Charlie et la diplomatie : terrorisme et politique étrangère

Nous sommes la paixDans le débat français, comme après un mini 11 septembre, l’heure est, pour paraphraser ce bon vieux George (W. Bush), au « soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec les terroristes ». Dès lors, il me semble important de prendre du recul par rapport à ces réactions émotionnelles, pour tenter de répondre à une question plus pragmatique : « qu’est-ce qu’on fait maintenant ? ».

Commençons par regarder dans ce que nous connaissons le mieux : nos sociétés occidentales, en l’occurrence la France. La France est en guerre. Pas seulement depuis l’affaire de Charlie Hebdo, non, mais depuis le 11 janvier 2013 où débute l’opération Serval au Mali et davantage encore depuis le 19 septembre 2014, date des premières frappes françaises contre l’Etat Islamique (Daesh), dans le cadre de l’opération Chammal. Dans nos sociétés civilisées, la guerre ne se voit plus. Elle s’effectue à des milliers de kilomètres, de manière plus ou moins ouverte, et passe inaperçue, du moins chez nous. Tout au plus y consacre-t-on quelques minutes au détour d’un journal télévisé quelconque. Sur le terrain également, plus question de troupes au sol (1). Trop salissant. On préfère bombarder à l’aide d’avions de chez M. Dassault, un armateur qui n’a jamais si bien porté son nom ! Un des effets négatifs de cette nouvelle manière de faire la guerre (soft dans la présentation et hard dans la pratique), est que cette dernière en est rendue plus politiquement correcte, et de là, plus « acceptable ». Aussi, la population, ne réalisant pas qu’elle est en guerre, ne démontre plus (autant) son opposition à la guerre, comme c’était le cas par le passé. Ainsi, si l’on pense aux manifestations qui secouaient la France lors de la guerre du Vietnam, ou, plus récemment celle d’Irak, la passivité actuelle de l’opinion publique par rapport à la guerre est frappante. Autrement dit, la guerre est totalement banalisée dans nos sociétés, et il en résulte un manque d’opposition au niveau politique, mais aussi de l’opinion publique.

Le problème, c’est que le fait de ne pas prêter attention à la guerre que l’on est en train de mener n’en annule pas les effets qui peuvent se manifester au sein de nos sociétés mêmes, dans la salle de rédaction d’un journal comme Charlie Hebdo, par exemple. Plutôt que d’essentialiser l’islamisme dans un choc de civilisations, il s’agit de regarder aux causes (géo)politiques. Avec le peu de recul dont on dispose par rapport aux faits, il semble néanmoins que les frères Kouachi et Coulibaly aient étés formés à l’étranger. Une source militaire assure même qu’ils faisaient partie d’un groupe de personnes qui revenaient de Syrie et d’Irak (2). Ces endroits ne sont pas le fruit du hasard, mais, dans une grande partie, de la politique étrangère de la France, qui, sur le modèle américain, pratique une politique étrangère à double standard, qui peut être qualifié de « bon arabe, mauvais arabe », pour reprendre l’expression de Michel Collon (3). Ainsi par exemple, en 2011, lorsque la France cherche à se débarrasser de Kadhafi en Libye, elle s’allie avec Al Qaeda  au Maghreb Islamique (certainement des démocrates locaux…). La déstabilisation conséquente du pays engendre une situation où l’Etat est complètement failli et où les armes (et leurs propriétaires) transitent, par exemple jusqu’au Mali. Selon le même modèle, Laurent Fabius déclarait en 2012, à propos de la Syrie, que le front djihadiste Al-Nosra fait « du bon boulot » en Syrie contre al-Assad (4). Aujourd’hui, la France combat ce même groupe en Irak. En bref, la politique étrangère de la France se met à combattre des sortes de Frankenstein, qu’elle crée puis tente de détruire selon les circonstances.

Aussi, Al-Baghdadi, calife de l’Etat Islamique (dont se revendiquerait Koulibaly, selon BFMTV), a fondé son organisation en 2003, lors de la guerre puis de l’occupation américaine de l’Irak. Il suffit de penser à l’électrochoc subi par un pays en cas de bombes ou d’assauts (dans la rédaction d’un journal, par exemple) pour comprendre que « nos » guerres sont le terreau d’animosités envers nos pays. De plus, les vagues incessantes d’attentats en Irak démontrent que les bombes US ne parviennent pas à stopper une idée : le terrorisme. En 2001, on comptait un foyer principal de terrorisme, contre une quinzaine aujourd’hui. Dès lors, la France, si elle veut éviter de tels drames à l’avenir, devrait éviter de commettre ces mêmes erreurs, notamment par rapport à Daesh. Aussi, il faut se rendre compte d’un principe simple mais qui semble avoir été oublié : au plus nous sommes en guerre avec des individus, au plus des individus sont en guerre avec nous… Et donc au plus nous risquons des actes de guerre dans nos pays.

