Rama Yade : « Les hommes qui nous gouvernent ont peur du peuple »

ramaNombreux d’entre vous sont ceux qui ne se souviennent de Rama Yade qu’en tant qu’une des nombreuses personnalités ayant servi à témoigner de l’absence de racisme chez Nicolas Sarkozy. Secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme de 2007 à 2009, puis chargée des Sports jusqu’en 2010, elle dénonce pourtant dans un entretien accordé récemment au site d’information Enquête & Débat  le fait d’avoir été « jugée sur l’apparence », son engagement politique ayant été « discrédité », du fait qu’elle ne « ressemble pas au système politique traditionnel ». Ceci explique sans doute pourquoi elle quittera l’UMP un mois après son départ du gouvernement pour rejoindre le Parti Radical.

Et en effet, les idées et les propos qui sont tenus durant cette interview ne reflètent pas du tout le portrait que les médias avaient dressé de Rama Yade, elle dénonce l’échec du « projet Républicain », ainsi que « la crise morale que vit notre pays » puisque selon Rama Yade, jadis c’était « l’école qui nous permettait de réussir », elle affirme que ce n’est plus le cas désormais et que « selon des experts, il faudrait revenir à l’Instruction ». Elle dénonce aussi les dérives de l’antiracisme, affirmant qu’« il ne faut pas faire le procès de la France à longueur de temps, sinon, il faut pas rester ici » – encore des échos de « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » – ce qui n’est pas sans nous rappeler les propos de l’ex-président français d’origine hongroise Nicolas Sarkozy, avec qui elle semble toujours conserver un attachement particulier, allant jusqu’à le qualifier de « révolutionnaire », en opposition au conservatisme de l’UMP. Elle regrette néanmoins qu’il ne soit pas allé « au bout de la rupture ».

L’ancienne secrétaire d’État soulève la question de la représentativité, dénonçant l’absence de femmes au Parlement – le journaliste répondant à cela qu’il n’y a pas d’ouvriers non plus – de jeunes, et autres « gueux du système ». Selon Mme Yade, il faut « changer le système » et le meilleur moyen : l’élection ! Certes, on ne se défait pas de toutes ses illusions aussi facilement, pourtant elle observe à travers les procédés anti-démocratiques qui lui ont été appliqués, la possibilité de « tortiller » ou « bidouiller » la démocratie, puisque selon elle, elle « est ce qu’en font les hommes et les femmes politiques ». Pour modifier le système, « il faut se servir à la fois des outils proposés par le système », et des autres ? Mme Yade n’expliquera pas dans cet interview quels sont les autres.

Lors du référendum pour la Constitution européenne de 2005, Rama Yade avait voté non, et elle dénonce le fait qu’ « on décide par je ne sais quel moyen, dans les coulisses, de changer le vote ». Elle se positionne contre la politique du « vote utile », souhaitant incarner la « pluralité de l’offre politique », toutefois elle reste lucide, déclarant « Je sais que la révolution viendra du peuple… Je ne vois pas… Je sais que ce que je suis en train de dire ne va pas plaider en ma faveur. », d’ailleurs selon elle « les hommes qui nous gouvernent ont peur du peuple ». A la fin de l’interview, on comprend mieux son message, clair et simple, et qui pourrait être résumé ainsi : « les hommes et les femmes qui font la France doivent s’engager ».

Version courte
Mmontage réalisé par le-message.org – 7 minutes

Version intégrale
Source : Enquête & Débat – 48 minutes


Arby

(201)

A propos de l'auteur :

a écrit 14 articles sur ce site.


7 commentaires

  1. vincentgétorix dit :

    Merci pour cet entretien. On aimerait entendre son avis sur plein d’autres sujets.Je pense qu’elle n’ose pas dire carrément ( ou elle n’a pas vu ) que la politique française n’est qu’un simulacre . Sarko le révolutionnaire ? Siriza révolutionnaire ? allons en parler au siège de la goldman S….., heu de la BCE. Ah oui c’est vrai ils ne sont pas tenu de parler et de recevoir les personnes qu’ils ne désirent pas recevoir, même pas les délégations de l’assemblée croupion de l’UE.

  2. Xuméi dit :

    Décidément les temps sont mouvementés et beaucoup poussent à s’investir :

    « Les pourparlers à Moscou ont été faussés. Poutine a mis les points sur les i à Merkel et Hollande. Ils savent ce qui les attend. Mais la machine de guerre est lancée et les USA ne lâcheront rien. Ce que Nous avons dit sera.
    Le Changement est en cours dans les pires conditions.
    Les hommes feront face à l’horreur qu’ils ont eux-mêmes voulue, acceptée ou subie.
    C’est aux hommes à vouloir le Nouveau et l’engager fermement.
    Les hommes iront jusqu’au bout de l’horreur.
    Sans le Réveil des hommes, le Réveil de la France, l’Acte de la France, du Peuple Français, il n’y a pas d’avenir de paix, pas d’avenir du tout.
    Le pire est à prévoir. Nous poursuivrons demain.
    L’Europe des Peuples, l’Unité des Peuples est la seule voie pour le Futur de l’Europe.
    Clefsdufutur-Le 07.02.2015 » – Message complet :
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/bref-communique1/

  3. poline dit :

    mais ça on le sait depuis longtemps ; de même que nous savons que ces individus qui se targent de faire mieux que leur prédécésseur deviennent autiste envers leur population une fois élu ; laches , menteurs , avides , sans paroles , et autistes , tu m’étonne que ce pays va à vau l’eau ;

  4. HeuWTF dit :

    Récemment ? L’interview date de 2012.

  5. MONFORT dit :

    Bonjour,
    Mes notions en droit et en économie m’ont amené à considérer que notre nation était mal gouvernée parce que ses dirigeants sont sourds et aveugles. Dès lors, on peut considérer qu’ils ne représentent plus leurs électeurs mais une sorte de caste qui manipule les mots. En économie,on a supprimé tous les garde-fous qui pouvaient empêcher les crises: Le rôle de la Banque de France… Et l’état se voit contraint à emprunter aux banques. Le rôle de la trésorerie générale qui régulait par l’émission d’emprunts d’état, d’emprunts catégoriels: La Caecl, emprunts villes de France, emprunts crédit foncier de France, emprunts EDF GDF… Jusqu’aux communes qui sont submergées par des finances difficiles à cause de la banque Dexia, emprunt à taux indexé, évidemment moins intéressants que l’étaient ceux de la loi Minjoz, ou de la Caisse des Dépôts.
    Sur le plan social, on s’enorgueillit de ces millions dépensés qui finalement ne résorbent pas les problèmes.
    La charité? Est-ce la solution que la France a trouvé pour nourrir les chômeurs? L’imagination n’est décidément pas au centre des débats.
    Ce ne sont pas les possibilités qui manquent pour sortir de l’ornière et je serai prêt à partager mes idées et mes suggestions, si modestes soient-elles.

Laissez un commentaire

Why ask?