Syrie-France : quand les rôles sont inversés.

Quoi de mieux pour comprendre une situation que de se placer du point de vue de son interlocuteur ? Suite aux tragiques évènements syriens, la fabrique médiatique à consentement s’est mise en branle pour nous livrer une version des faits considérablement altérée. Pire : les médias jouent la surenchère émotionnelle afin de justifier, au niveau de l’opinion, la nécessité d’une guerre « humanitaire », ou « préventive » selon l’humeur du moment. Car, dans la partie d’échec géopolitique qui se joue actuellement, l’important est de s’attirer les faveurs des électeurs. Parvenir à recueillir 50%, plus une voix, de sujets en faveurs d’une intervention. Mais quand les dés sont pipés, le consentement ne peut être qu’altéré. Voici alors une expérience inédite. Ouvrez votre esprit. Laissez libre cours à votre imagination, et n’hésitez pas à utiliser le dictionnaire situé à la fin de l’article.

Nous sommes en 2012. Le monde est dominé par les États-Unis d’Afrique.

Suite aux deux guerres Mondiales (14-18, et 39-45) qui ont ravagé le Moyen-Orient, en opposant l’Arabie Saoudite à la Syrie, les United States of Africa sont devenues la puissance numéro un. Grâce à l’envoi de leurs troupes sur le sol syrien, les Alliés sont parvenus à faire tomber le troisième Reich saoudien. A la faveur de cette victoire, les USAfrica, grâce au plan M’Barshal, ont étendu leur mainmise sur le vieux continent Moyen-oriental. Puis sur le monde, notamment grâce à l’imposition par la force du Dinar comme monnaie de référence mondiale. Afin d’assurer la sécurité du Moyen-Orient après la Seconde guerre mondiale, en s’opposant notamment à l’expansion communiste russe, les Alliés créèrent l’Organisation du Traité de la Méditerranée, alliance militaire qui n’a eu de cesse dès lors de renverser tout gouvernement qui s’opposait aux plans impériaux des États-Unis d’Afrique.

Suite à la tentative de génocide saoudienne sur la communauté monégasque du moyen-orient, les Alliés décidèrent de mettre un terme au mandat koweïtien sur le pays niçois. Le 29 novembre 1947, l’ONU décida le partage du pays niçois en deux : un état monégasque, et un état niçois.

Les Gradins des Jérémiades, premier lieu saint monégasque, se situent sous l’Esplanade de la Jetée, troisième lieu saint niçois.

Des années 1947 à aujourd’hui, le continent européen connut d’innombrables guerres intestines ethnico-religieuses. L’imposition de force de l’état monégasque par la communauté internationale fut vécut comme une profonde atteinte par les niçois, qui ne furent jamais conviés à la table des négociations. Les conflits entre les deux peuples se multiplièrent, si bien que l’ensemble de la géopolitique mondiale tourna autour du conflit niço-monégasque. Depuis, les États-Unis d’Afrique soutiennent inconditionnellement Monaco, pays dont les élites veulent, contrairement aux aspirations des populations monégasque et niçoise, accomplir coûte que coûte le projet biblique du Grand Monaco (des Alpes jusqu’à l’Atlantique). Projet passant par la mise au pas de toutes les oppositions régionales qui se sont formés suite aux violations du droit international par Monaco, et notamment à propos du traitement réservé aux habitants de la bande de Camargue. L’Espagne, farouche opposant à la politique extérieure monégasque, cherche depuis quelques années à se doter de l’énergie atomique, et subit depuis de multiples attaques sur son territoire (assassinats de scientifiques [1], attaques cybernétiques [2], etc.), et fait l’objet d’une diabolisation outrancière dans les médias moyens-orientaux. La France, soutien de l’Espagne, est depuis les « printemps européens », la cible de toutes les attaques de l’OTM. L’objectif étant pour ces derniers d’éliminer un soutien de Madrid, afin d’avoir une voie ouverte vers la République catholique d’Espagne.

Le contexte étant posé, il est alors nécessaire de s’intéresser de plus près à la situation intérieure de la France.

Le régime français, tenu d’une main de fer par François Hollande, a du faire face à des multiples ingérences impériales depuis le début du siècle provenant de l’OTM et de ses alliés dans la région : les pétromonarchies du Luxembourg, dont la population est constituée majoritairement de soldats des États-Unis d’Afrique [3], mais aussi d’Allemagne, qui abrite les lieux saints de la communauté chrétienne, mais qui selon les commentateurs trahit la parole du Christ en étant alliée aux impérialistes de l’OTM [4].

Contrairement aux autres pays de la région, la France est un pays laïque où cohabite de façon relativement paisible les communautés religieuses catholiques, protestantes (majorité de la population), et musulmanes [5]. Depuis les « printemps européens », la population française a voulu faire évoluer le régime vers plus de démocratie. Ce fut sans compter sur l’action de l’OTM et de ses alliés dans la région, le Luxembourg, Monaco et l’Allemagne, qui ont senti là l’opportunité de profiter des soulèvements démocratiques, pour les instrumentaliser, et faire tomber le régime de Hollande.

