De l’apartheid à la continuation de l’apartheid : de qui salut-on la mémoire ?

Certains se sont indignés, avec raison, devant l’hypocrisie et l’imposture que constituaient les hommages de nos dirigeants à Nelson Mandela. En effet, comment rendre hommage à cet homme, que l’on associe au noble combat des populations noires d’Afrique du Sud contre un système d’exploitation injuste et raciste, alors même que l’on alimente le chaos et la barbarie dans de nombreuses régions dans le monde, notamment en Afrique et au Moyen Orient ? La remarque est juste, mais pendant qu’on se dispute la mémoire d’un de ces héros dont les médias raffolent, c’est à côté de la réalité, passée et présente, que l’on passe.  Le peuple noir d’Afrique du Sud est une nouvelle fois aux premières lignes du combat contre l’impérialisme et l’exploitation. Face à lui, les forces de l’ordre du gouvernement tripartite composé de l’ANC (parti de Nelson Mandela), de SACP (Parti communiste d’Afrique du Sud) et la centrale syndicale COSATU. A la lumière de la situation actuelle, il est dans l’intérêt de tous de porter un regard froid sur l’action politique de Mandela, de la clandestinité à sa gestion du pouvoir, et de tirer du passé les leçons qui nous permettront de nous organiser aujourd’hui.

Exploitation, assassinats, massacre : le miracle économique de l’Afrique du Sud

De concert avec les éloges de nos politiques, la presse économique salut l’ouverture de l’Afrique du Sud, première économie du continent africain au sous sol extrêmement riche. La revue capitaliste Challenge publiait vendredi l’interview de Thierry Vircoulon, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI):

« Qu’est ce que Nelson Mandela, décédé le 5 décembre à Johannesburg, a apporté à l’économie sud-africaine ? Quand il a été élu président en 1994, il a contribué à ce que l’ANC (Congrès national africain) change sa politique économique. Elle a abandonné le communisme. Cela a permis au pays de ne pas nationaliser toute l’économie du pays. Cela a-t-il ensuite permis à l’Afrique du Sud de décoller économiquement? Il est sur que si tout avait été nationalisé, si on était revenu à une politique économique des années 50, l’Afrique du Sud ne serait pas devenue un pays émergent. […] Quand il est arrivé au pouvoir, le mur de Berlin était tombé, il a réalisé que l’histoire avait tourné et en a tiré les conséquences. Et pour prendre le pouvoir, il a dû aussi composer avec l’élite blanche des affaires, libérale. […] Oui, il s’est adapté à l’air du temps. » (1)

Le journal Les Echos affirme sur le même ton :

« C’est certainement l’un des symboles dont l’Afrique du Sud est la plus fière. Vingt ans après l’abolition de l’apartheid, elle est parvenue à se hisser au sein du groupe très fermé des BRICS, aux côtés du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine. […] Sans doute son ouverture vers l’extérieur, favorisée par son activité portuaire, n’est pas étrangère à ce rayonnement. » (2)

Partout, on célèbre l’ouverture du pays comme la deuxième réalisation du grand Mandela. Mais à l’instar des autres pays émergents, le miracle économique sud-africain cache une réalité dérangeante. Entre la coupe du monde de football en 2010 et la mort de Mandela, tous les prétextes sont bons pour ne pas parler des sud-africains. Pourtant, depuis les politiques de libéralisation de l’économie mises en place à la fin des années 90 et plus encore depuis la crise du capitalisme à la fin des années 2000, les travailleurs et le peuple noir d’Afrique du Sud ont engagé une lutte de résistance face aux appétits des firmes multinationales étrangères et au gouvernement tripartite, pour le droit à une vie digne. La répression est terrible. En août 2012, la police du gouvernement tire sur les grévistes de la mine de Marikana, tuant 34 d’entre eux et en blessant des dizaines d’autres. C’est un massacre. La centrale syndicale COSATU, membre du gouvernement, couvre ce dernier et parle de tragédie. Les assassinats de responsables syndicaux ne sont pas rare. Le site Jeune Afrique publiait vendredi 6 novembre une dépêche de l’AFP :

“Un nouveau syndicaliste a été assassiné à la mine de platine sud-africaine de Marikana (nord), théâtre de violences depuis la grève meurtrière déclenchée par des rivalités entre syndicats en 2012, a indiqué mercredi la confédération syndicale Cosatu. […] en moins de trois mois, quatre membres du NUM  [syndicat des mines, l’un des composants de la Cosatu], ont été tués dans la région de Rustenburg, le coeur de la ceinture de platine sud-africaine dont fait partie Marikana.”(3)

