Syrie – Armes chimiques : le journal LeMonde atteint du syndrome du « deux poids, deux mesures »

Dans son édition du lundi 27 mai 2013, le journal LeMonde rapporte que les forces de Bachar al Assad font usage d’armes chimiques dans la région de la capitale syrienne de Damas.

Face à l’avancée décisive des troupes syriennes dans le bastion rebelle de la région de Qousseir, le rapport de force syrien semble tourner à l’avantage du régime de Bachar Al-Assad. Dans une stratégie jusqu’au-boutiste de déstabilisation de la Syrie, les forces otaniennes semblent vouloir tirer leurs dernières cartouches médiatiques afin de diaboliser le régime et inverser la tendance pour justifier une intervention « humanitaire ».

Rappelons que début mai 2013, Carla Del Ponte, membre de la Commission d’enquête internationale de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Syrie, avait déclaré que l’usage d’armes chimiques devait être imputé aux rebelles syriens.

Une déclaration aussitôt suivi d’un désaveu de ses pairs aux Nations Unies.

Le journal LeMonde adopterait-il la position du « deux poids deux mesures », en ne donnant pas le même battage médiatique entre ces deux positions ?

Le journal LeMonde est-il mieux placer pour établir les responsabilités dans ces événements qu’une grande magistrate internationale, mandatée pour réaliser de telles investigations ?

Encore une fois la mouvance otanienne fait fi du respect du droit international et s’enfonce jour après jour dans des affirmations hasardeuses pour justifier une intervention sur le territoire syrien.

En attendant, Moscou fait preuve d’une diplomatie intelligente et sortira probablement comme le grand gagnant de ce bras de fer international, en soutenant avec force le respect de la souveraineté syrienne.

(115)

A propos de l'auteur :

a écrit 92 articles sur ce site.


10 commentaires

  1. Commentaire posté par SEPH sur Agoravox :

    Une information est reprise depuis quelques heures par les agences de presse occidentale : l’armée syrienne a employé l’arme chimique contre les rebelles dans la localité de Harsata dans la banlieue de Damas.

    Or le journaliste de Fars a interrogé une source militaire syrienne qui rejette d’emblée cette nouvelle accusation :  » il s’agit d’un intox diffusé par les agences de presse occidentales . L’odeur qu’elles disent être répandue à la suite de l’usage des substances chimiques à Harsata est celle de la poudre.

    en effet, un atelier de fabrication de bombes artisanales a été visé par les forces de l’armée syrienne et une grande quantité de munition a été détruite.  » L’odeur en question peut toujours être sentie dans les localités Al-Abasseyn, Al-Ghaboun et Jobar et elle appartient effectivement aux armes et munitions explosées au cours du raid de l’armée.

    Promptes à accuser l’Etat syrien de crime contre l’humanité, les terroristes d’Al Nosra ont fait circuler un clip vidéo où des miliciens feignent l’état d’etouffement et ils sont pourtant filmés par d’autres miliciens qui eux, sont intacts bien qu’exposés en même temps que leurs frères d’armes « gazés » aux effets des supposées substances chimiques .

    Tout est fait pour trouver un prétexte pour un intervention armée de l’OTAN. Le mensonge a toujours été l’argument de l’Empire pour mèner ses guerres coloniales.

  2. Commentaire posté par Njama sur Agoravox :

    Israël a-t-il usé d’armes chimiques lors de ces derniers raids sur la banlieue de Damas ?

    Témoignage que j’ai reçu d’une amie syrienne suite à ces raids … « filmés par des rebelles » !!!

    « Je sais de la famille qui habite à Sahnaya que trois bâtiments résidentiels auteur de leur habitat sont tombé et le sien a été touché aussi.

    Ma famille à Mazeh parle de mauvaise odeur et d’un ciel jaune toute la nuit.

    J’ai un neveu qui s’est échappé bel à la mort dans le centre de recherche de Jaramaya, il n’a que 22 ans, ingénieur, conscrit depuis moins qu’un mois. Ma soeur était affolée tout comme moi. Le lendemain a pris sa voiture et partie sur place. Il n’est que blessé légèrement comme beaucoup de ses camarades.

    En tout cas, pendant quatre heures, tout Damas tremblait avec un ciel lumineuse toute la nuit. Quel horreur !