Cette instrumentalisation s’est faite à deux niveaux.

Au niveau logistique d’abord. Depuis le début des soulèvements, le Luxembourg et l’Allemagne ont financé, entrainé, et armé des extrémistes protestants, pour qu’ils provoquent et attaquent les forces du régime [6].

Miliciens, qui se livrent aux pires atrocités, ne cessant de crier leur haine des musulmans et des catholiques [7], et se mélangeant aux populations afin que des pertes civiles surviennent à la suite des affrontements avec le régime.

Miliciens extrémistes protestants qui, à la veille des manifestations anti-régime, rendent visite aux commerçants pour leur intimer l’ordre de fermer leurs établissements et de venir grossir artificiellement les rangs de la « contestation ». Et gare à ceux qui s’y refusent. Leur avenir devient immédiatement incertain. Comme par exemple pour ce pharmacien, qui a refusé de se plier aux injonctions des bandes armées, afin de continuer à vendre ses médicaments aux malades. Les habitants l’ont retrouvé le lendemain, allongé dans sa pharmacie, baignant dans son sang, la gorge tranchée d’une oreille à l’autre [8]. Tout cela pour avoir voulu continuer de prodiguer des soins à ses patients.

Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le numéro 2 de « La Base », ce groupuscule d’extrémistes protestants ayant perpétré les attentats du 11 septembre, ait appelé au combat en France, et a renversé le régime de François Hollande [9]. Si le régime parvenait effectivement à être renversé, ces extrémistes protestants financés par le Luxembourg et l’Allemagne, donc par l’OTM, se livreraient à de multiples nettoyages ethnico-religieux. La communauté musulmane serait immédiatement menacée, et les conflits entre catholiques et protestants éclateraient à nouveaux, après des années d’entente au sein du pays.

Pour justifier l’injustifiable, les pays membres de l’OTM se livrent à une déferlante propagandiste au niveau médiatique.

La cible ? Les populations du Moyen-Orient.

L’objectif ? Faire admettre la nécessité d’une guerre « humanitaire » pour aider les extrémistes protestants, présentés comme des résistants pacifistes et non armés, et faire tomber le régime de Hollande, présenté comme un boucher sanguinaire afin d’opérer une diabolisation de ce dernier dans l’esprit des citoyens moyen-orientaux.

Aucune mention du financement des extrémistes protestants par les pays de l’OTM, via le Luxembourg, Monaco et l’Allemagne, n’est rapportée aux populations syriennes.

Aucun massacre perpétré par les extrémistes protestants sur les populations civiles françaises, n’est commenté par les journalistes syriens.

Le fait que des militaires syriens ait été arrêtés par les autorités françaises, ce qui constitue en soi un acte d’ingérence étrangère et donc un acte de guerre, n’a jamais été rapporté aux citoyens syriens [10].

Le fait que les extrémistes protestants soient entrainés par les militaires de l’OTM au Kosovo, pour être initiés aux pratiques de guérilla, n’a pas non plus fait l’objet d’un quelconque écho médiatique en Syrie [11].

Les raisons profondes de la guerre, car c’est bien d’une guerre dont il s’agit, sont camouflées aux yeux des populations moyen-orientales. Et comme dans toute guerre, des populations civiles sont victimes des conflits.

Le 27 mai 2012 à Toulouse, 108 personnes ont trouvé la mort dans de terribles conditions. Immédiatement, ce massacre a été mis à la charge du régime. Il faut aller vite ! La guerre médiatique précède la guerre conventionnelle. Il faut que le message soit martelé, que les images soient imprimées. Quitte à utiliser une photographie d’un ancien conflit pour travestir la réalité [12]. Il faut dire que la photo était belle. Consternante. Opulente de terreur. Empli de désespoir et d’affliction. Une photo parfaite en somme ! Une ligne de démenti suffira au fin fond de la page. Et qu’importe si un grand quotidien saoudien, après une enquête sur le massacre de Toulouse, en attribue la responsabilité aux milices protestantes extrémistes [13]. Le mal sera fait. L’objectif rempli : la raison aura été dépassée par l’émotion. Les faits auront été tordus. Les populations moyen-orientales convaincues de la nécessité d’une guerre « pour la paix ». Nul ne pourra dès lors arrêter la machine destructrice.

Français, vous venez de vivre l’expérience syrienne. Où se situe le camp du bien selon vous ? Avez-vous toujours l’impression de répandre la démocratie, et de planter sur votre chemin l’étendard des Droits de l’homme ?

