Bouteflika a sauvé Ghannouchi d’un scénario à l’égyptienne (Tunisie Secret)

El-Watan vient de faire une révélation explosive sans toutefois tout dire. Il y a bien eu une tentative des officiers de l’armée tunisienne de dégager Ennahda, à l’instar de l’armée égyptienne qui a congédié les Frères musulmans, mais Abdelaziz Bouteflika aurait fait capoter ce projet patriotique tunisien. Complément d’enquête.

Voici d’abord l’article intégral que le quotidien algérien El-Watan a publié dans son édition du 6 décembre 2013 :

« Selon nos sources, la crise a commencé lorsque des contacts ont été établis entre certains commandements sécuritaires tunisiens et des pays du Golfe et alors que des chefs des services de sécurité voyaient d’un très bon œil les mouvements populaires anti-Ennahdha. C’est ce qui expliquerait en partie les rencontres entre Bouteflika, Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi, réputé proche de l’institution militaire en Tunisie. Le leader d’Ennahdha a confié aux responsables algériens sa crainte de voir l’armée lui préparer un scénario à l’égyptienne (éviction du président Morsi par l’état-major), avec la complicité de certains pays du Golfe. Alger a donc tenté de rassurer les deux parties pour éviter un clash, et a même demandé à Ennahdha de faire quelques concessions pour favoriser le dialogue. L’armée tunisienne, quant à elle, est très mécontente de la gestion du gouvernement islamiste face à la montée du terrorisme. Et c’est peut-être pour assister davantage l’effort sécuritaire tunisien qu’Alger a ouvert un canal direct entre Tunis et les pays du champ concernés par la lutte antiterroriste dans la région avec comme perspective l’adhésion de la Tunisie à l’Initiative sécuritaire des pays du champ. En fait, selon nos sources, l’Algérie souhaiterait associer le Mali, le Niger, la Libye et la Tunisie dans son programme initié depuis trois ans et consistant à former des forces aériennes et terrestres spécialisées dans le combat en milieu saharien ».

En réalité, il n’y a pas eu une seule tentative de l’armée tunisienne mais deux. La première, qui devait se déclencher le 3 août 2013 (date anniversaire de Bourguiba), et la seconde, fin septembre dernier. Selon nos informations, les deux ont été sabordées sur décision de la présidence algérienne. Nous disons bien présidence algérienne et non pas armée algérienne, car les généraux étaient quasiment tous favorables au sauvetage de la Tunisie, d’autant plus que l’opinion publique tunisienne n’attendait que cela.

[…]

Lire la suite sur www.tunisie-secret.com

(162)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 871 articles sur ce site.


Laissez un commentaire

Why ask?