    Israël a-t-il usé d’armes chimiques … ?????

    Bien que sous-titrée en français, j’ai retranscrit le texte, car la vidéo est de source almanar, on ne peut pas la copier comme sur YouTube.
    Les raids israéliens filmés par les rebelles syriens
    Vers 1 h 45 du matin de Damas, des caméras ont été placées en prévision des raids israéliens. Une fois que les raids ont eu lieu, le caméraman commence à crier « Allah Akbar », et signe son appartenance militaire. « Allah Akbar ». La caméra est d’une haute qualité, elle est capable de prendre des photos à longues distances avec une grande clarté.
    Un simple calcul permet de déterminer l’emplacement de la caméra. 10 secondes séparent seulement la flambée de l’explosion pour parvenir à la caméra. et le temps qu’a pris le son pour parvenir à la caméra.
    Si l’on multiplie le chiffre 10 par 340 m/seconde qui est la vitesse du son, on conclut que ladite caméra a été placée à presque à 3 km et 400 m du raid.
    Des caméras de haute qualité ont été placées quelque part pour permettre de filmer les raids d’un angle ouvert.
    La haute technologie a été perçue aussi dans la diffusion des images sur Internet après leur montage de deux angles différents juste 40 minutes après le raid.
    Une fois les images diffusées, certaines chaines satellitaires arabes ont commencé à manipuler l’opinion publique.
    Sur cette chaine une personne énumère les cibles de l’attaque deux heures seulement après le raid, et avant que les autorités syriennes ne fassent une quelconque déclaration sur l’affaire.
    « Les sites bombardés sont le suivants : La brigade 105, garde républicaine. La brigade 104 à Wadi Barada. La brigade de missiles à Qassyoun. Les dépôts de munition à Qassyoun. Les bâtiments de recherches scientifiques à Jemraya. Site proche du centre de défense à Hameh. Un site proche de la 4 ème troupe dans la banlieue de Qodsaya. »

    Mais ce qui fut le plus étrange encore c’est qu’une autre personne est apparue sur une autre chaine télévisée pour reprendre la même liste des cibles.
    « Les sites qui ont été bombardés sont : La brigade 105, garde républicaine. La brigade 104. La brigade de missiles à Qassyoun. Le dépôt de munitions à Qassyoun. Le bâtiment de recherches scientifiques à Jemraya. Un site proche du centre de défense à Hameh. Un site proche de la 4 ème troupe dans la banlieue de Qodsaya. »
    De retour au premier intervenant, il semble qu’il ait été interdit de mentionner le nom d’Israël. « Nous avons des informations sûres que ce ne sont pas des raids israéliens ».
    Le second intervenant était plus franc, il a parlé d’une coordination internationale. « Des informations confirment que ces raids ont eu lieu suite à une coordination internationale. Cette coordination a eu lieu entre des forces américano-britanniques »
    Donc il s’agit d’une coordination internationale qui a planifié les raids, accompagnés d’une série d’attaques à 2 h10, juste 10 minutes après le raid à Qassyoun, ces attaques ont visé des postes de l’armée syrienne à :
    Daraya, M’adamiya, fleuve d’Aïcha, Sahnaya, Barza el Quaboun, Zamalka, Al Warawar, Yarmouk, Babella, beit Sohn, Akraba la Husseinyate, la région de Sayeda Zeinab.
    Les attaques coordonnées ont eu lieu autour de Damas. Elles ont été accompagnées d’une campagne de rumeurs diffusées par les médias arabes, occidentaux et les comités de coordination pour influer les habitants de la capitale. « J’ai une information urgente : les bombardements et les affrontements rettentissent dans la région sud de Damas, des réservoirs de produits chimiques ont été frappés à Qassyoun. Les habitants de Rouknedine souffrent d’une odeur très étrange ».
    Les rumeurs n’ont eu aucun impact, les raids n’ont détruit que les bâtiments.
    Seule la grande coordination entre les groupes armés et Israël a été une fois de plus confirmée dans cette guerre contre la Syrie.

    http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=110859&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

  3. La propagande continue sur Le Monde :

    « On ne pourra plus dire que l’on ne savait pas »

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/06/05/on-ne-pourra-plus-dire-que-l-on-ne-savait-pas_3424408_3218.html

    Lézeur-lépluçombres…

Laissez un commentaire

Why ask?