En direct sur BFM, Ruth Elkrief censure la déclaration d’allégeance de Valls à Israël

Ruth Elkrief, animatrice médiatique chez BFMTV

Ruth Elkrief, animatrice médiatique chez BFMTV

Suite aux orages de réprobation ayant détonné à l’encontre de messieurs Roland Dumas et Jean-Jacques Bourdin après la déclaration du premier concernant « l’influence juive » censée peser sur Manuel Valls, le journaliste Ronald Guintrange a jugé bon de rappeler la formule du premier ministre prononcée  lors d’une conférence filmée organisée par radio judaïca en 2011: « par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ».

 

Une citation qui ne s’est pas révélée du goût de son homologue Ruth Elkrief, qui d’emblée, coupa court au débat que la citation de cette déclaration pouvait légitimement susciter, pour donner l’injonction à son collaborateur d’embrayer sur la réaction de Manuel Valls aux propos de Roland Dumas. Selon Laurent Martin, spécialiste de l’histoire culturelle et politique de l’Occident, il existe trois régimes de censure. Le régime préventif est le plus flagrant. C’est celui de la censure a priori qui intervient avant la diffusion d’un message, afin de le court-circuiter. Laurent Martin distingue un deuxième régime de censure qu’il appelle répressif. Quand le message n’a pas été court-circuité  a priori, le régime répressif permet, a posteriori, de minimiser les « dommages » causés par sa diffusion. Enfin, Laurent Martin évoque un troisième type de censure, qu’il appelle censure structurale. Après avoir interdit l’accès au champ (régime préventif) et restreint le droit à la parole (régime répressif), la censure structurale ne s’oppose plus à la parole dissidente, mais traduit les intérêts objectifs de ceux qui sont autorisés à s’exprimer, afin qu’ils puissent se positionner au sein du groupe auquel ils appartiennent et y signifier la place qu’ils y occupent. Si Ruth Elkrief, habituée des rituels télévisés et de la communication de masse, ne tombe pas dans les pièges flagrants du régime préventif, elle nous offre dans l’extrait qui suit un parfait exemple d’application du régime répressif (pas moins de 5 coupures en 19 secondes) et de censure structurale.

 

 

wizo

Sigle de l’organisation internationale des femmes sionistes pour une société meilleure en Israël

Évoquons les éléments qui dans ce cas précis nous amènent à évoquer la censure structurale.

Ruth Elkrief n’a jamais caché son attachement décomplexé à la cause sioniste. Ainsi, le 18 octobre 2011, la Women International Zionist Organisation (WIZO – organisation internationale des femmes sionistes pour une société meilleure en Israël), pouvait se féliciter de la présence de l’animatrice à la synagogue de Neuilly-sur-Seine pour le déjeuner du soukkot (« WIZO d’ici et d’ailleurs« , janvier 2012, p.12). Sa propre famille est politiquement liée au destin d’Israël, puisque son grand-oncle Chalom Messas , grande figure du rabbinisme marocain, a été durant 25 années le grand rabbin de Jerusalem, ainsi que le président des grands tribunaux rabbiniques de la ville. Le fils de ce dernier, David Messas, fut grand-rabbin de Paris de 1994 à 2011. Dans la mesure où les fonctions exercées par ces deux hommes ne furent pas seulement religieuses mais aussi éminemment politiques, il nous paraît légitime et cohérent de les mentionner ici.

Ruth Elkrief est l’épouse de Claude Czechovski, qui fut longtemps dirigeant des activités internationales du groupe Etats-Unien Computer Sciences Corporation, très fortement suspecté par le quotidien britannique The Guardian « d’avoir aidé à organiser des vols secrets du gouvernement américain de personnes suspectes de terrorisme » et d’avoir transféré ces données vers des bases secrètes des Etats-Unis en Europe. En 2003, CSC a racheté la Dynocorp international, l’une des entreprises militaires privées parmi les plus puissantes du monde.

Par ailleurs, par décret du 11 juillet 2008, Madame Elkrief a été nommée chevalier de l’ordre national de la légion d’honneur sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Amie de 25 ans du président actuel et de son ex compagne Ségolène Royal, elle s’autorise à l’égard du premier quelques tutoiements dans la préparation d’une interview croisée avec le président de l’état d’Israël, dans laquelle elle célèbre « la lune de miel » entre la France et Israël en 2013.

