Reportage au colloque sur le Yémen au Parlement européen

Colloque sur le Yémen au parlement européen

De haut en bas et de gauche à droite : Marietje Schaake, Jacques Myard, Fayssal Jalloul et Bodil Valero

Ce mercredi à Bruxelles, au sein du Parlement de l’UE s’est tenu un important colloque sur la situation au Yémen.

Au cours de ce colloque réuni sous l’égide de la députée européenne Patricia Lalonde, ce qui est à son honneur, deux autres députées européennes, le député honoraire de l’Assemblée Nationale française Jacques Myard et d’éminents experts ont souligné la situation tragique de la population bombardée journellement par les frappes séoudiennes qui détruisent toutes les infrastructures vitales, sans aucune réaction de la communauté internationale, notamment de l’UE qui se trouve ainsi complice des crimes contre l’humanité qui y sont perpétrés.

Ce colloque devrait avoir un impact car il s’est tenu dans le temple de l’UE sous l’égide et avec la participation de membres de l’organisation qui ont réclamé au minimum une levée de l’embargo sur les produits humanitaires et une négociation pour mettre un terme à l’agression séoudienne.

Si les députées ont tenu un discours équilibré sur les responsabilités du conflit pour en rechercher une solution négociée, tout en dénonçant courageusement les tragiques conséquences de la guerre menée par la coalition dirigée par l’Arabie Séoudite, Jacques Myard et la plupart des experts ont accusé clairement l’Arabie Séoudite d’être la seule responsable des souffrances qu’endure le peuple yéménite, retraçant les origines du conflit et les ambitions stratégiques du gouvernement séoudien en place à Riyad depuis 2016.

Chargé par le Président de l’Académie de Géopolitique de Paris de conclure le colloque (modification du programme ci-après), j’ai rappelé les origines lointaines des rivalités séoudo-yémenites, le Yémen étant le berceau culturel et civilisationnel de l’arabisme bien avant la création de l’Arabie Séoudite et même de l’islam, précisé que Riyad ne pouvait perpétrer cette agression qu’avec le soutien de Washington et des capitales européennes qui lui fournissent en outre les armes pour tuer les Yémenites, qu’il ne s’agissait pas d’une guerre de religion entre chiites et sunnites mais d’un affrontement entre l’Iran et l’Arabie pour des rivalités stratégiques et économiques sur les tracés des lignes d’approvisionnement en énergies, l’Iran ne fournissant d’ailleurs aucune aide militaire aux Houthis sunnites-zaïdites, bien qu’il leur soit favorable, mais l’embargo maritime et aérien l’empêchant même d’y acheminer une aide humanitaire.

J’ai rappelé que la résolution 2216 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 16 avril 2015 était venue malheureusement légitimer l’intervention de l’Arabie Séoudite au Yémen, sous le chapitre 7, trois semaines après le début de son intervention , avec l’exception notable de la Russie.

Ce colloque devrait soulever une émotion à Bruxelles car tous les intervenants ont souhaité une modification de la politique de l’UE vis-à-vis de ce conflit, modification qui pourrait permettre d’envisager une négociation pour y mettre un terme et soulager la malheureuse population civile dont les souffrances ont été décrites pas plusieurs intervenants, et tenter de préserver le patrimoine culturel qui n’a pas encore été détruit.

Les trois députées européennes qui sont intervenues sont à féliciter et remercier pour leur énergie à défendre une cause humanitaire mondiale, tout particulièrement Patricia Lalonde qui a patronné cet évènement important.

Alain Corvez


Intégralité des interventions du colloque et des échanges avec la salle

(261)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 789 articles sur ce site.


Laissez un commentaire

Why ask?