 

Dans ce climat de misère et de terreur, la grève ne cesse de s’étendre de mine en mine, d’usine en usine. Plus de cent milles mineurs et ouvriers sud-africains se dressent contre les grandes corporations anglo-américaines et européennes qui accumulent de gigantesques profits sur l’exploitation quasi esclavagiste des travailleurs. Avec elles, le gouvernement du président Zuma, pourtant issu du mouvement de libération nationale. Malgré les obstacles posés par la central syndicale COSATU membre du gouvernement, les travailleurs africains s’organisent en comités syndicaux, dressent leurs revendications, votent la grève : Implats Mine (Johannesburg), Amplats (Limpopo), mines de Marikana, dans l’automobile etc. (4) Comment comprendre que le gouvernement composé de l’ANC, du PC sud-africain et de la centrale syndicale COSATU permette le maintien des inégalités sociales et raciales en ouvrant brutalement son pays au capitalisme dérégulé et impérialiste? Comment expliquer que ce gouvernement issu de la lutte du peuple noir d’Afrique du Sud pour la liberté et l’autodétermination permette aux FMN étrangères d’exploiter dans des conditions indignes les travailleurs sud-africains et aille jusqu’à les massacrer pour insubordination ?

 

La lutte de libération nationale et la question de la nationalisation : le rôle de l’ANC et de Mandela

Des grèves et des mobilisations pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, la question de la nationalisation des secteurs clés de l’économie sud-africaine à resurgit sur la place publique, comme en écho à la politique de privatisations massives mise en place par l’ANC à la fin des années 90. La revendication de la nationalisation est centrale en Afrique du Sud qui est un pays extrêmement riche en ressources naturelles. Selon la l’ANCYL (ligue de jeunesse de l’ANC) :

“l’Afrique du Sud  est l’endroit où l’on trouve les réserves de minerais essentiels et les plus diversifiés au monde […]. L’Afrique du Sud est le plus grand producteur et exportateur de chrome et de vanadium, le leader dans la production d’or et de diamant naturel, de ferrochrome, de platine (88% des réserves mondiales de base des métaux du groupe du platine), de manganèse (80% des réserves mondiales de base de minerai), des carburants liquides de synthèse et des produits pétrochimiques dérivés du charbon.” (5)

Ces dernières sont depuis toujours exploitées par des compagnies occidentales, notamment L’Anglo-American Corporation (basée à Londres) et la BHP-Billiton (basée à Melbourne). C’est dans ce contexte d’accumulation de profits gigantesques pour les capitalistes blancs et d’exploitation et de misère pour les travailleurs noirs que la question de la nationalisation est revenue sur la place publique aujourd’hui en Afrique du Sud. La restitution des richesses d’un pays à son peuple est une dimension fondamentale de toute lutte de libération nationale. Dans son combat contre l’establishment blanc, le peuple noir d’Afrique du Sud à consentit de terribles sacrifices pour imposer la revendication de l’expropriation des propriétaires terriens blancs et de la nationalisation des mines, seule voie possible pour arracher le pouvoir et renverser le système d’apartheid. Tous les mouvement de libération nationale en Afrique du Sud se sont construits autour de ces revendications. Julius Malema est président de l’ANCYL. Le site News24 rapportait ses propos en 2009 :

“La nationalisation des mines a été inscrite dans la Charte des liberté*, et c’est donc une condition pour la direction dans l’ANC.[…] Si vous n’êtes pas qualifié pour diriger l’ANC. […] Vous pouvez vous votez des satisfecit mais si vous n’avez pas le pouvoir économique et social, ça n’a pas d’intérêt. […] Le Black Economic Empowerment** a aussi été un faux semblant, puisque les contrats du BBE étaient financés par des banques détenues par des hommes blancs. […] Nous avons le droit d’acheter des actions, mais avec quoi? Nous sommes toujours contrôlés par le capital détenu par des hommes blancs.” (6)