Certes, les terroristes combattent avec leur propre arme, qui est le meurtre d’innocents (cela dit, on pourrait aussi se poser la question de savoir si nos bombes si propres font la distinction entre civils et militaires), et il ne s’agit aucunement de le justifier. Mais ce rappel brutal au fait que nous sommes des pays « en guerre », même si cela est caché, doit nous faire réfléchir. Il faut revoir d’urgence notre politique étrangère, vers une « dé-banalisation » de la guerre : nous ne sommes en rien forcés de participer à des guerres qui ne nous concernent pas, de soutenir des pays, comme Israël, qui (en plus de violer le droit international depuis des décennies) ternissent notre image au Moyen-Orient. Enfin, nous devons absolument éviter de jouer à l’apprenti sorcier avec des alliances et des contre-alliances, qui, au final sèment le chaos dans le monde, chaos qui nous pend au nez du fait d’un simple effet boomerang (5).

Aussi, je n’irai pas manifester qu’on est « tous Charlie ». Car la question n’est pas là. Pour ma part, je ne suis pas Charlie : je ne partage pas leur vision de la liberté d’expression à deux vitesses. Car c’est malgré tout cela aussi que représentait Charlie Hebdo (du moins depuis, grosso modo, l’arrivée de Val comme directeur de la rédaction). Ainsi, en 2009, Siné, pilier de Charlie Hebdo, était limogé pour avoir déclaré ironiquement, à propos du fils de Sarkozy qui allait épouser une riche héritière juive, qu’il ferait « du chemin dans la vie, ce petit » (6). Plutôt moyen pour un journal « impertinent » qui titrait, après des tueries en Egypte en 2009 : « le Coran, c’est de la merde : ca n’arrête pas les balles ». La question n’est donc pas de savoir si l’on condamne la tuerie : (presque) tout le monde le fait. A mon humble avis, il faudrait plutôt se poser la question du : « qu’est-ce qu’on fait de notre politique étrangère maintenant ? ». Et malheureusement, j’entends déjà la large réponse politique qui se dessine : « faire la guerre au terrorisme »…

Louis Maréchal


Notes :

(1) Irak : la France n’enverra pas de troupes au sol, annonce François Hollande (RTL)

(2) De source militaire, « les trois terroristes tués font partie d’un groupe de dix » (Cercle des Volontaires)

(3) Michel Collon: bon arabe/mauvais arabe, médiamensonges, Libye (Ce Soir Ou Jamais)

(4) Le Monde du 13 décembre 2012 : « En revanche, la décision des Etats-Unis de placer Jabhat Al-Nosra, un groupe djihadiste combattant aux côtés des rebelles, sur leur liste des organisations terroristes, a été vivement critiquée par des soutiens de l’opposition. M. Fabius a ainsi estimé, mercredi, que  »tous les Arabes étaient vent debout » contre la position américaine,  »parce que, sur le terrain, ils font un bon boulot ».  »C’était très net, et le président de la Coalition était aussi sur cette ligne », a ajouté le ministre. »

(5) Je parle en tant que belge, mais la participation de mon gouvernement dans la coalition contre Daesh me fait employer le « nous » !

(6) Siné viré de Charlie Hebdo : antisémitisme ?

(402)

A propos de l'auteur :

a écrit 6 articles sur ce site.


8 commentaires

  1. clément dousset dit :

    Heureux et fier de voir cet article sur notre site. Merci Louis.

  2. william perroquet dit :

    Très bon article, la réponse de la France risque malheureuse detre aussi décevante que les Etats-Unis après le 11/09…

