Projet de loi polonais sur la Shoah : hypocrisie des condamnations

Auschwitz BirkenauLe parlement polonais vient d’adopter la semaine dernière un projet de loi punissant d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison toute personne qui « attribue à la République de Pologne et à la nation polonaise, publiquement et contrairement à la réalité des faits, la responsabilité ou la coresponsabilité de crimes nazis perpétrés par le IIIe Reich allemand ».

Il est utile de souligner qu’il n’y a pas eu de « camps de la mort » polonais pendant la deuxième guerre mondiale, il y a eu des « camps d’extermination » allemands en Pologne. Et contrairement à ce qui s’est produit dans d’autres pays de l’Europe occupée, l’État polonais n’a pas collaboré avec le IIIème Reich.

Alors pourquoi ce projet de loi suscite-il des réactions et de condamnations internationales ? En effet, d’après Le Monde, ce texte a provoqué de fortes réactions en Israël, et l’administration américaine, pourtant alliée du gouvernement polonais, a demandé à Varsovie de reconsidérer le texte « au vu de l’impact qu’il pourrait avoir sur le principe de liberté d’expression » et sur les relations polono-américaines.

Le Monde a le toupet de proposer l’explication suivante : « Ce projet de loi est condamnable parce qu’il limite le travail des historiens et des journalistes, ainsi dissuadés de s’intéresser à ce qui pourrait les emmener sur le terrain d’une participation de Polonais aux crimes de l’Occupation. ».

Quelle hypocrisie ! Rappelons que ce sont les mêmes médias mainstream et gouvernements occidentaux qui défendent les lois mémorielles comme la loi dite « Fabius-Gayssot », lorsque le récit historique figé à ce moment convienne à leur vision de l’Histoire, vision servant parfaitement leurs desseins politiques et géopolitiques. La loi « Fabius-Gayssot » est justement critiquée car elle limite le travail des historiens, mais hélas elle est défendue par les mêmes qui, aujourd’hui, se disent scandalisés par la nouvelle loi mémorielle polonaise.

Pourquoi cet argument serait valable en Pologne et ne serait pas valable en France ? Le deux poids deux mesures est trop visible ; la manipulation de l’histoire de ces massacres à des fins politiques est plus que nauséabonde…

Raphaël Berland


Source :

« Un regrettable projet de loi en Pologne » (Le Monde, le 5 février2018)

(851)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 840 articles sur ce site.


8 commentaires

  1. ToujoursCurieux dit :

    Excellent article avec évidemment, une petite erreur obligatoire parce que c’est un site français, mais nous savons tous lire entre les lignes…

  2. Jacques dit :

    Merci de bien vouloir corriger une coquille :  » desseins politiques « 

  3. POINT DE VUE REÇU PAR MAIL :

    ============================

    La « loi mémorielle » de Varsovie comporte aussi un « volet ukrainien » très dérangeant…

    La loi adoptée par Varsovie, consacrant l’innocence polonaise dans le judéocide indigne Israël et les Etats-Unis, en raison de son « interdit » sur la désignation des camps nazis de Pologne comme « camps polonais » et sur toute évocation des complicités polonaises dans le génocide nazi, mais elle dérange également le pouvoir ukrainien, vu l’interdit sur la négation des massacres de Polonais (1943) par les nationalistes de l’OUN (Organisation des Nationalistes Ukrainiens) et de leur Armée des Insurgés (UPA) … de nos jours officiellement réhabilités à Kiev avec l’approbation de Washington…

    Comme il fallait s’y attendre, les mauvaises relations de la Pologne avec l’Union Européenne font que sa « loi mémorielle » soit plus largement évoquée dans nos médias que les lois mémorielles et le révisionnisme du « régime ami » de Kiev, où les « pro-occidentaux » ont pour base une alliance entre oligarques libéraux et nationalistes radicaux. La « révolution de Maïdan » qui les a portés au pouvoir en février 2014 est inattaquable. Quiconque la met en doute (en parlant de « coup d’état » ou en évoquant le rôle des néonazis) s’expose au soupçon de « complotisme » et de « propagande russe ».

    Une autre question « non politiquement correcte » pourrait être soulevée, celle de la pertinence même des « lois mémorielles » et des interventions des gouvernements et parlements dans le domaine de l’histoire : ne voyons-nous pas se multiplier des « histoires officielles » dictant la façon dont il est permis ou interdit de penser le passé ? Ne faudrait-il pas laisser aux historiens (et aux témoins) le droit de s’exprimer en toute tranquillité ?

    ======================

    Massacres des Polonais en Volhynie

    Le massacre des Polonais en Volhynie (ukrainien : Волинська трагедія – Tragédie volhynienne, polonais : Rzeź wołyńska- Massacre volhynien, allemand : Massaker von Wolhynien – Massacre de Volhynie) a été une épuration ethnique pendant la Seconde Guerre mondiale. Les historiens estiment qu’à cette occasion jusqu’à 80 000 civils polonais ont été massacrés par des membres de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (Ukrainska Povstanska Armiya, ou UPA, Українська Повстанська Армія). Dans la même période, des milices polonaises exterminèrent des milliers de paysans ukrainiens. Aujourd’hui encore, les deux parties se rejettent la responsabilité du déclenchement des massacres, s’en accusant mutuellement. Il reste probable que le conflit fut encouragé, voire provoqué par l’Allemagne nazie qui occupait la région pendant la tragédie.

    Les massacres ont été commis entre 1942 et 1944, avec de nombreuses victimes durant l’été et l’automne 1943.

    Le 22 juillet 2016, le Parlement polonais a reconnu les massacres comme étant un génocide.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacres_des_Polonais_en_Volhynie

  4. Nétanyahou condamne les propos du premier ministre polonais sur la Shoah (19.02.2018)

    Le premier ministre israélien annonce une rencontre entre les deux pays pour discuter de la loi mémorielle polonaise.

    http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/19/netanyahou-condamne-les-propos-du-premier-ministre-polonais-sur-la-shoah_5259062_3210.html

Laissez un commentaire

Why ask?