Le discours de Malema reflète les contradictions historiques internes de l’ANC. La Charte des libertés par le bien de restitution des richesses à son peuple, mais jamais le terme nationalisation est employé. De même, elle affirme que les catégories raciales établis par le régime de l’apartheid forment déjà une nation au sein de laquelle il suffit d’abolir les lois raciales. Elle est le produit de la pression des masses noires pour la nationalisation et le renversement de la minorité blanche, et la ligne d’acceptation  du système d’exploitation économique instauré par la minorité blanche épuré des inégalités en droit civil basées sur la race. Elle reflète certes les aspirations populaires, mais les bride et les limite immédiatement. Le Black Conscioussness Movement reprochait à l’ANC de nier le problème national spécifique à l’Afrique du Sud, c’est à dire un peuple noir colonisé et exploité par un establishment colonial blanc. Selon le BCM, le combat du peuple noir pour la constitution d’une nation souveraine et indépendante devait prendre la forme du combat des Noirs (et des Non Blancs car exploités aussi : Indiens et métis) contre les Blancs, pour la république noire, pour le pouvoir de la majorité noire. Derrière un discours socialisant, l’ANC masquait un programme de soutien au capitalisme, et donc à l’exploitation de la majorité noire.

Au prix du sang, le peuple noir s’est soulevé massivement pour renverser le système de l’apartheid, au nom des revendications ouvrières et démocratiques de distribution de la terre et de nationalisation. Il a porté l’ANC jusqu’à la victoire en 1993. Tout était possible, mais la direction de l’ANC, dont faisait partie Nelson Mandela ont conclu à Kempton Park en 1994 avec les autorités blanches un accord instaurant l’égalité civiles entre les citoyens sud-africain mais laissant en place toutes les institutions du régime de l’apartheid : police, armée, justice, partis politiques blancs). La propriété privée n’étant pas attaquée, les grands moyens de productions sont restés entre les mains de la minorité blanche. Le paiement de la dette était garantie auprès des institutions financières et les capitaux des entreprises ayant soutenu et profité de l’apartheid n’ont pas été touchées***. L’ANC arrive au pouvoir en 1994, remportant les premières élections multi-raciales. Après quelques années de vagues politiques socialisantes ayant permis le développement d’une petite classe de patrons noirs, de brutales politiques de privatisations aggravent les inégalités sociales et raciales héritées de 40 ans d’apartheid.

De l’apartheid à la continuation de l’apartheid : sortir du carcan de Kempton Park

Si les inégalités en droit civil ont bien disparu, les inégalités sociales sur lesquelles elles s’appuyaient se sont aggravées. Le système d’exploitation ayant été maintenu par l’ANC, la situation du peuple noir n’a guère changé. Si bien que les questions et les revendications qui ont été à la base du mouvement de libération national se posent à nouveau dans une Afrique du Sud gouvernée par des organisations issues de ce mouvement, à la tête desquelles l’ANC. Les combats actuels des travailleurs sud-africains sont une question de survie pour la classe ouvrière et le peuple noir d’Afrique du Sud. 43% des sud-africains vivent avec moins d’un dollar et demi par jour. Le taux d’analphabétisme est de 14%. 80% des terres appartiennent à une minorité blanche. Et comme partout, gouvernement et multinationales, pour faire baisser le coût du travail et stimuler les investissements (la fameuse ouverture tant chantée mais qui ne profite pas au peuple noir), précarisent encore plus le travail et aggravent les conditions de vie.

La question de la nationalisation se pose donc, alors que depuis 1994 personne n’osait critiquer la gouvernance des libérateurs de l’apartheid. Et comme moyen pour y parvenir, la nécessité de l’indépendance des organisations ouvrières. Indépendance vis à vis du gouvernement et des institutions de l’Etat sud-africain au service des multinationales occidentales. Indépendance vis à vis des organisations politiques qui participent à ce gouvernement. En effet, dans cette situation, l’ANC et le PC sud-africain n’ont pas d’autre choix pour appliquer leur politique que de s’appuyer sur la centrale syndicale COSATU et de tenter d’étouffer par en haut les mobilisations des travailleurs sud-africains. Toute la portée internationale des grèves actuelles en Afrique du Sud est dans le combat des travailleurs sud-africain non seulement contre leurs patrons mais contre leurs direction syndicale, dépendante du gouvernement. Rétablir l’indépendance de la centrale syndicale est la première étape nécessaire à la sortie du traité de Kempton Park, à la restitution effective des richesses du pays à son peuple et à la souveraineté nationale. Ce qui à fait tomber le régime de l’apartheid fera tomber sa continuation sous la direction de l’ANC et de Mandela.

