Ce que révèle la publication par WikiLeaks des « Saudi Cables »

WikiLeaks-Saudi-CablesDepuis juin 2015 WikiLeaks a rendus publics les détails de câbles et d’autres documents trouvant leur origine au sein du Ministère des Affaires Étrangères saoudien. Ils fournissent des précisions sur le fonctionnement interne de ce régime secret, ses peurs et ses stratégies pour projeter son influence à l’étranger. La fuite de 230 000 documents saoudiens a été publiée par WikiLeaks ; un lot de 60 000 câbles et de 50 000 messages supplémentaires a été dévoilé en novembre dernier.

Voici un échantillon des choses que nous révèlent ces câbles, selon Assange lui-même :

1. Une élite dirigeante paranoïaque

Les câbles exposent clairement qu’il s’agit là d’une petite élite dirigeante dotée d’institutions si faibles que les structures de pouvoir ne sont pas à l’abri d’une prise de contrôle d’autres éléments de cette élite très rapidement, et que les instruments de l’état peuvent être subordonnés au bon-vouloir de la direction.

Les câbles saoudiens consistent en des conversations internes dans un ministère saoudien, au plus haut niveau et à des niveaux intermédiaires, et à partir desquels il est possible de distiller des observations sur la culture intérieure. L’observation que j’en tire est qu’afin de conserver la cohérence de la culture interne il y a besoin d’une menace extérieure, et que celle qui vient le plus naturellement à l’Arabie Saoudite, c’est l’Iran. Oui, il y a de réelles raisons pour une rivalité dans la région, mais elles sont gonflées à l’intérieur de cette culture interne afin de la garder cohérente et unie.

2. Manœuvres de déstabilisation de la Syrie avant le soulèvement*

Il y a un câble de haut niveau offrant une vue de la stratégie saoudienne en ce qui concerne la Syrie. Le paragraphe de conclusion affirme que le régime d’al-Assad ne pardonnera jamais à l’Arabie Saoudite ce qu’elle a fait à la Syrie. Parce que le régime d’al-Assad est « brutal et belliqueux », il courra toujours après sa vengeance. Par conséquent, c’est une menace à la sécurité nationale saoudienne.

Un câble du ministère des affaires étrangères saoudien parle d’un accord confidentiel [en 2012] conclu entre les Saoudiens, le Qatar et la Turquie en rapport avec une intervention [pour renverser le gouvernement syrien].

Dans un câble US que nous avions publié il y a 10 ans William Roebuck, l’ambassadeur US en Syrie, décrit un éventail de propositions pour la destruction du gouvernement al-Assad. Celui-ci comprenait l’idée de le rendre paranoïaque pour qu’il réagisse à outrance, croyant que ses forces militaires étaient engagées dans un putsch contre lui ; essayer de rendre les Syriens sunnites paranoïaques à propos de l’Iran et de Chiites pro-iraniens désireux de convertir les Sunnites ; et qu’ils [les USA] essayaient de travailler avec les Saoudiens et les Égyptiens pour accroître ces divisions sectaires.

* Câble de WikiLeaks

3. L’usage de la religion

Un des câbles évoque la nécessité que le dirigeant religieux suprême d’Arabie Saoudite dise quelque chose pour appuyer la position du gouvernement. Ce n’est pas écrit, « Je me demande s’il le ferait » mais plutôt : « Dites-lui de le faire ». Ce qui ressort, à travers les câbles, c’est que la religion est un outil de l’état. Il est clair que l’Arabie Saoudite voit l’Islam Wahhabite et les Sunnites comme un terreau fertile pour les intérêts de l’état.

Les câbles saoudiens démontrent que le Wahhabisme est un instrument de l’Arabie Saoudite comme puissance dominante régionale, qu’elle essaye de déployer non seulement dans sa propre région mais à travers le monde. Elle voit les Sunnites comme une source potentielle de convertis au Wahhabisme, ou à quelque chose qui y ressemble. Elle voit les communautés chiites comme des lieux où elle n’a aucun poids, mais où en a l’Iran.

