l appuie des services secrets.Si je me rapporte à son témoignage qui doit on abattre en premier?

  8. Bouchet dit :

    Dans les siècles précédents, la France a eut-à subir la révolte des « Jouvenceaux ». Il s’agissait de jeunes gens de 10 à vingt-cinq ans, en rupture sociale( à l’époque seuls quelques religieux faisaient du social)…Ils parcouraient le Royaume,s’attaquant à des fermes, petits bourgs isolés. Pillages, viols, massacres…Le Roi employât les grands moyens, ils furent exterminés jusqu’au dernier sans distinction d’âge ou de sexe. Jugés irrécupérables. il faut dire que leurs crimes furent nombreux, cruels et sanglants.
    En tout cas, jusqu’à nos jours, le phénomène ne fût plus tant la répression a été terrible…
    Les français ont la mémoire courte, faut dire aussi que ces faits ont-été occultés. Dans les années60, l’on nous instruisait de la révolte des jouvenceaux. Mais depuis les années 80, c’est la dégringolade à l’E.Nat.

  9. Jp dit :

    Merci pour l’échange on en apprend un peu plus. Je suis pas vraiment d accord sur la peine de mort je pense qu un vrai changement politique peu régler le problème à la fois sur les idéologie nauséabonde, la politique international et le problème des prison. Comme la dit le brigadier Toul il faut prendre le taureau par les cornes, alors plus que jamais au chiotte les élus corrompus ! ET bonjour la démocratie ! ça urge la je pense, parlez en autour de vous de « la vrai démocratie »

  10. passi dit :

    « CdV : Donc ceux qui ont participé à l’attaque de Charlie Hebdo n’étaient que deux et le troisième c’était un chauffeur de voiture qui ne savait même pas où est-ce qu’il allait en fait.

    BT : Oui.
     »

    Genre le mec avoue à la police qu’il conduit des mecs cagoules avec kalachnikovs mais c’est pas grave parce qu’il savait pas ou ils allaient.

    Ou comment reduire à neant la credibilite de l’interview d’un soit disant « insider ». Plutot un pauvre gars qui essaye de faire passer ses opinions politiques (plutot banales au demeurant) pour des infos secretes de la plus haute importance.

  11. « Avec ce type d’individus, il n’y a pas de négociations »

    http://www.dailymotion.com/video/x2egmkr_avec-ce-type-d-individus-il-n-y-a-pas-de-negociations_news

    L’ancien patron du Raid, Amaury de Hauteclocque, évoque avec Laurent Delahousse les interventions menées contre les frères Kouachi et Coulibaly. Pour lui, la mort des terroristes était inévitable.

  12. Bouchet dit :

    Révolte dite aussi des « pastoureaux »…

Laissez un commentaire

Why ask?