Les hommages de la classe capitalistes à la mémoire de Mandela ne sont pas si inopportuns. En même temps que les inégalités civiles tombaient devant le mouvement révolutionnaire du peuple noir, Nelson Mandela et l’ANC ont sauvé les capitaux, les intérêts et les institutions du système d’exploitation capitaliste en Afrique du Sud. Le pillage de l’Afrique du Sud, et l’exploitation de son peuple, n’ont jamais cessés et se sont même développés. Aujourd’hui, l’Afrique du Sud est traversée par un grand mouvement de révolte et de grèves. Elle adresse un message bien différent des éloges consensuelles que l’on entend sur Mandela : seul les travailleurs et le peuple rassemblés en front unique de leurs organisations, en toute indépendance, pourront mettre à bas l’oppression de capitalisme partout sur la planète.

Simon


*  la Charte des libertés est une plate-forme de revendications communes et de principes adoptée en 1955 par l’ANC et ses alliés. Toutes les organisations de libération du peuple noir n’en sont pas signataires, dont le Black Conscioussness Movement.

** le Black Economic Empowerment (BBE) est un programme économique visant à faciliter le développement d’une classe de patrons et de financiers noirs

*** British Petroleum PLC, Chevron Texaco Corporation, Crésit suisse, Daimler-Chrysler, Deutsche Bank, Exxon Mobil, Ford, General Motors, IBM, Shell, Total-Fina-Elf.

(1) http://www.challenges.fr/economie/20131206.CHA8069/ce-que-l-economie-sud-africaine-doit-a-nelson-mandela.html

(2) http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202825997501-l-afrique-du-sud-un-pays-emergent-en-quete-de-cohesion-sociale-635053.php

(3) http://www.jeuneafrique.com/actu/20131106T152756Z20131106T152731Z/

(4) http://parti-ouvrier-independant.fr/2013/09/10/vague-de-greves-en-afrique-du-sud/

(5) http://www.politicsweb.co.za/politicsweb/view/politicsweb/en/page71654?oid=158357&sn=Detail

(6) http://www.news24.com/SouthAfrica/Politics/ANC-must-nationalise-mines-Malema-20091023

 

(156)

A propos de l'auteur :

a écrit 18 articles sur ce site.


6 commentaires

  1. CaroduVar dit :

    Article très intéressant.
    Merci pour les infos et les liens.

  2. Hommage à Nelson Mandela, Lens, 8 décembre 2013 – Intervention de la section de Lens du PRCF

    Chers amis et camarades,

    Lénine dit quelque part que la manière dont la bourgeoisie achève de salir les grands révolutionnaires consiste à les encenser à titre posthume après les avoir persécutés leur vie durant. C’est ce qui se produit aujourd’hui. La bourgeoisie mondiale encense Mandela après l’avoir emprisonné pendant 27 ans. Elle veut cacher que les grands Etats capitalistes, France incluse, se sont désintéressés de Mandela pendant des décennies où sans honte, les grands patrons de notre pays importaient les diamants sud-africains et les oranges Outspan tâchées du sang de l’apartheid.

    C’est pourquoi ne disposant que de deux minutes, je rappellerai trois vérités censurées par ceux qui ne voient en Mandela que le grand conciliateur qui, à leurs yeux, aurait empêché la transition démocratique en Afrique du sud de virer à ce que la bourgeoisie mondiale redoutait le plus : une Afrique du Sud socialiste qui reste hélas à réaliser pour réduire les énormes inégalités subsistant aujourd’hui entre la bourgeoisie blanche ou noire de Pretoria et le prolétariat misérable de Soweto.

    Première vérité censurée : la lutte anti-apartheid a été portée de A à Z par le Parti communiste sud-africain et par le syndicat de classe COSATU. Mandela a d’abord été membre du PC sud-africain qui, le premier, a levé le drapeau de la révolte noire et anticoloniale. Honneur à Mandela, mais honneur aussi à Chris Hani, dirigeant noir du PC sud-africain, assassiné par le régime raciste au début des années quatre-vingt-dix. A quand une place Chris Hani à Lens et dans les villes environnantes ?

    Deuxième vérité : le régime d’apartheid et tous les régimes gorilles qui l’entouraient, colonialisme des fascistes portugais en Angola et Mozambique, pays réduits à l’état de ghettos en Rhodésie et en Namibie, ne serait jamais tombé, étant donné le soutien qu’il recevait de Reagan, de Thatcher et d’Israël, si Fidel Castro n’avait pas envoyé en Afrique un contingent militaire internationaliste. C’est à Cuito Carnavale, en Angola, que l’armée cubaine a écrasé l’armée de l’apartheid et c’est seulement à partir de cette date que la partie la moins barbare du régime raciste a accepté de sortir Mandela de sa prison. Le but étant de sacrifier l’apartheid pour sauver la propriété capitaliste des moyens de production, qui est hélas toujours en place aujourd’hui, malgré certains progrès démocratiques évidents mais fragiles. Honneur à Cuba socialiste dont le président était aujourd’hui le dirigeant plus autorisé à rendre à Mandela un hommage sincère.