4. Terreur de l’Iran et de l’influence chiite

Le régime saoudien possède une paranoïa extrême pour ce qui est de l’influence chiite. Il y a des indications qu’ils sont terrifiés de l’Iran mais il n’y a aucune preuve de quoi que ce soit dont ils dussent être terrifiés.

Ils perçoivent la bataille contre l’Iran comme une lutte contre l’Islam chiite. La population chiite est assez modeste, à l’échelle mondiale. Mais l’Arabie Saoudite essaye de freiner la croissance de l’Islam chiite et de réduire son influence.

5. Comment acheter les médias étrangers

Saudi CablesLes câbles dévoilent que les ambassades saoudiennes achètent les médias sunnites ou arabes dans les pays étrangers pour prendre le contrôle du discours, en relation à l’Arabie Saoudite et à ses intérêts. Ils le font par l’investissement direct : par exemple, en achetant un million de dollars d’actions dans une chaîne de TV libanaise ou en établissant des relations avec les journalistes ; en achetant des milliers d’abonnements à des magazines en langue arabe, afin de biaiser leur positionnement. C’est un truc astucieux parce qu’ils n’ont pas besoin d’une relation existante ou du moindre intermédiaire. Le ministère des affaires étrangères saoudien achète tout simplement des milliers d’abonnements, jusqu’à la moitié dans certains cas. S’ils aiment ce qu’ils lisent, ils en achètent davantage ; sinon, ils réduisent le total un peu afin d’envoyer le bon signal.

6. Le nexus israélo-saoudien et l’Occident

Il y a eu un nexus israélo-saoudien au Moyen-Orient depuis au moins 10 ans. Les stratèges US intelligents, dont le patron de la CIA, sont d’avis que l’Arabie Saoudite et Israël commencent à gêner les intérêts stratégiques plus vastes des USA.

Nous avions publié certains des courriels du directeur de la CIA John Brennan datant de 2008-9, alors qu’il était conseiller du président Obama pour la sécurité. Brennan affirme que les USA doivent se rapprocher de l’Iran. L’adversité si intense des USA envers l’Iran a réduit l’influence étasunienne dans la région ; le nexus israélo-saoudien accélère ses opérations.

Les USA n’ont pas fait autant attention aux désirs saoudiens que par le passé. Ceci a augmenté la paranoïa saoudienne ; ils ne ressentent pas qu’ils disposent du soutien inconditionnel des USA, comme ils ont pu l’avoir. L’Europe prend ses ordres de la politique US.

Je ne pousserais pas ce trait [de rupture avec l’Arabie Saoudite] trop loin : les industries US et britanniques de l’armement sont des bénéficiaires majeurs de l’argent saoudien comme le sont les banques, ainsi que le marché britannique de l’immobilier.

7. Des accords pas nets pour des votes à l’ONU

Il y a des échanges intéressants en rapport à des accords passés pour obtenir des votes à l’ONU, qui révèlent que le Royaume-Uni a procédé à un échange de vote avec l’Arabie Saoudite pour que celle-ci accède au Conseil des Droits de l’Homme [CDH].

L’offre saoudienne au Royaume-Uni comprenait $100 000 donnés à la section du FCO [Foreign & Commonwealth Office] qui s’occupe de savoir qui devrait être élu au conseil des droits de l’homme. C’est là dans les câbles, pour « les dépenses de campagne dont aura besoin le FCO » pour s’assurer que l’Arabie Saoudite est bien élue au CDH. L’Arabie Saoudite se retrouva appuyée par le soutien de plus de 100 pays, donc entre les pots-de-vin et les échanges de votes, voilà ce qu’elle en obtient. Il y a plusieurs câbles exposant comment l’Arabie Saoudite gère l’ONU et les paiements destinés à des officiels, déguisés en « assistance pour votre programme ».

