Baroin, Bertrand, Wauquiez, Pécresse… La nuit des seconds couteaux du PenelopeGate

PenelopeGateAlors que François Fillon est empêtré dans le désormais célèbre PenelopeGate, (une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier pour des chefs de détournement de fonds publics à l’encontre de l’ancien Premier ministre) un phénomène étonnant s’est produit ces derniers jours sur internet. Pas moins de quatre noms de domaine (1) très particuliers ont été enregistrés entre le vendredi 27 janvier et le mercredi 1er février (2).

Baroin2017, Wauquiez2017, Bertrand2017 et Pecresse2017 (ce sont d’eux dont il s’agit) ne sont pas anodins. Ils seraient très utiles à François Baroin, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse pour gérer une campagne à l’élection présidentielle qui vient si jamais François Fillon devait passer la main.

Chronologie des faits

Baroin2017.fr a été le premier nom de domaine a avoir été enregistrédès le vendredi 27 janvier, soit deux jours seulement après le démarrage de l’affaire, le mercredi 25 janvier, avec les révélations faites par le Canard enchainé.

Le week-end et le début de semaine qui ont suivi furent plus calmes, avant que l’affaire ne rebondisse mercredi avec un nouvel article du Canard enchainé publié dans son édition du 1er février. C’est dans cette nouvelle séquence, entre le mardi 31 janvier et le mercredi 1er février, qu’ont consécutivement été déposés trois nouveaux noms de domaine : Wauquiez2017.fr, Bertrand2017.fr et Pecresse2017.fr :

Détail intéressant, ces quatre noms de domaine ont été déposés par des entités différentes. Ainsi, Baroin2017.fr a été enregistré par 1&1 internet SE, alors que Wauquiez2017.fr a été enregistré par la société Gandi et que Bertrand2017.fr et Pecresse2017.fr l’ont été par OVH.

Les protagonistes

Ces quatre personnalités présentent plusieurs similitudes. Tout d’abord, aucun d’eux n’a participé aux primaires de la droite et du centre du mois de novembre. Ensuite, il s’agit d’hommes (et d’une femme) politique de premier plan, qui, malgré leur absence aux primaires, n’ont jamais caché leurs ambitions nationales voire présidentielles. Enfin, ils se sont tous les quatre ralliés à la candidature de François Fillon comme on peut le lire ici et le voir là :

Qui a pu enregistrer ces noms de domaine ?

Ce qui est sûr tout d’abord, c’est que la concomittance entre la création de ces noms de domaine et le démarrage de l’affaire Fillon a fort peu de chances de n’être qu’un simple hasard. Le lien de cause à effet, à une si grande échelle (quatre nom de domaines dans un espace de quatre jour, deux jours après le déclenchement de l’affaire), est presque certain. Mais alors, s’ils n’ont pas été créés par les intéressés eux-mêmes, qui donc aurait pu les créer ?

Comme il ne s’agit probablement pas d’un hasard (nous venons de le voir), l’unique hypothèse plausible serait que ces sites aient été créés afin de négocier un bon prix à la revente des noms de domaine, si ces sites devaient intéresser quelqu’un dans un futur proche. Mais alors on peut légitimement penser que la personne ayant eu l’idée de déposer ces noms de domaine les auraient tous déposés le même jour, et auprès du même organisme. Or, comme nous l’avons vu plus haut, ce ne fut pas le cas.

La probabilité est donc loin d’être nulle que ces noms de domaine aient effectivement été achetés par les personnalités éponymes. Et ce détail n’est pas anodin, car il révèlerait alors la très grande fébrilité du pouvoir. En effet, longtemps, les hommes politiques ont fait front pour donner le change et masquer leurs petites magouilles. Mais plus les hommes tombent, plus les soutiens se délitent, et il risque fort de se déclencher un jour une réaction en chaîne, dont le microcosme politique ne sortirait probablement pas vivant.

Nico Las (TDH)


(1) : le nom de domaine est la racine de l’adresse d’un site internet. Ainsi le nom de domaine de notre site internet (www.cercledesvolontaires.fr) est cercledesvolontaires.fr. Toutes les pages  d’un site se construisent sur la base de ce nom de domaine.

(2) : peu de gens le savent, mais il est très simple de récupérer de nombreuses informations sur un nom de domaine, et notament, sur la date de sa création. De nombreux sites permettent de récupérer ces informations. Le site utilisé pour cette étude est https://www.whois.net

(1053)

A propos de l'auteur :

Passionné de nature, je suis avant tout un "touche à tout". Et c'est ma curiosité insatiable pour ce (et ceux) qui m'entoure(nt) qui m'a amené à rejoindre le Cercle fin 2014. Fan d'art, et en premier lieu de design et d'architecture, dans ma vie personnelle, mes activités au Cercle sont principalement axées sur l'analyse du fonctionnement des médias et de l'information. Convaincu que quel que soit le projet, tout se fait ou rien ne se fait, en fonction de la capacité des hommes (et des femmes !) à se parler et à collaborer, je tâche modestement de poursuivre d’inlassablement ce petit jeu qui consiste à créer du lien. C'est à ce titre que j'occupe au Cercle les rôles d'attaché de presse et de responsable du recrutement.

a écrit 58 articles sur ce site.


2 commentaires

  1. keg dit :

    ils font sa première partie de spectacle (défendant ses idées, contre les leurs)préparant, en coulisse leur seconde partie. C’est ce que l’on appelle la non intermittence du spectacle.

    http://wp.me/p4Im0Q-1y4

Laissez un commentaire

Why ask?