“Dieudonné, sale nègre” : un journaliste de RMC estime qu’il l’a un peu cherché

article-marshall-rmcS’il y a bien une personne calomniée par la quasi totalité du PAF (le Paysage Audiovisuel Français), c’est bien Dieudonné. Il semble qu’il n’y ait aucune limite au Dieudonné-bashing. C’est la réflexion que je me suis faite en écoutant l’extrait audio qui suit. Il s’agit d’un passage à l’antenne de RMC d’un auditeur nommé Floyd, et surtout de la réponse de Alain Marshall, “journaliste” chez RMC et animateur de l’émission “Les Grandes Gueules”.

En effet, l’auditeur a le malheur de regretter les attaques violentes et racistes dont Dieudonné est la victime, notamment sur Internet, et de dénoncer le deux poids, deux mesures des autorités françaises en la matière. Et voici ce que lui répond le “journaliste” :

« Non mais, attendez, pas sûr que l’exemple de Dieudonné soit le bon, parce qu’on n’a pas à le traiter de sale nègre, mais on a envie de dire, il l’a un peu cherché aussi, parce que lui-même a été très provoquant. Rappelons qu’il a fait monter sur scène Faurisson… »

Si Dieudonné se fait traiter de “sale nègre”, c’est qu’il l’a un peu cherché. Oui, vous avez bien lu. Alain Marshall va très loin, là. Bientôt, il nous expliquera que les filles qui se font violer l’ont quand-même un peu cherché, avec leurs tenues provocantes. Non mais on va où, là ? Vous me direz que c’est pas la première fois que Dieudonné se fait traiter de nègre ; apparemment c’est interdit de le faire en général (cf. l’affaire Guerlain), mais pas en particulier : s’il s’agit de Dieudonné, c’est permis, vous pouvez y aller. Car soyez assurés qu’aucune de nos “chères” association dites anti-racistes ne lèvera le petit doigt dans cette affaire. C’est peut-être ça qu’on appelle l’exception française. Mais chui pas sûr, faudra qu’on m’explique…

Cette ambiance délétère est très inquiétante, et il est plus que jamais nécessaire de crier avec Meriem Laribi que oui, nous sommes Tous Nègres !

PS : cette insulte publique envers Dieudonné n’est malheureusement pas la première.

(416)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 943 articles sur ce site.


6 commentaires

  1. dcmpt dit :

    salut
    n’est-ce pas de l’incitation à la haine raciale, dans la mesure où l’on peut se permettre de pardonner le racisme selon certaines modalité?
    si on peut le pardonner, et qu’on le dit publiquement, n’est-ce pas comme dire aux gens “allez-y les gars, si c’est untel, lâchez-vous”?
    c’est donc bien de l’incitation à la haine raciale…

    amis dissidents de tous bords, de tous poils, personne parmi vous de qualifié en législation?
    si tel est le cas, je propose une plainte (si temps-est qu’elle soit possible) avec dommage et intérêts de 550 000 euros -c’est ce que Mr.Dieudonné doit pour racheter sa propre maison (comme vous le savez déjà probablement)…

  2. dcmpt dit :

    ps: désolé pour les fautes 😛

  3. Lisandro Dias dit :

    Pour répondre à ta question, le “journaliste” en question est Alain Marshall, l’animateur des Grandes Gueules

  4. Florian dit :

    J’avoue que je suis loin d’être d’accord avec lui, ni d’approuver tout ce qu’il a fait, mais c’est un citoyen comme les autres et il n’a pas à être inquiété pour ses opinions, ni agressé, ni menacé de mort. Deuxio, et c’est en général, il y a des manières de dire les choses: si on veut dire à quelqu’un qu’il va trop loin, on le lui dit mais posément.

    1) Il y a ce que vous êtes
    2) Il y a ce que vous voulez montrer
    3) Il y a ce que les Autres vous renvoient

    Appliqué sur chacun d’entre nous le troisième principe peut aussi nous flatter que nous blesser. Dans toutes ces histoires aussi nullardes que sont les ” polémiques racistes” on finit par ne plus savoir qui est l’insulteur de l’insulté, et à force les gens s’en lassent.

    Mais si on parle de Dieudonné, ses adversaires n’en laissent pas moins des images peu voir pas du tout ” flamboyantes”, et l’immense majorité du public ( pour ou contre Dieudonné) aura eu une idée de jusque où des zélots défenseurs de la démocratie vont pour soi-disant défendre celle-ci: l’instigation d’un néo-maccarthysme irrationnel qui reprend des méthodes dégueulasses digne des pires dictatures ( pour la délation voir l’Affaire Meriem Andalounès)

    Personne n’est gagnant quant une insulte sort de la bouche. Autant celui ou celle qui est visé(e) parce qu’il est sali publiquement, autant celui/celle qui prononce l’insulte car il/elle se dégrade tout(e) seul(e).

  5. Lovyves dit :

    Bonjour
    La liberté de penser et de paroles est, ou elle n’est pas!
    Elle est totale ou elle n’est pas !
    L’action c’est autre chose !
    En particulier l’action physique (violences).
    Qui n’a pas penser, voire dit en privé ou en public, une envie de meurtre !?
    Par contre passer à l’action c’est une autre affaire, grave, inadmissible.
    Et s’il y a des “faibles” d’esprit !?
    Qui le détermine !?
    Vous, moi, l’Etat !?
    Ceux qui pensent qu’il y a des faibles d’esprit à … 15 ans, 20 ans; alors qu’ils prennent la responsabilité de les dénoncer. Sinon c’est un discours fallacieux, pour, sous couvent d’éthique ou autres, de censurer tout ce qui ne leurs convient pas.

Laissez un commentaire

Why ask?