Vidéo du Conseil de l’Union européenne : « L’UE serait devenue obsolète ? », la réponse d’un youtubeur

Le buzzyLe Conseil de l’Union européenne nous gratifiait le 25 mars dernier d’une vidéo dont seules les instances unionistes ont le secret. Intitulée « L’UE serait devenue obsolète ? », cette vidéo d’une minute chrono était une parfaite synthèse de ce que l’Union européenne peut faire de mieux (façon de parler) en matière de marketing politique.

Il n’en fallait pas plus pour que cette petite vidéo inspire un infographiste talentueux, youtubeur de son état (sous le pseudo de Le Buzzy) et nous motive à notre tour à nous pencher sur le sujet.

La vidéo d’origine

La vidéo d’origine, diffusée en anglais sur le site Internet du Conseil de l’Union européenne et sur sa chaine Youtube (6000 abonnés, soit cinq fois moins que notre média) présentait un petit résumé des meilleures raisons d’être satisfait des bienfaits de l’Union européenne sur nos vies quotidiennes. La voici :

Le Conseil de l’Union européenne ne disposant apparemment pas de chaine Youtube en français (1), c’est sur la page Facebook de l’institution que nous avons pu retrouver la traduction française mentionnée dans notre introduction.

Le moins que l’on puisse dire est que les arguments ont, comme si souvent avec l’UE, été choisi avec beaucoup de pertinence. Analyse de texte.

Les arguments de la vidéo du Conseil de l’UE

L’UE a abolit les frais de roaming

Mais qu’est-ce donc que le roaming (ou itinérance en français) ? Il s’agit tout simplement de la possibilité, pour un abonné à un réseau mobile donné, d’échanger des données ou d’appeler depuis le réseau d’un autre opérateur que le sien. Dans la vie de tous les jours, cela arrive en fait assez peu. Le cas d’usage le plus commun étant le changement d’opérateur lors d’un changement de pays. La belle affaire.

On ne va pas se mentir, mis à part les travailleurs transnationaux et les hommes d’affaires passant leur vie dans les aéroports, le roaming international nous concerne en général dans le meilleur des cas qu’une fois l’an, pour ceux qui ont les moyens financiers et l’envie, de prendre leurs vacances loin des pâturages français.

Seulement voilà, il suffit de regarder le roaming de Free, de SFR ou encore d’Orange pour constater que le roaming gratuit ne correspond pas aux frontières de l’UE. Il couvre le Canada, l’Australie ou les États-Unis pour Free ou s’invite en Norvège ou en Suisse chez Orange. Évidemment, l’argument est nul.

L’UE donne le droit de voyager, étudier, travailler, s’exprimer, vivre et aimer

Rien que ça… A se demander d’ailleurs comment nos aïeux ont bien pu faire pour construire l’Europe avant qu’elle ne devienne Union… Faut-il vraiment apporter des contre-arguments à cette liste à la Prévert ?

Selon le Conseil de l’Union européenne donc, l’UE nous donne en premier lieu, « le droit de voyager » ! Grâce à l’euro probablement ? Mais pour voyager où exactement ? Dans la zone euro ? Et sans carte bleue alors ? Car c’est bien elle qui, bien avant la prétendue monnaie unique, nous a libéré du change à aller chercher à la banque. Le « droit à étudier » aussi ! Grâce à Erasmus peut-être ? Comme pour aller étudier en Turquie par exemple ? Cette Turquie qui, rappelons-le, bien que membre d’Erasmus, ne fait évidemment pas partie de l’UE. Le « droit de travailler  » encore. Est-il question ici de la tristement célèbre directive des travailleurs détachés qui est en train de saper la protection sociale française ? A moins qu’il ne soit question du taux de chômage ? Le « droit de s’exprimer » enfin ! Car la France seule, probablement, ne saurait plus garantir ce qui fit jadis sa renommée mondiale.

Et que dire des deux derniers arguments… L’idée que L’UE puisse nous donner le « droit de vivre » (a-t-elle donc le droit de vie et de mort sur nous ? Peut-être après tout…) et le « droit d’aimer » ! Messieurs les unionistes, sachez que l’amour n’a jamais connu d’autres frontières que celles des cœurs et ne connait rien à vos frontières européennes !