Source : https://digital.newint.com.au/issues/109/articles/2642/?utm_source=twitter&utm_medium=tweet&utm_campaign=08-issue490

Traduit par Lawrence Desforges

(208)

A propos de l'auteur :

a écrit 37 articles sur ce site.


5 commentaires

  1. yoyo dit :

    UN grand merci à vous pour cette traduction
    Notre cher gouvernement a offert la légion d’honneur au chef saoudien surement pour tout les pots de vin qu’ils ont touchés ces dernières années.

  2. OSEF dit :

    Tout ceci corrobore clairement l’influence (ou plutôt sa baisse) de l’AIPAC sur le congrès Américain, la baisse volontaire du prix du baril de pétrole et le rapprochement des Etats Unis et de l’Iran, la France sera t elle capable de prendre une voie responsable et en accord avec ses intérêt, j’entends celui du peuple ? Car il ne faut pas oublier que la majorité de Musulman Français est Sunnite et que comme le câble le mentionne, ils (les E.A) comptent bien sur ce potentiel non négligeable de sympathisants du Wahhabisme pour asseoir leur interets économiques en occident.

  3. Les Etats-unis dans leur mission de piloter le véhicule Nouvel Ordre Mondial pour faire reculer/régresser le Terrien afin de le dégager de l’impasse dérèglement climatique ne sauvent personne. Il ne sont qu’un maillon du sauvetage.

    Les « terroristes » dans leur mission d’effacer tout ce qui a entrainé le Terrien dans l’impasse funeste ne sauvent personne. Ils ne sont qu’un maillon du sauvetage.

    La croyance à la métamatière qui orientera et conduira le Terrien dans nouveau chemin plus durable et plus serein ne sauve personne. Elle n’est qu’un maillon du sauvetage.

    La combinaison du travail de ces trois acteurs va sauver le Terrien d’une fin certaine, asphyxié contre le mur infranchissable qui bouche l’impasse dans laquelle il s’est fourvoyé.

    Il faut bien comprendre qu’une fratrie humaine installée sur une planète habitable a un besoin vital d’évoluer. Si elle est bloquée à quelque part par quelque chose à la longue elle meurt. Elle peut reculer le temps de se dégager mais elle doit très vite reprendre son avancement. Un recul se fait toujours dans la douleur. Il doit donc être le plus rapide que possible pour éviter que la vie de la fratrie humaine n’en pâtisse irréversiblement et qu’il repart en marche avant. L’avancement n’est que bonheur.

    Le sauvetage est décidé, organisé, inéluctable. Nous sommes dans la phase recul/régression embarqués dans le véhicule Nouvel Ordre Mondial piloté par les US. Les « terroristes » se forment à leur rôle d’effacer tout ce qui nous a entrainé dans l’impasse dérèglement climatique. La croyance à la métamatière est en attente pour faire repartir le Terrien en marche avant dans un chemin durable et serein.

    • Lawrence Desforges dit :

      Nulle méta-matière (…?) n’enlèvera de l’esprit de l’homme le souvenir des événements que nous vivons aujourd’hui, une fois ces crises passées. Le temps a une continuité et l’humanité s’y inscrit – si elle ne le fait pas il n’y a pas de civilisation. Les USA et les mercenaires terroristes sont des agents de perdition, et non de sauvetage.
      Ce qui sauve, c’est la réaction face à ces fléaux, et sa qualité. Si nous vivons une phase de fin de cycle – genre Kali-Yuga en train de s’auto-détruire (ou Ouroboros se mangeant lui-même) – il va de soi qu’un renouveau doit être porteur de vie et de beaux lendemains; cependant, c’est la manière même de combattre les forces de perdition qui définit ce renouveau.
      Comprendre que ceci se produit dans une continuité permet de voir que les principes siégeant à la défaite des forces obscures sont les outils du renouveau. Tant que ceux-ci sont bien définis et bien gardés, une nouvelle chute, en principe, peut être évitée.

Laissez un commentaire

Why ask?