Israël: un membre de Naturei Karta inculpé de tentative d’espionnage pour l’Iran (L’Orient le Jour)

AFP | 01/08/2013 | 15h41

Un juif ultra-orthodoxe membre d’un groupe radical anti-sioniste a été inculpé jeudi à Jérusalem de tentative d’espionnage au profit de l’Iran, a annoncé le Shin Bet, le service de sécurité intérieur israélien.

Ce membre du groupe des « Neturei Karta », connus pour leur opposition à l’Etat d’Israël, est soupçonné d’avoir pris contact avec l’ambassade d’Iran à Berlin en 2011 pour proposer de transmettre des informations, selon un communiqué du Shin Bet. Il est resté en contact avec ces diplomates iraniens à son retour en Israël, via internet et des téléphones publics proches de son domicile, précise le Shin Bet.

« Lors de son interrogatoire, le détenu a dit avoir agi par haine d’Israël et pour obtenir de l’argent », ajoute le Shin Bet.

Le détenu, dont l’identité n’a pas été révélée, a été inculpé de « contact avec un agent étranger » et de tentative de trahison.

La suite sur l’Orient le Jour (AFP)

Analyse :

Cette opération contre Naturei Karta est une opportunité idéale pour affaiblir les antisionistes juifs radicaux, alors que se tiennent en ce moment même des négociations entre Israël et l’Autorité Palestinienne. Les membres de cette organisation, souvent comparée à une secte, exprime effectivement leur souhait d’en finir avec « l’Etat juif », système institutionnel raciste, pour laisser place à une Palestine où tous les citoyens seraient égaux.

Cet antisionisme radical puise sa source dans la tradition rabbinique et talmudique. L’Histoire de l’Opposition Juive au Sionisme (livre de Yakov M. Rabkin), nous rappelle que l’antisionisme dominait largement les communautés juives européennes religieuses, jusqu’au traumatisme de l’holocauste. Les trois serments, dont l’un interdit aux juifs de revenir par la force en terre d’Israël, issus du traité kétoubot 111a du talmud de Babylone, ont formé la colonne vertébrale de l’opposition religieuse au sionisme.

Prenant exemple sur leurs prédécesseurs, qui s’étaient opposés à deux idéologies hérétiques – le sabbatéisme de Sabbatai Tzvi (1626-1676) et le frankisme inspiré de Jacob Frank (1726-1791) – les juifs talmudistes s’opposèrent violemment au sionisme, à plusieurs époques et en plusieurs endroits où cette idéologie s’est propagée.

Les Naturei Karta ne sont que les restes de cette résistance. Certes peu nombreux, ils ont su impacter et interpeller l’opinion en utilisant leur identité juive. Leur existence apporte un niveau de complexité empêchant l’équation sionisme = judaïsme / judaïsme = sionisme.

Que les Naturei Karta se soient tournés vers l’Iran est quelque chose de naturel. Ils se sont tournés vers l’une des seules nation où la communauté juive vit en liberté et toute indépendance de l’étranger. Demandez à un juif iranien ce qu’il fera si son pays est attaqué par Israël. Il y a de fortes chances pour qu’il vous réponde qu’il défendra sa patrie, l’Iran. Des propositions alléchantes d’alya ont même été proposées à ces communautés (30 000 juifs, rien qu’à Téhéran) – sans succès aucun. Le pouvoir iranien s’est lui clairement exprimé sur la question : il souhaite l’établissement d’un référendum où tous les citoyens – s’exprimeraient sur la question de savoir ce qu’ils voudraient : un, ou deux Etats.

Les Naturei Karta se sont donc tournés vers leur allié naturel pour accomplir ce qu’ils estiment être un devoir religieux. Et je me demande d’ailleurs quelles informations « stratégiques » ceux-ci étaient susceptibles de donner, vu leur position marginale dans la société israélienne.

Il est évident que les supporters de l’Etat juif – pour la plupart athées et n’ayant aucune connaissance du traité kétoubot 111a – qualifieront cette connivence de trahison. Trahison envers le « peuple juif », et trahison envers Israël.

Mais dans ce cas, que devraient penser les citoyens des différents Etats, qui voient évoluer des individus juifs (ou se prétendant tels) qui affiche leur sionisme sans complexe ? Ne peut-on pas voir là de multiples trahisons des-dits peuples ?

L’idéologie sioniste, pour se maintenir, doit continuer de perpétuer le mythe selon lequel l’identité juive serait liée à l’Etat d’Israël. L’existence même des Naturei Karta démontre le contraire, et c’est bien pour cela que l’un de leurs membres est aujourd’hui poursuivi pour « espionnage » par Israël… Cela résonne comme un avertissement pour les défenseurs de l’égalité.

Aller plus loin :

(200)

A propos de l'auteur :

a écrit 158 articles sur ce site.


2 commentaires

  1. Sem dit :

    Perso, j’ai cessé de croire au père noel. mais chacun fait comme il veut.. quand à dire que le talmudisme rabinique s’est opposé au sionisme…… c’est une quenelle ou quoi ?

Laissez un commentaire

Why ask?