Présence militaire russe en Syrie : entretien avec Bassam Tahhan

Bassam-Tahhan-1-600Suites aux récentes informations faisant état d’une présence militaire russe accrue en Syrie, nous avons rencontré Bassam Tahhan afin de discuter des implications de ce changement. La Russie disposait déjà d’une base navale à Tartous ; d’après les informations de M. Tahhan, elle en train de construire une base, aérienne celle-ci, à Lattaquié,  au nord de Tartous sur la côte syrienne. Ceci pourrait bien constituer un tournant historique dans le conflit qui oppose le gouvernement de Bachar Al-Assad aux différents groupes rebelles et à DAECH. Nous essayons d’appréhender les implications pour différents acteurs de la région : l’Arabie Saoudite, Israël, l’Égypte, la France ainsi que les États-Unis.

Raphaël Berland

(285)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 859 articles sur ce site.


8 commentaires

  1. Jacques dit :

    Ah ! quel remarquable entretien !

    Visiblement Bassam et Raphaël ont éprouvé une grande satisfaction à dialoguer.

    Pour ma part, suivre cet entretien m’a été agréable au plus haut point !

    Merci ! merci ! merci !

  2. Richard CLERMIDY dit :

    On en vient presque a regretter que M. TAHHAN ne soit pas aux affaires concernant les questions du Proche et Moyen Orient, aux cotes d’un Fabius ou autre politique ( lesquels de toute facon sont tous du meme accabit mais ont leur utilite c’est-a-dire des competences tres particulieres qu’on leurs laisse bien volontier et que personne ne leurs envie ).

  3. A propos de l’OSDH, évoqué en fin d’entretien, voici une texte de Luc Michel.

    —————————-

    OSDH AU CŒUR DES MEDIAMENSONGES CONTRE DAMAS : LA VRAIE NATURE DU PSEUDO « OSDH »

    Le pseudo « Observatoire syrien des droits de l’Homme » (OSDH), présenté suivant les cas comme une « ONG syrienne » (sic), suivant les autres « un large réseau de militants et de sources médicales et militaires à travers la Syrie » (resic), est en fait une officine barbouzarde, constitué autour du seul Rami Abdel Rahmane, « directeur de l’OSDH » et militant islamiste protégé par Londres.

    En réalité, l’OSDH « a été exposé il y a longtemps comme étant une vitrine absurde de propagande gérée par Rami Abdul Rahman depuis sa maison semi-retirée en Angleterre », écrit Landestroyer. D’après un article de Reuters de Décembre 2011 intitulé « Coventry – an unlikely home to prominent Syria activist, » Abdul Rahman admet être un membre de la soi-disant “opposition syrienne” qui cherche à chasser le président syrien Bachar Al-Assad. « Après trois courts séjours dans les prisons syriennes pour activisme », Abdul Rahman arriva en Grande-Bretagne en 2000.

    Landestroyer écrit encore : « On ne peut pas trouver une source d’information plus douteuse, compromise, biaisée que lui et pourtant ces deux dernières années, son “observatoire” a servi de seule source d’information pour le torrent sans fin de propagande émanant des médias occidentaux (…) Et pourtant, malgré son rôle central dans cette guerre civile sauvage, le bien nommé OSDH est virtuellement un one-man-show. Son fondateur, Rami Adul Rahman, 42 ans, qui a fuit la Syrie il y a 13 ans, gère l’observatoire depuis une petite maison de briques semi-détachée d’une rue ordinnaire de la ville industrielle de Coventry en Angleterre ».

    « Peut-être le pire de tout, est que l’ONU utilise cette source biaisée et compromise de propagande comme base de ses multiples rapports », du moins c’est ce que le New York Times affirme dans son article récent « A Very Busy Man Behind the Syrian Civil War’s Casualty Count ».
    L’article du NYT admet que « les analystes militaires de Washington ont suivi son décompte des corps de soldats syriens et de rebelles pour estimer la direction que prenait la guerre. L’ONU et les organisations pour les droits de l’Homme chérissent ses descriptions de meurtres de civils syriens pour les utiliser comme preuves dans de possibles procès pour crimes de guerre. Les organisations de presse les plus importantes (…) citent ses chiffres de pertes humaines ».

    Le NYT « révèle également pour la première fois que l’opération d’Abdul Rahman est financée par l’Union Européenne et “un pays européen”, qu’il refuse d’identifier (…) Tandis qu’il refuse d’identifier ce pays, il s’agit sans aucun doute possible de la Grande-Bretagne elle-même, car Abdul Rahman a un accès direct au ministre des affaires étrangères britannique William Hague, qu’il a de manière documentée, rencontré en personne à de multiples reprises au bureau du Commonwealth de Londres ».

    Ecoutons encore Tony Cartalucci sur Landestroyer : « Abdul Rahman n’est pas un “activiste des droits de l’Homme”. Il est un propagandiste payé pour ses activités. Il n’est pas différent de la clique de vils menteurs et de traîtres qui trouvèrent refuge à Londres et à Washington pendant la guerre d’Irak et de la plus récente débauche occidentale en Libye et ce pour le simple but de donner aux gouvernements occidentaux un flot constant de propagande et de renseignements intentionnellement falsifiés créés spécifiquement pour justifier l’action hégémonique de l’occident. Les contemporains d’Abdul Rahman incluent le notoire traître irakien Rafid al-Jalabi, nom de code “Curveball”, qui pavanne maintenant en disant qu’il a inventé les accusations sur les armes de destruction massive irakiennes, la casus belli occidental pour 10 ans de guerre qui a coûté plus d’un million de vies humaines, incluant des milliers de soldats occidentaux et qui a laissé l’Irak en ruines. Il y a aussi le moins connu Dr Sliman Bouchuiguir de Libye, qui forma la fondation, le racket des droits de l’Homme pro-occidental à Benghazi et qui proclame maintenant haut et fort que les histoires de Kadhafi massacrant son peuple étaient tout aussi inventées afin de donner à l’OTAN son prétexte d’intervention militaire ».

    Luc MICHEL
    Jeudi 2 Mai 2013

  4. brandenburg dit :

    Merde avec vos vidéos!On est plus des enfants pour regarder des dessins animés,perdre son temps à regarder des bobines dodeliner et des gestes dont on se fout intégralement en plus impossible d’imprimer!Arrêtez de nourrir cette société de spectacle abrutissante:du texte,du texte,du texte!

    • Si vous n’êtes plus un enfant, cessez de vous plaindre et de dire aux autres ce qu’ils devraient faire ou ne pas faire. Faites vous-mêmes ! Écrivez les articles que vous souhaiteriez lire sur Internet. C’est exactement avec cet état d’esprit que nous avons lancé le Cercle des Volontaires.

      Bien à vous,

    • Manapany dit :

      Je ne comprends pas.
      Si ces videos ne vous conviennent pas, pourquoi alors les regarder ?

      Quant aux textes, vous savez très bien le pouvoir de destruction qu’ils peuvent avoir…

      C’est un peu hypocrite de votre part.

  5. fayez chergui dit :

    Pathétique. Les américains sont en avant scène, comme un guignol. Celui qui mène la danse macabre qui se cache dans les coulisses est israel et rien que.

Laissez un commentaire

Why ask?