Micro trottoir sur le sens de la démocratie

sens-democratie-600Des citoyens de l’association Démocratie Réelle sont allés à la rencontre des français dans la ville de La Rochelle afin de leur demander ce qu’est, selon eux, la démocratie. Les réponses qu’ils ont entendues traduisent dans l’ensemble une compréhension plutôt floue de ce que signifie la démocratie : entente entre les peuples, (système dans lequel) on écoute les gens du peuple, (système dans lequel) chaque citoyen à le droit de choisir et de s’exprimer, débat entre les citoyens afin de participer à la gestion de la cité, ça régule les relations entre les gens de telle sorte que les plus fragiles soient protégés, une ouverture d’esprit et une liberté d’expression, la possibilité de choisir son gouvernement, la liberté d’exprimer ses revendications, le pouvoir au peuple, la capacité pour chacun de pouvoir s’exprimer et d’être entendu, la liberté de vivre sa vie sans empiéter sur celle des autres, le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, …

Il est clair que la question n’est pas claire dans l’esprit de beaucoup de français. Paradoxal dans un pays qui se prétend démocratique depuis plus de deux siècles et où « la démocratie » est le thème de (presque) tous les éditoriaux et de (presque) tous les débats publiques.

A la question subsidiaire « pensez-vous que nous soyons en démocratie ? », voici ce que les quelques françaises et français interrogés répondent :

  • « Oui et non – pas tout le temps. »
  • « Oui, oui, même s’il y a le feu. »
  • « La démocratie s’éloigne du citoyen et se rapproche du consommateur. »
  • « Oui, puisqu’on a la liberté de penser et de voter (et ce n’est pas donné à tout le monde). »
  • « J’ai pas d’avis, je suis désolée. »
  • « Oui, je pense qu’on est en démocratie, parce que j’ai pas mal voyagé, c’est largement pire ailleurs (même si ce n’est pas parfait ici). »
  • « Non, non, ça me parait évident (qu’on n’est pas en démocratie). Aujourd’hui plus du tout, si tant est qu’on l’ait été un jour, ce qui est loin d’être évident. »

Dans l’ensemble, et surtout après avoir rappelé le sens vrai du terme (démôs = le peuple + kratôs = le pouvoir, soit le pouvoir du peuple), beaucoup répondent clairement « non » à cette question, parfaitement conscients que le peuple ne dispose pas de réels pouvoirs dans le régime politique actuel ; d’autres au contraire pensent tout de même que oui, même si les élus écoutent peu (ou pas) les revendications et les besoins des gens (du peuple). Il y a une certaine conscience, en les écoutant, que même si certains élus y mettent de la bonne volonté, le système ne fonctionne pas (ou plus).

Pour autant, ce qui se dégage de ce micro trottoir est la tempérance des gens, même de ceux qui sont les plus lucides sur la nature non démocratique de notre régime prétendument représentatif. Le peuple aurait plutôt tendance à se mettre à la place des élus pour excuser leur incompétence et leur incapacité à produire des politiques favorables au bien commun. On sent qu’il y a encore, dans l’esprit d’une partie des gens, l’emprunte de la propagande du régime (prétendument) représentatif qui continue de se vendre (trompeusement) comme étant démocratique et jouant sur l’ignorance encore fort répandue des français sur ce qui caractérise et définit une vraie démocratie, et cela même s’ils sont conscients que « quelque chose ne tourne pas rond ». Néanmoins, on sent aussi l’expression d’un désir de faire autrement, de changer de système, ou au moins de le réformer pour qu’il soit plus démocratique, c’est-à-dire plus proche des citoyens, de leurs intérêts et du bien commun et moins soumis aux banques, aux lobbys et aux riches. L’idée d’un régime politique faisant notamment appel à la participation des citoyens via le tirage au sort séduit plusieurs des interlocuteurs de l’équipe de Démocratie Réelle.

Rappelons que l’association Démocratie Réelle présente aux élections des listes de candidats tirés au sort (volontaires) dont le seul « programme » est (s’ils étaient élus) de mettre en place des institutions permettant de rendre le pouvoir au peuple, notamment pour réécrire une Constitution. Leur démarche vise surtout à faire prendre conscience aux citoyens de leur capacité à prendre leur destin politique en main, dans le sens de politeia, terme grec désignant « l’art de gérer en commun la cité », en opposition au terme politikè « l’art de gérer le pouvoir ».

Pour plus d’informations :

Morpheus

www.democratiereelle.fr

democratiereelle17@gmail.com

(64)

A propos de l'auteur :

Né en 1968, j’ai suivi des études secondaires artistiques. J’ai ensuite effectué un parcours autodidacte et touché à divers domaines, tant manuels qu’intellectuels, ce qui me permet de dire que cette distinction entre l’un et l’autre est parfaitement factice, l’un n’allant pas sans l’autre. Je m’intéresse à bon nombre de sujets comme l’histoire, les mythologies, l’ésotérisme, les sciences humaines, la philosophie, l’architecture, etc.

a écrit 9 articles sur ce site.


5 commentaires

  1. Kevin dit :

    Toujours de qualité vos micro trottoir, continuez comme ça.
    Un bon micro trottoir pars de bonnes questions 🙂

  2. LEJAILLE dit :

    Super boulot. C’est le meilleur micro-trottoir que j’ai jamais vu. Il en ressort une atmosphère plein de positivisme, c’est super. Chose étonnante, l’avis recueillit concernant le tirage au sort n’est pas du tout repoussant, bien au contraire!! Que ceux qui veulent l’enlever du message principal de le-message.org en prennent de la graine!
    La preuve par l’exemple : Les sondés de ce micro trottoir ont-ils été tiré au sort ? Parce qu’il en ressort que du bon je trouve!!!!
    Rhoo j’adore cette vidéo, j’avais commencé à commenter sans l’avoir terminé et j’adore, j’adore, j’adore, rhoo putain que j’aime les gens comment ils sont plein de bonne volonté en fait, génial. Rien à voir avec ce que nous dépeigne ces merdias de masse…

  3. Bonjour la France ici la Belgique, je suis entièrement d’accord avec l’idée de la démocratie participative. A mon sens elle ne peut être pire que la particratie actuellement de mise dans nos contrées.
    Je suis en train de faire un site (que j’espère fédérateur) allant dans ce sens ici en Belgique ou le principe commence tout doucement aussi à faire son chemin. La route promet d’être longue mais qui ne risque rien n’a rien.
    Le choix d’un site même s’il coûte un peu d’argent est dicté par ce qui est la force et la faiblesse de cette forme de gestion de la société, la conscience politique du citoyen lambda.
    Donc faire la démarche de s’inscrire et d’échanger des avis constructifs plutôt de de faire passer sa rage via des d’internautes isolés au 4 coins de la toile.
    L’union fait la force ! Un grand nombres de citoyens expédiant des messages (individuels et nominatifs) programmés dans un laps de temps prédéfini (démocratiquement bien sur).
    Polis mais ferme directement envoyés sur les adresses électroniques des élus pour qu’ils comprennent que sans vox populi
    plus de carrière politique ou de mandats parallèles rémunérateurs.
    Le site (en cour d’élaboration mais accessible) n’a rien de mais le cœur et le principe de base sont la.
    Pour la présentation j’espère trouver quelques concitoyens compétents dans le domaine afin de m’aider son amélioration.
    En conclusion je suis content de savoir que je ne suis pas isolé dans une utopie.
    Un avis ou encouragement ? http://www.citoyenslambda.be

Laissez un commentaire

Why ask?