  3. Kamen dit :

    La Marche pour la liberté est un grand succès et la couverture médiatique de l’évènement « Charlie-Hebdo » se prolonge, est intense et mondiale et France Info en fait son sujet permanent. Le drame est transformé en une victoire et un soutient manifeste aux juifs et journalistes dont des représentants ont étés tués parmi les 17 morts (quand même) et une justification pour la surveillance et les lois restrictives. Plusieurs centaines de milliers de personnes sont attendues ce dimanche à Paris, mais dès samedi, près de 700.000 personnes ont défilé dans de nombreuses villes. Une mobilisation inédite par son ampleur et par la présence de nombreuses personnalités françaises et internationales. Le président François Hollande fera partie du cortège, ainsi que de nombreuses personnalités françaises et étrangères. « Face à cette situation exceptionnelle, des mesures tout aussi exceptionnelles seront prises pour assurer la sécurité de la manifestation et le respect de l’ordre public ». Il faut éviter que d’autre ne fasse comme les trois terroristes dont la surveillance a été levée en été 2014. C’est l’heure de la Vérité. Le gouvernement joue sa dernière carte.
    Manifester pour la libre expression des idées, oui, mais pas pour la vie des 2000 morts massacrés pendant ce temps là au Nigéria (pas plus que celle des Yézidies en Syrie, des chrétiens d’Orient en Irak, des Gazaouïs, des 5000 Ukrainiens, des 3000 Centre-Africains). Les violences liées aux attaques du mouvement islamiste ont fait plus de 10.000 morts l’an dernier.
    Oui pendant ce temps là, l’Afrique est au supplice. Nous sommes très impliqués en Afrique officiellement avec le commerce dont nos avons besoin, de façon moins visible dans la gestion (ou le contrôle) de certains pays. Même si ce n’était pas le cas quand un voisin, un ami a des problèmes on l’aide à rétablir la sérénité chez lui. C’est humain. Mais pas cette fois là, au contraire, nous marchons tous complètement dans la combine pour éclipser la nouvelle. La manœuvre est très bien ficelée pour occulter l’actualité récente avec notre silence et notre consentement.
    Aussi doit on considérer que « La liberté, les journaux peuvent et doivent écrire ce qu’ils veulent mais surtout ce que nous voulons » ou simplement être honnête? Dans ces circonstances je comprends mieux la raison du communiqué qui suit :

    « Bref communiqué.
    La Vérité éclate au grand jour et il faudra bien assumer. Les journalistes devront répondre du principe d’honnêteté et se désolidariser du mensonge d’État. C’est à ce prix que l’Unité sera en France.
    Le mensonge ne doit plus être.
    Il est la clé du blocage et de l’horreur. Il est responsable du drame général, de la tuerie de Charlie Hebdo et tous les médias sont complices et responsables, parce qu’ils ont tous sur les mains la Responsabilité de la déstabilisation de la France par leur acceptation et soumission à la fausseté.
    On ne survit pas à la fausseté. C’est la Vérité ou la mort.
    Les médias comme le gouvernement actuel ont des comptes à rendre aux Français. La Vérité sera parce que la Justice s’appliquera.
    Les médias ont du souci à se faire : tous ceux accoquinés au système d’État, en France et ailleurs. Mais la France résistera à toutes les contradictions du monde.
    Et le futur est là, dans les actes en France.
    Pendant ce temps-là, les tueries continuent en Afrique et en Syrie.
    Que le Peuple de France se hâte et montre la Voie.
    Il en va de la Paix du monde.
    USA-Israël-islamistes doivent être démasqués et contrés !
    Le 09.01.2015 »

  4. sabel dit :

    Un article qui a du mérite !

  5. Bizon dit :

    Très bon article.
    Juste une précision, je ne pense pas qu’on puisse parler d’erreurs en ce qui concerne la politique étrangère de la France. Il s’agit d’une politique délibérée et assumée de soumission intégrale à l’agenda israélo-américain.

  6. Bourdon F. dit :

    Un article intéressant voire éclairant et par ailleurs très bien écrit.

  7. Substance2004 dit :

    L’article fait preuve d’une grande érudition, mais je crois qu’il faut aussi voir comment d’autres domaines vont évoluer en France.

    Je pense en premier lieu à la police.
    Car si l’opération a été menée à terme, avec cependant le regret de ne pas avoir pu ou su capturer ces ordures vivants, les forces de l’ordre risquent de gueuler assez rapidement devant la tâche de « dédjihadisation » de la France en même temps que d’assurer la sécurité de Mme Michu et le manque de moyen (et parfois de salaire) dont on les prive de plus en plus.

    Je crois aussi que l’appel de la « géniale » Valérie Pécresse à un Patriot Act à la Française pour faire taire plus des activistes ou des opinions allant dans le sens de la responsabilité de la France dans sa politique internationale pour cacher l’incompétence peut surgir.

    Autre donnée : les élections en Grèce.
    Syriza peut risquer aux vues des attentats de faire un score moindre que prévu et donc faire moins peur aux marchés.

    C’est déjà dimanche soir… passons à autre chose que cette manifestation qui nous empêche de voir globalement…

  8. Henri dit :

    Excellent article !

Laissez un commentaire

Why ask?