NHV

Benjamin Netanyahou, François Hollande et Manuel Valls à la synagogue de la victoire le soir du dimanche 11 janvier 2015

Autant d’éléments qui peuvent permettre de saisir les raisons de la rudesse de sa réaction vis-à-vis de Ronald Guintrange, qui pensait peut-être que le vent (artificiel ?) de la liberté d’expression tant célébrée par la foule compacte et les médias de masse le 11 janvier dernier pouvait s’appliquer à tous les sujets, aussi délicats fussent-ils. C’était oublier que Benjamin Netanyahou figurait alors en pole position parmi les promoteurs de cette liberté très surveillée …

Galil Agar

 

(3740)

A propos de l'auteur :

a écrit 69 articles sur ce site.


12 commentaires

  1. vigilante99999 dit :

    Je ne vois aucune censure ici, sinon l expression d’un désaccord.

    Si le cercle des volontaires commence à utiliser les codes de la presse mainstream (titres mensongers), sa crédibilité va en prendre un coup.

    • Galil Agar dit :

      Cher « vigilante », si Ruth Elkrief n’empêche pas directement Ronald Guintrange de finir sa première phrase (manifestement, elle ne sait pas à l’avance ce qu’il va dire), elle lui coupe en revanche la parole à 5 reprises en moins de 19 secondes pour couper court au débat légitime que pouvait susciter une telle citation: 00’12/ 00’15/ 00’23/ 00’27/ 00’31. Ce qui fait en moyenne plus d’une coupure toutes les 4 secondes. Vous êtes en droit de considérer que les deux intervenants sont égaux sur ce plateau. Je ne sais pas néanmloins si Monsieur Guintrange aurait pu se permettre d’interrompre Madame Elkrief à un tel rythme, et j’émets l’hypothèse que ces interventions récurrentes de la part de cette dernière ne sont pas sans lien avec ses propres convictions, affiliations et collusions politiques. C’est en ce sens plus subtil que je me permets d’évoquer le terme de censure. Cordialement.

      • Galil Agar dit :

        Libre à vous de ne pas y « voir » de censure. Permettez-moi cependant de vous renvoyer vers l’excellent article de Laurent Martin, « Censure répressive et censure structurale : comment penser la censure dans le processus de communication ? ». Il y distingue notamment le régime préventif de censure, la censure a priori, que vous semblez prendre pour le seul régime de censure existant, et le régime répressif de censure, c’est à dire la censure a posteriori, se manifestant selon moi dans cet extrait par la performance rarement égalée des 5 coupures en 19 secondes. Je vous invite à prendre en considération ce que Monsieur Martin, en s’appuyant sur barthes, Foucault et Bourdieu, appelle la « censure structurale ». « la censure ne doit plus être seulement pensée comme le résultat de pressions directes et concrètes exercées sur les différents maillons de la chaîne de sens par les détenteurs identifiés de l’autorité d’État ou d’Église, mais comme le processus toujours et partout à l’œuvre de filtrage des opinions admises. Bien plus, cette « nouvelle censure » – qui peut renvoyer à des phénomènes très anciens – passerait moins par l’interdit jeté sur la parole dissidente que par la promotion d’une parole conforme aux intérêts des institutions et des groupes qui les dominent », écrit-il. De ce point de vue, que manifestement vous ne « voyez » pas, comme vous l’admettez vous-même, la censure répressive ici clairement pratiquée par Madame Elkrief est à observer depuis l’échelle historique de la censure structurale dont sa carrière semble être une parfaite émanation. Promotion de l’évidence de l’alliance derrière les USA durant sa couverture de la 1° guerre du Golfe au service de TF1, promotion de la « lune de miel » entre la France et l’état d’Israël pendant ses nombreuses années au service de BFM. Sur la nature éminemment plus subtile de la censure que l’écrin vieilli dans lequel vous semblez vouloir la contenir, je me permets de vous recommander encore « Langage et pouvoir symbolique » de Pierre Bourdieu, 2001; « Les médias et les illusions nécessaires » de Noam Chomsky, 1993; « La volonté de savoir », Michel Foucault, 1991. Concernant l’article de Laurent Martin précité: http://questionsdecommunication.revues.org/461 Toujours très cordialement, G.A.

    • Galil Agar dit :

      Chèr(e) « Vigilante », je vous remercie de votre commentaire, qui m’a permis de réaliser qu’il m’était nécessaire au sein même de mon article de distinguer censure préventive, censure répressive et censure structurelle (Voir les suppléments apportés à mon article depuis votre dernière lecture, ainsi que les commentaires ci-dessous). C’est désormais chose faite. Cordialement. G.A.

