Un changement radical dans l’histoire de la finance moderne : l’Islande veut redonner le monopole de la création de monnaie à sa banque centrale (Express.be)

islande-couple-in-front-of-summerhouse-300Le gouvernement islandais envisage de retirer aux banques la création monétaire pour la confier à la seule banque centrale de l’île. Dans un rapport de 113 pages commandé par le Premier ministre islandais, intitulé « A better monetary system for Iceland » (Un meilleur système monétaire pour l’Islande – voir ci-dessous), Frosti Sigurjonsson recommande au Framsóknarflokkurinn (Parti progressiste) au pouvoir de confier entièrement la création de l’argent à la banque centrale, avant de remettre cette prérogative au parlement

L’Islande veut ainsi mettre fin à un système qui s’est caractérisé par une série de crises, y compris la crise financière de 2008, qui a mis le pays en quasi-faillite.

Si ce plan est approuvé par le parlement islandais, il changera totalement la donne et apportera un changement radical dans l’histoire de la finance moderne.

On peut donc supposer que les banques commerciales du monde occidental doivent suivre cette initiative avec beaucoup d’attention, et d’inquiétude, dans la mesure où il vise à les déposséder d’un certain pouvoir.

[…]

Lire la suite sur www.express.be

(174)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 863 articles sur ce site.


5 commentaires

  1. L’Islande veut révolutionner le système monétaire
    Economie — Le gouvernement envisage d’enlever aux banques le pouvoir de créer de la monnaie

    http://www.lematin.ch/economie/islande-veut-revolutionner-systeme-monetaire/story/11026877

  2. Francisco dit :

    Superbe nouvelle, j’admire vraiment ce pays et son peuple. On peut s’attendre à un blackout total des médias mainstream au sujet de l’Islande qui n’est déjà pas sous le feu des projecteurs, il ne faudrait pas nous donner des idées d’émancipation monétaire en Europe…

  3. Tutu dit :

    En cédant son droit régalien à battre monnaie en faveur d’une banque centrale entièrement indépendante, et par conséquent en réduisant son peuple en esclavage, l’état et ses représentants se sont livrés à un acte de haute trahison.L’arme de la dette, associée à la menace du chômage, mène directement l’humanité au pire des esclavages.
    http://democratisme.over-blog.com/article-monnaitarisme-122570606.html

    • François dit :

      Blablabla… Le droit régalien, ou l’argument en carton brandit à chaque discutions sérieuse ! D’une part, ce droit n’est pas entièrement dévolu aux banques ( il y a toujours un cadre léga, gouvernemental, c’est juste une séparation des pouvoirs), d’autre part, cette indépendance a été accordée aux banques central pour éviter que les gouvernement ne fassent n’importe quoi pour un oui ou pour un non ! Sinon, c’est la spirale devaluative assuré ( plus de frais, plus de création de monnaie, plus de dévaluation). Tout ça pour quoi? Pour appauvrir le français moyen qui devra tout payer plus cher ce qui est importé de l’étranger ? ( vous avez vérifiez la balance commerciale ??). Ou pour tenter de relancer les exportations en rendant les produits français plus compétitif ? Mais ça ne marche pas ! Le Japon le fait depuis quelque temps, il sont pas sorti de la crise pour autant !

      Bref, brandir le droit régalien comme solution miracle, c’est au choix, puéril ou niais !

      • Tutu dit :

        Je vous propose les deux solutions, puéril et niais.
        Vos arguments éculés fleurent bon le libéralisme désuet, je vous recommande la lecture de « dette publique, une affaire rentable » de Holbecq, un autre adepte de la niaiserie puérile, qui fait le point sur cette affaire.
        Le mépris de ses interlocuteurs ne fera pas avancer le débat…

Laissez un commentaire

Why ask?