Qui finance donc les « no borders » ? Des « anarchistes » à la solde de l’oligarchie

no bordersDepuis quelques jours, et notamment depuis l’altercation qui a opposé une famille de Calaisiens et un groupe hétéroclite de migrants et d’activistes politiques (dont certains affiliés au NPA), impossible de ne pas entendre parler, que ce soit via les médias traditionnels ou via l’Internet et les réseaux sociaux, des « no borders ».

Présentés ici et là comme des activistes issus de plusieurs pays européens qui militent contre la répression croissante des migrants, la libre circulation pour toutes et pour tous ou encore l’ouverture totale des frontières et la fin des contrôles migratoires, ils se donnent pour mission d’assurer la plupart des démarches administratives des dits migrants et vont parfois jusqu’à ouvrir des squats afin de leur assurer un endroit fixe.

Dernière action en date, leur investissement du port de Calais qu’ils ont bloqué pendant plus de trois heures, accompagnés de migrants, et leur tentative de s’embarquer sur un ferry en partance pour le Royaume-Uni, la nouvelle terre sainte pour nombre d’entre eux.

Or, s’il y a bien une chose qui apparaît comme étant claire, c’est que l’argent est bel et bien le nerf de la guerre que mènent ces groupes d’activistes à la nation et à sa souveraineté. Sans argent, point de possibilités d’actions conjointes. Sans possibilités d’actions conjointes, point de battage médiatique et donc aucun relai de ce à quoi ces partisans d’un monde au libéralisme achevé et triomphant participent.
Lorsque nous parlons d’attaque en règle contre la nation, il ne s’agit pas d’une figure de style, mais d’un constat implacable. N’ayons pas peur des mots, et étayons l’affirmation en présentant la statue de Charles de Gaulle taguée, en marge de ces récents événements.

no borders tag de Gaulle
Présentés par Emmanuel Agis, premier adjoint au maire de Calais, comme « des gens de bonne famille qui connaissent le droit sur le bout des ongles pour mieux contourner la loi » et qui utilisent les migrants « pour servir leur cause », il est impossible de ne pas faire le parallèle entre ces groupuscules et les différentes organisations qui partagent les mêmes méthodes et visent en définitive les mêmes buts : on pense notamment aux Femen et aux diverses organisations pseudo anti-racistes.

Les Femen, dont l’influence de Georges Soros et surtout, le financement, a été maintes fois démontré, et dont s’étonnait publiquement la députée UMP de Marseille Valérie Boyer : « Il est curieux de constater le peu de renseignements juridiques figurant sur le site Internet du mouvement, laissant penser à une devanture téléguidée par des volontés politiques sous-jacentes et non déclarées ».

Il est donc intéressant de constater que si l’on prend la peine de chercher quelles peuvent être les sources de financement de ces « no borders », apparaissent dans la liste aussi bien des organisations européennes que le patronat allemand, ou encore la Rothschild Foundation.


 

Étude de cas avec United for Intercultural Action, un « réseau européen contre le nationalisme, le racisme, le fascisme [on est tentés d’ajouter le cubisme, et peut-être même le bovarysme], et pour soutenir les migrants et les réfugiés ». Réseau « no borders » s’il en est… et s’il fallait le démontrer plus avant, voici une capture d’écran de la présentation qu’ils font du mouvement « Calais Migrant Solidarity » sur leur site officiel :

no borders financement

Voici la liste non-exhaustive de leurs principaux donateurs, accessible ici :

  • la Commission européenne
  • le Conseil de l’Europe
  • le Conseil œcuménique des Églises
  • la Rothschild Foundation
  • la Jewish Humanitarian Found
  • l’Open Society de Georges Soros
  • l’OSCE
  • le Patronat et le Gouvernement Fédéral Allemand (Foundation Remembrance, EVZ)
  • le Home Office britannique (département public en charge de l’immigration)

et plus de 550 organisations provenant de toute l’Europe…

Il est donc aisé de conclure que ces groupuscules qui se présentent eux-mêmes comme des « anarchistes, des radicaux d’ultra-gauche, anti-étatiques, partisans de l’indépendance auto-gestionnaire » ne sont en fait que des groupes pilotés par des organisations étatiques à seule fin de créer des situations de conflits au sein des différents pays cibles de leurs actions.

