Manifestation contre Monsanto : Reportage à Strasbourg

manif-monsanto-600Le 23 mai dernier s’est déroulée à Strasbourg et partout en France la manifestation annuelle contre Monsanto lancée par le collectif citoyen Les Engraineurs et le collectif d’associations Combat-Monsanto [voir erratum en fin d’article]. Cette manifestation mobilise chaque année des millions de personnes partout dans le monde ; gageons qu’elle mobilisera encore plus de monde dans les années à venir, afin de sensibiliser l’opinion publique sur les dangers que représentent l’agriculture dite « conventionnelle » et « raisonnée ».

L’entreprise Monsanto, vieille d’un siècle, est assez peu connue du grand public. Pourtant, elle contrôle chaque jour un peu plus ce qu’il y a dans nos assiettes. Ce géant de la semence transgénique et des phytosanitaire (entendez par là « poison mortel »…) pèse pas moins de 66,5 milliards de dollars et détient le monopole de l’agro-industrie dans plus de 80 pays dans le monde. Un succès qu’elle doit certainement à sa capacité à se renouveler dans diverses branches tout en restant fidèle à son cœur de métier : l’empoisonnement à grande échelle.

En 1901, Monsanto se fait connaître grâce à la production de saccharine, le plus ancien des édulcorants artificiels (E954) que l’on retrouve notamment dans le Coca-Cola. En 1960 elle découvre l’agent orange, qui servira à l’invasion américaine durant la guerre du Vietnam. Puis elle se désengage de la chimie industrielle, devenue peu rentable depuis la fin de la guerre… pour s’orienter vers l’agrochimie : en 1975, elle commercialise le Round up, un herbicide très puissant, et dans la foulée elle crée les semences GM qui vont avec, puisque ces dernières ont la particularité de résister au fameux Round up, contrairement à toutes les espèces naturelles alentours. Dans les années 80, les agriculteurs voient dans la combinaison engrais chimiques / pesticides / herbicides, la méthode miracle pour augmenter les rendements des cultures et arriver au « zéro » perte. Le Round-up est aujourd’hui le numéro 1 des pesticides vendus dans le monde et a représenté 13 milliards de dollars de chiffre d’affaire en 2012 pour la firme Monsanto. Un chiffe d’affaires exorbitant mais loin d’être optimum pour la firme. La nature est bien faite et ce n’est pas pour plaire à Monsanto, car les semences ont la capacité de germer au moins deux à trois ans après leur récoltes ; et si elles ont été bien conservées,  sept ans ou plus. Une perte de profit colossale pour la firme qui, pendant ce temps, ne vends pas de semences !

De ce fait la firme a trouvé la parade : breveter le vivant, afin d’empêcher les semences d’être réutilisées une année sur l’autre. Monsanto peut désormais poursuivre en justice quiconque réutilise les semences sans passer par la case « achat ». Pour les agriculteurs ressemer sa propre récolte est à présent interdit, ils sont contraints de racheter des semences tous les ans sous peines d’avoir à payer de lourdes amendes. Fin 2012, la firme aurait reçu 23,5 millions de dollars suite à des procès pour violation de ses brevets. Une véritable aberration mais qui ne s’arrête pas là… Dans les années 2000, la semence rendue génétiquement stérile « Terminator » était à l’étude au prétexte d’éviter la prolifération des semences transgéniques qui risquent de mettre en péril la biodiversité. Même si Monsanto affirme ne pas continuer ses recherches, la commercialisation de ces semences à usage unique lui permettrait d’avoir un contrôle total sur tous les producteurs agricoles de la planète, ce qui s’avèrerait très rentable.

La production agricole biologique, sans pesticides, avec des semences biologique ne représente, aujourd’hui, que 5% de la production agricole en France. Il est urgent de se mobiliser si nous ne voulons pas voir la production agricole et donc l’alimentation mondiale tomber définitivement sous le contrôle absolu de la firme Monsanto.

Reportage réalisé par Jérôme, Sabrina et Cédric
Article rédigé par Jennifer Cingouin


[Erratum] La marche contre Monsanto, March Against Monsanto de son nom d’origine, est née aux États-Unis grâce au mouvement des indignés « Occupy ». En France, le mouvement a démarré en 2013 avec Paris puis, Strasbourg où s’est constitué un groupe MAM Strasbourg (pour March Against Monsanto Strasbourg), un groupe citoyen formé de quelques personnes autonome qui organisent les événements pour Strasbourg avec le soutien d’associations locales comme Les Amis de la Confédération Paysanne par exemple.

(119)

A propos de l'auteur :

a écrit 12 articles sur ce site.


1 commentaire

    Laissez un commentaire

    Why ask?