Le Mvt14 et Sainte Rita font cause commune

eglise-ste-rita-1-600Le Mvt14, ce mouvement constituant qui s’est formé à la suite du 14 juillet et de ses manifestations plus ou moins ratées, a choisi de déménager de la pelouse de l’esplanade des Invalides pour investir l’église Sainte Rita, qui se trouve rue François Bonvin, dans le quinzième arrondissement.

Cet édifice, construit en 1900 et qui abrite une congrégation catholique non reconnue par le Vatican, l’Église Gallicane de France, est menacé de démolition pour céder la place à des immeubles d’appartements sociaux.

Le sort de cet édifice a quelque peu défrayé la chronique ces derniers temps, car à cette destruction s’opposent de nombreux riverains, une association et des religieux, ainsi que le député-maire du XVème Philippe Goujon (LR) et Frédéric Lefebvre, ex-ministre, député (LR) de la première circonscription des Français établis à l’étranger (Amérique du Nord).

C’est ainsi que mardi dernier, les forces de police du commissariat du XVème sont intervenues pour faire surseoir à la démolition prévue, ayant constaté des infractions à l’emprise sur le domaine public commises par l’équipe de démolition, qui avait espéré procéder à celle-ci malgré la veille de l’édifice organisée par des riverains.

Le lendemain, c’est donc le groupe du Mvt14 qui a décidé d’investir les lieux, se présentant aux responsables de l’église et aux riverains comme un soutien providentiel puisqu’ils occupent désormais les lieux, en assurant donc la veille. Attachés à pouvoir organiser des ateliers constituants populaires dans des conditions jusque-là désespérantes – absence de local, harcèlement policier et administratif, résonance encore très faible parmi la population – ils sont venus apporter leur présence et leurs bras à la cause quasi-désespérée de l’église Sainte Rita, la sainte patronne des « causes désespérées ».

Dans l’immédiat, le chantier de démolition est suspendu dans l’attente d’une décision concernant le désamiantage de la structure de l’édifice qui, pour des raisons sanitaires, est sensé être exécuté selon des normes qui n’avaient pas été mises en place par le promoteur qui l’a racheté. Gageons que, sous de tels auspices et avec suffisamment de bonne volonté, les personnes réunies sous ce toit sauront trouver des terrains d’entente et de travaux communs.

Lawrence Desforges

(158)

A propos de l'auteur :

a écrit 37 articles sur ce site.


Laissez un commentaire

Why ask?