Une fois de plus, nous ne sommes pas confrontés à des citoyens indépendants mais à des citoyens (encore qu’eux-mêmes se définiraient très certainement comme des apatrides…) liés entre eux par des financements plus que douteux – et pour certains, totalement opaques – et dont la trame commune est de servir les intérêts d’une oligarchie, toujours plus prompte à créer puis utiliser des stratégies de la tension.

Kevin Amara

(473)

A propos de l'auteur :

Citoyen engagé d’un quart de siècle, j’aime cumuler les paradoxes, ce qui m’aura permis de passer avec aisance des bancs de l’école au vagabondage, puis du vagabondage à l’Armée, entre autres ; et qui me permet aujourd’hui de ne jamais cesser de remettre en cause mes convictions et de questionner mes acquis. J’ai rejoint le Cercle des Volontaires pour participer à l’essor d’un journalisme citoyen, qui se densifie chaque jour un peu plus.

a écrit 17 articles sur ce site.


9 commentaires

  1. moonwolf dit :

    bonne analyse, m’est avis que ces groupuscules de plus en plus divers et nombreux ont des moyens de plus en plus grands et sont de plus en plus présent sur la scène européenne…
    et que tous ses moyens gaspillés auraient bien plus de raisons d’être, pour aider a nourrir ou a sauver les « migrants » dans leurs pays propres…
    a réfléchir c’est une sorte de traite d’esclaves moderne dans le but d’appauvrir les pays tel la France tout en entretenant un choc ethnique et culturel, sans parler des conséquences économiques et de déracinement…
    sous de grands airs ces gens sont des criminels de la pire espèce usant de populations entière comme d’une arme idéologique comme bouclier humain sous couvert de victimisation…
    la lâcheté la plus grande qui soit…

  2. penserrendlibre dit :

    Magnifique enquête et merci à son auteur qui démontre encore une fois les liens idéologiques entre l’extrême gauche et le capitalisme financier et apatride. Comme il y a 100 ans déjà lorsque se jouait la révolution bolchévique financée par les banquiers New New-yorkais, puis en 1941 lorsque les Etats-Unis ont soutenus l’effort de guerre soviétique sans lequel les communistes auraient été vaincus, la finance internationale majoritairement dirigée par la nation élue de Dieu sème le chaos en Europe afin d’en détruire les peuples.

  3. Calcalais dit :

    Infos complémentaires ici: http://justpaste.it/psl2

  4. Penseur dit :

    Tres Bonne enquete cela ,voici article similaire Par Nicolas Bourgoin
    http://www.silviacattori.net/spip.php?article5544
    Les antifas : faux rebelles, vrais collabos:

    Leurs buts également : s’attaquer à ceux qui résistent au mondialisme, à l’impérialisme, au sionisme et à l’entreprise de démolition des acquis sociaux de l’après-guerre mise en œuvre par la classe dominante.

    Quelles sont les cibles des antifas ? le patronat ? l’UMPS ? les fauteurs de guerre ? l’extrême-droite néoconservatrice islamophobe ou identitaire ? rien de tout cela, les antifas combattent justement ceux qui s’attaquent avec sérieux et méthode à l’impérialisme : les dissidents, les antisionistes, les nationalistes progressistes ou souverainistes et les vrais communistes, en particulier le Comité Valmy et le PRCF qualifiés de nationaux-communistes. Voyant des staliniens partout, ils vont jusqu’à s’attaquer à la gauche altermondialiste

    Très logiquement, les antifas concentrent leurs attaques sur les dirigeants étrangers qui résistent à l’impérialisme étasunien ou israélien, Bachar el-Assad , Hugo Chavez ou Vladimir Poutine en particulier, épargnant les monarchies sanglantes du Golfe, l’État d’Israël et l’Ukraine nazie. La théorie de l’Axe du Mal a trouvé là des adeptes convaincus. Dès lors on ne s’étonnera guère qu’une partie de leurs financements leur vienne de la CIA.

  5. Hortensia dit :

    Les antifas finissent par être plus fascistes que les vrais faschos!

Laissez un commentaire

Why ask?