  2. gérard dit :

    L’État d’Israël ne se définissant en tant qu’État laïque (donc multiconfessionnel), mais en tant qu’État juif, la déclaration de Manuel Valls entrait dans le cadre de conflit d’Intérêts. En tant que Chef du Gouvernement d’un Pays dont les intérêts pourraient à n’importe que moment être en oppositions avec ceux d’Israël (ou de tout autre État), il y aurait eu alors impossibilité pour Manuel Valls d’exercer sa fonction en toute impartialité, tout comme cela l’aurait été d’un ministre de la Santé « marié » à un laboratoire pharmaceutique.
    Sa démission aurait du être exigée sur le champ.
    Les déclarations de Benjamin Netanyahu auraient du entraîner de la part du Gouvernement Français sinon le commandement de quitter le territoire pour ingérence dans ses affaires intérieures, ou du moins être l’objet d’une crise diplomatique un peu plus sérieuse que ce qu’elle n’a été.
    J’imagine par exemple un membre éminent du Gouvernement Français appelant en Israël les « cerveaux » français expatriés à revenir sous prétexte qu’ils sont nés en France et qu’ils ont bénéficié de larges facilités économiques accordées par l’État Français pour leurs formations.

    • Galil Agar dit :

      Cher gérard, vos propos me permettent de raffiner les nuances de ma propre position. Premièrement, en ce qui concerne le caractère religieux de l’Etat d’Israël (principe de la « déclaration d’indépendance » de l’état en question) et le caractère laïc de l’Etat Français (Laïcité en tant que « principe constitutionnel »). Vous avez raison de rappeler que le caractère religieux du premier pose problème. En effet, ce caractère permet à certains partisans du sionisme d’amalgamer critique envers l’état d’Israël et critique du judaïsme. Le judaïsme comprenant de nombreuses allusions à une nation antique appelée Israël, il est d’autant plus facile pour ces individus d’amlgamer cette nation antique et l’état « moderne » que nous connaissons. L’idéologue du sionisme, Theodor Herzl, semble être un acteur important de cette ambiguité, dans la mesure où il nomme l’état qu’il souhaite fonder « Judenstaat », qu’il a choisi de traduire en français par « état juif » et non « état DES juifs », comme le suggérait le titre allemand de son ouvrage. En revanche, Herzl était farouchement opposé à l’idée qu’Israël devienne une théocratie: « Finirons-nous par avoir une théocratie ? Non, vraiment. La foi nous unit, la science nous donne la liberté. […] Nous garderons nos prêtres dans l’enceinte de leurs temples de même que nous garderons notre armée professionnelle dans l’enceinte de ses casernes. » Cette confusion théologico-nationaliste est beaucoup plus récente, du moins dans l’acceptation que nous lui connaissons aujourd’hui. Elle est concomittente de la volonté d’une partie de la droite israélienne de s’appuyer sur des fondamentalistes religieux pour s’assurer un socle électoral solide. Ceci dit, même si la conception de Herzl est celle d’un état juif laïc, elle ne repose pas moins sur une acceptation ethnique du carctère « juif » du peuple ressortissant de l’état d’israël. C’est ce caractère ethnique qui pose problème. Les juifs israéliens ont peur de se faire dépasser démographiquement par les arabes israéliens. C’est pourquoi Netanyahou a fait une proposition de loi pour rappeler le caractère « juif » de l’état d’Israël. Ce caractère n’est que folkloriquement religieux, mais il est essentiellement ethnique (pour ne pas dire racial …). Valls n’a pas juré allégeance à une théocratie, mais à un état ethniciste (pour ne pas dire raciste …). Néanmoins, Valls fait sans cesse constamment l’amlgame entre les acceptations religieuse et ethnique du terme de « juif », se disant fier de porter la kippa, en guise d’assurance de la protection qu’il accorde à la communauté juive. Il exclut donc implicitement tous les Français affiliés culturellement ou par la naissance à la judéité qui ne se reconnaissent pour autant pas dans son acceptation très caricaturale de la judéité. Il se concentre sur une minorité communautariste dont je continue à penser qu’elle n’est pas représentative de l’ensemble des Français affiliés à la judéité d’une manière ou d’une autre. A mon sens, votre raisonnement fait défaut dans votre métonymie du mariage au laboratoire pharmaceutique. Valls n’est pas marié à Israël. Il est marié à Anne Gravoin. Peu m’importe l’influence qu’elle peut avoir sur son mari en privé. Ce qui m’intéresse, c’est qu’il utilise son mariage comme gage de sa « fidélité » à Israël. Valls fait comme si il était marié à israël, mais il ne l’est pas. Nous pouvons le dire autrement: Valls n’est pas marié à Israël, mais il fait comme si. Selon le sens dans lequel vous prenez la formule, votre métonymie peut paraître odieuse ou tout à fait cohérente 🙂 . Après tout, c’est lui qui amène le sujet sur la place publique. Semi publique en l’occurence, puisqu’il ne pensait certainement pas que la vidéo serait diffusée à si grande échelle. Tout le problème est là, dans la nature de cette arcane semi-publique, cet « entre nous soit dit … ». Enfin, les états font des alliances, Monsieur, cela s’appelle la diplomatie. En ce sens, Monsieur Valls a le droit de prendre publiquement position pour Israël en tant qu’homme politique et même en tant qu’homme d’état. Reste à savoir s’il promeut cette alliance dans l’intérêt de la France ou dans le sien propre. C’est sur ce point singulier qu’il a des comptes à rendre au peuple que nous constituons. Je reste persuadé que concernant cette déclaration d’allégeance, Valls n’agit ni dans l’intérêt du peuple français, ni dans celui de la portion de ce peuple affiliée à la judéité ou au judaïsme, mais qu’il agit dans ce qu’il pense être son propre intérêt, c’est à dire en direction d’une caste devant laquelle il pense lui-même nécessaire de courber l’échine pour accéder à la fonction suprême. C’est à force de se courber devant cette caste fantasmée que nos dirigeants lui donnent le pouvoir dont ils imaginent qu’il est en sa possession, et qu’elle est en mesure de le leur conférer. Voilà les quelques éléments de réflexion que m’inspire pour le moment votre commentaire. Bien cordialement. G.A.