    Troisième vérité : en France, ce sont les communistes, au premier rang desquels Georges Marchais, qui ont soutenu la lutte anti-apartheid pendant que d’autres ne s’intéressaient qu’à l’anticommuniste Walesa ou qu’ils présentaient les talibans, aux prises avec le régime laïque de Kaboul, comme des « combattants de la liberté ».
    Je termine en disant, avec Marwan Bargouti, dirigeant du Fatah emprisonné en Israël, que la victoire de Mandela restera incomplète tant que le peuple palestinien, dont Nelson était solidaire, sera opprimé. La lutte anti-apartheid n’aura vaincu que le jour où, en Afrique du sud, la police du régime actuel cessera de tirer sur les mineurs noirs en grève et où, en France, le pouvoir en place cessera de verser des larmes de crocodile tout en expulsant des enfants sans-papiers à la sortie des écoles dans l’unique but de faire oublier le renoncement à changer la société.

    Mandela, Chris Hani, votre combat est plus vital que jamais chez vous, mais aussi, hélas, chez nous !

  3. cyril dit :

    nelson madela,c’est avant tout une histoire de trahison. CNN en a fait une icone dans les années 80,ce qui est déja suspect en soi. avec le recul,au dela de l’image d’épinal et des mains qu’il a pu serré dans sa vie,il faut voir le bilan politique du bonhomme,qui est pour le moins catastrophique. des inégalités délirantes,une insécurité quasi totale (du moins pour la population),une corruption galopante,une situation sanitaire et sociale plus que préoccupante. nous vivons dans un monde ou les médias mainstream et le gauchiste bourgeois ont besoin de s’identifier a un camp,ce qui génère inévitablement du manichéisme,le bien ou le mal. or,il me semble,si on est honnête,mandela a peut être représenté quelque chose a une époque,mais certainement pas a l’époque ou il était médiatisé. il n’y a qu’a regarder la procession du convoi mortuaire de ce dernier avec celle d’hugo chavez au vénézuela,et la un choc. pas grand monde pour venir saluer le passage de sa dépouille,un bal des faux culs absolument extra-ordinaire dans une mise en scène a la coréenne du nord. on est loin des centaines de milliers de gens qui étaient présent spontanément pour hugo chavez. a mon sens,mandela incarnait une escroquerie et je ne serais pas surpris que d’ici quelques temps,des affaires sordides soient sorties d’un chapeau a son sujet.

  4. Tiev dit :

    Pouvez-vous m’éclairer sur les fameux médias rendant hommage au bilan économique, sur le plan interne, de l’Afrique du Sud post-apartheid (et dans le tas, de l’ANC et de Mandela)?

    Vous évoquez l’ouverture économique comme 2e grande réalisation célébrée par les médias internationaux? Peut-être serait-il utile de s’informer plus solidement sur le sujet lui-même (l’Afrique du Sud): les sudafs célèbrent, après l’accès aux droits de l’ensemble de la population, l’évitement de la guerre civile au début des années 90; en aucun cas le bilan économique et/ou l’ouverture internationale… et si les sudafs célèbrent la mémoire de Madiba, aucun d’entre-eux ne se fait d’illusions sur les échecs des années passées (notamment en matière de réduction de la pauvreté et d’exclusion). Mais peut-être que ces sudafs sont tous idiots, qu’ils pleurent une idole (un pantin?) façonnée par les grands médias internationaux/multinationales/le capitalisme (vous rayerez la mention inutile pour moi).

    Une précision: l’expression “peuple noir” n’a pas de sens en Afrique du Sud, (de même que “peuple blanc”) puisqu’il existe historiquement plusieurs communautés qui perdurent, suivant des appartenances “ethniques”/politiques/religieuses (Zulus, Xhosa, Colored, Malais, Khoisan, Afrikaners…).

    Si vous voulez vous pencher sur la mobilisation d’un peuple noir contre les carcans de l’exploitation capitaliste fomentée par une minorité blanche, peut-être puis-je vous suggérer de vous intéresser au cas du Zimbabwe (tiens! M.Mugabe était un proche de Mandela qui le ne l’a jamais “lâché”, en vertu de sa loyauté envers ses anciens soutiens dans la lutte… tiens! est-il possible que cette info vienne du Monde? incroyable, une presse en France!!!).

    La bise

Laissez un commentaire

Why ask?