L’UE est l’acteur n°1 contre le réchauffement climatique

Sans trop savoir en quoi l’UE pourrait être l’acteur n°1 contre le réchauffement climatique, force est malheureusement de constater que l’UE est surtout, avec la Chine et les États-Unis, et à cause de modes de vie insensés, l’une des principales zones du monde responsable, justement, de ce réchauffement. Ou comment se prendre les pieds dans le tapis avec un argument inepte.

L’UE est premier donateur au monde

L’UE est peut-être bien le premier donateur au monde. Mais le problème est qu’elle ne produit rien en soi et qu’elle ne fait que redistribuer l’argent qu’elle a tout d’abord collecté. Il est cocasse de voir ici l’UE se féliciter de distribuer l’argent des contribuables européens (en premiers lieux desquels les Allemands et les Français). Et s’il est indispensable qu’une redistribution des richesses se fasse à l’échelle internationale pour réduire au plus vite les grands déséquilibres de ce monde, il est peu probable que l’argument fasse mouche. Tout particulièrement à l’oreille des populations européennes qui vivent de plus en plus mal le recul apparent de leur niveau de vie et qui souhaiteraient probablement que l’UE ne soit justement pas le premier donateur au monde.

Les décisions importantes sont prises par des dirigeants élus

Comme l’avait révélé à l’époque l’excellent blog les-crises.fr d’Olivier Berruyer, nous sommes bien ici en train de parler d’une institution dont le président, Jean-Claude Juncker, déclarait il y a deux ans, suite à l’arrivée de Tsipras au pouvoir en Grèce : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

L’UE est la première économie du monde

Certe, cela est vrai, mais les pays de l’UE n’ont pas attendu l’UE pour être, en cumulant les puissances de leurs économies, la zone économique la plus puissante du monde. Et il en serait tout autant sans l’UE. Cela n’est que le résultat de près de 500 ans d’histoire politique et industrielle et si la photo est encore belle, la vidéo, elle, fait pâle figure tant la situation se dégrade, et se dégrade vite, pour les classes moyennes européennes.

60 ans de Paix

Last, but not least, le dernier argument béton de l’UE : la paix ! Cette bonne vielle paix. Effectivement il n’y a pas eu de guerre au sein de l’UE ces 60 dernières années. Mais combien de territoires les pays de l’UE ont-ils bombardés durant cette même période ? Combien de gouvernements renversés ? Combien de pays déstabilisés par ce qui constitue le principal bras armé de l’OTAN en dehors des États-Unis ?

Alors oui, l’UE a effectivement reçu le Prix Nobel de la paix en 2012. Obama l’avait reçu trois ans plus tôt. Lui à propos duquel Slate rappelait en 2016 qu’aucun président américain n’avait fait la guerre aussi longtemps. Huit années de mandats, pour huit années de guerre. Beau palmarès pour un Prix Nobel de la paix !

La vidéo de Le Buzzy

Et voici donc la sympathique vidéo de Le Buzzy. Nous vous laissons juger de la pertinence comparée des arguments :

Chose rassurante, la vidéo d’origine, en anglais et donc diffusée dans l’UE entière, en est à 1250 vues depuis le 20 mars 2017. Celle de Le Buzzy, en français, et donc destinée au seul public hexagonal totalise déjà plus de 2000 vues depuis le 7 mai dernier. Si le formatage des cerveaux est facile via les médias traditionnels, le combat des idées semble plus équilibré sur Internet. L’espoir est donc de mise dans les années à venir pour que le peuple remporte la lutte pour sa survie qui l’oppose à ses élites.

Nico Las (TDH)


(1) : N’hésitez pas à nous contacter pour nous informer si cette chaine existe.

(769)

A propos de l'auteur :

Passionné de nature, je suis avant tout un "touche à tout". Et c'est ma curiosité insatiable pour ce (et ceux) qui m'entoure(nt) qui m'a amené à rejoindre le Cercle fin 2014. Fan d'art, et en premier lieu de design et d'architecture, dans ma vie personnelle, mes activités au Cercle sont principalement axées sur l'analyse du fonctionnement des médias et de l'information. Convaincu que quel que soit le projet, tout se fait ou rien ne se fait, en fonction de la capacité des hommes (et des femmes !) à se parler et à collaborer, je tâche modestement de poursuivre d’inlassablement ce petit jeu qui consiste à créer du lien. C'est à ce titre que j'occupe au Cercle les rôles d'attaché de presse et de responsable du recrutement.

a écrit 56 articles sur ce site.


Laissez un commentaire

Why ask?