Jamais les faits n’ont autant été déguisés qu’aujourd’hui. L’avènement de la société de l’information rime avec dictature de l’information. Dictature de ceux qui contrôlent l’information, vous l’imposent. Le chemin menant à la vérité est loin d’être un long fleuve tranquille. Entre illusions et promesses fallacieuses, la recherche de l’exactitude, seul phare capable de nous sortir des méandres ténébreux entourant actuellement notre quotidien, est un véritable chemin de croix. Il est tellement plus simple de s’occuper de son pré carré, sans même imaginer la dévastation et l’affliction à travers le monde. Pensez au moins aux syriens, qui ont vu leur rêve de démocratie s’effondrer, par l’instrumentalisation de leurs revendications par les puissances étrangères. Puissances qui n’ont que faire des peuples et des Nations, mais accomplissent en secret de sombres desseins. Car en ces temps de faillite bancaire généralisée, il est impérieux pour elles de trouver le bouc émissaire idéal.

 

Ainsi fonctionnent les empires.

Ainsi va le monde.

 

Attribution des rôles :

États-Unis d’Afrique = États-Unis d’Amérique

France = Syrie

Espagne = Iran

Luxembourg = Qatar

Allemagne = Arabie Saoudite

Monaco = Israël

Grand Monaco (des Alpes à l’Atlantique) = Grand Israël (du Nil à l’Euphrate)

Nice = Palestine

La bande de Camargue = La bande de Gaza

Toulouse = Houla

OTM = OTAN

La Base = Al-Qaïda

François Hollande = Bachar Al-Assad

Protestant = Sunnite

Catholique = Chiite

Musulman = Chrétien et Alaouite

Médias moyen-orientaux = Médias occidentaux

 


(75)

A propos de l'auteur :

a écrit 92 articles sur ce site.


6 commentaires

  1. Jonathan Moadab dit :

    Merci pour cet article original et pertinent Maurice !

    Et puis… Bienvenue dans le Cercle 🙂

  2. Maurice dit :

    Merci Jonathan. A très vite…

  3. chb dit :

    N’importe quoi ! Ce qui met judicieusement en lumière le grand n’importe quoi, par exemple, de notre gouvernement qui prétend instaurer une démocratie en Syrie à partir de marionnettes baladées d’hôtel en hôtel.
    Votre intéressante transposition met l’accent sur l’aspect religieux. Vous semble-t-il donc prépondérant à ce point, ce qui indiquerait que les manipulateurs de l’OTAN ont réussi leur coup (qu’al Assad soit renversé ou non) pour mettre le chaos pour longtemps ?

    • Maurice dit :

      Bonjour Chb,

      Je pense qu’il faut distinguer les buts et les moyens.

      Les buts, je pense que nous sommes d’accord, sont tout autre qu’une guerre humanitaire, libératrice, pour la démocratie, etc.

      Je le précise dans le chapeau introductif, c’est une partie d’échec géopolitique. Les gouvernements occidentaux veulent à tout prix faire tomber Assad.

      Le moyen, c’est l’instrumentalisation religieuse. Souffler sur les braises, en promouvant tels extrémistes suunites contre les autres minorités religieuses, et même contre les suunites progressistes.

      Voila pourquoi l’aspect religieux est important à appréhender et à comprendre, pour avoir une bonne vision des “moyens” de la déstabilisation syrienne.

      Mais bien évidemment les buts sont géopolitiques.

      D’un autre côté, quant on voit comment toute la politique étrangère française est calquée sur les intérêts d’un pays du Proche-Orient, dont le gouvernement accompli une politique visant à agrandir le pays pour accomplir le destin biblique du grand Israël (les gens du Likoud s’en cachent de moins en moins, cf. les déclarations du numéro 2 du Likoud, Moshe Feiglin), on pourrait se demander si finalement le but ne serait pas religieux. Si l’on suit cette logique, on comprend que le gouvernement Israélien souhaite à tout prix attaquer l’Iran. Et pour attaquer l’Iran il faut d’abord faire tomber la Syrie, où du moins l’affaiblir en la minant de l’intérieur. S’ouvrir ainsi une voie “vers la République catholique d’Espagne”…

      Espérons que la gauche israélienne parvienne à s’affirmer et à contrecarrer les projet belliqueux mené par le Likoud avec l’appui de l’X-droite israélienne.

      Bonne journée

  4. T dit :

    Intéressant. Mais à pousser trop loin le jeu de “l’inversion” on perd le fil. Limiter cet exercice de pensée au traitement médiatique étranger d’un “soulèvement démocratique des banlieues françaises” aurait été je pense plus “fort” symboliquement, car plus simple à visualiser que ce monde totalement sans dessus dessus.
    Mais ce n’est que mon avis.
    Merci pour cet article…

    • Maurice dit :

      Bonjour T,

      Mais tout avis est bon à prendre ! C’est vrai que ce n’est pas évident à suivre, il faut beaucoup d’imagination. J’ai voulu prendre une vision globale du monde pour expliquer le contexte extérieur de la destabilisation syrienne. Mais le coup du “soulèvement démocratique des banlieues françaises” est une très bonne idée. Je la met sous le coude… On peut répéter ce genre d’inversion à l’infini, pour de multiples sujets.
      Merci pour votre commentaire.

      Bonne journée

Laissez un commentaire

Why ask?