  3. gérard dit :

    « Après tout, c’est lui [Manuel Valls] qui amène le sujet sur la place publique. »
    Effectivement tout est dans cette notion. Je ne me place d’ailleurs que sur ce terrain et celui de son « indéfectibilité »:
    « je suis lié d’une manière éternelle à la communauté juive et à Israël, quand même! ».
    J’ai réécouté plusieurs fois cette phrase pour être certain de n’avoir pas rêvé…
    Que le deuxième personnage de l’État fasse ainsi allégeance à, qu’on le veuille ou non, une puissance étrangère, c’était irresponsable compte tenu de sa fonction, et tout bonnement ahurissant, voire inquiétant.
    Qu’il exprime ponctuellement une empathie pour la politique d’Israël, il en a parfaitement le droit si elle entre dans le cadre de sa vision des intérêts de la France dont il ne faut pas oublier qu’il a la charge. Mais il ne peut le faire sous aucun autre prétexte.
    Il pourrait aussi avoir la même attitude vis à vis de la Catalogne, pourquoi pas tant qu’on y est…
    Mais nous sommes d’accord, et je connaissais l’histoire de Theodor Herzl, j’aurais plein de choses à rajouter notamment dans le fait (pas le temps de rechercher mes sources), que la religion juive interdirait tout simplement… la constitution d’un État Juif.
    Il faudrait écouter Shlomo Sand en tant que « Juif » ce qu’il pense du « peuple Juif « qui a été inventé…Mais on est hors sujet.
    Quant à Ruth Elkrief elle est l’exemple type de la journaliste/Système « indépendante ». La première fois que je l’ai écoutée, j’ai du mettre 20 secondes pour en apprécier les « talents ».
    Je redécouvre Roland Dumas. Le fait qu’il fut ami avec Jacques Vergès me l’avait rendu des plus sympathiques. Par exemple Jacques Vergès avait proposé ses services pour défendre Saddam Hussein. « On » s’était alors précipité de l’exécuter.
    Les morts ont le gros avantage de ne pas être bavards…Et ce que Saddam aurait pu nous raconter sur ses relations avec l’Occident nous aurait certainement intéressé…
    Un grand Monsieur, Jacques Vergès, il défendait les « indéfendables », certain qu’il était de ne pas trouver les coupables où le « doigt » les désignait, avec une trop grande évidence.
    La guerre d’Irak lui a donné raison.
    On nage en plein délire médiatique à la solde…, à la solde de qui d’ailleurs?
    Bonne question, quant aux réponses…
    Ce qu’il y a de gênant chez Valls (et d’ailleurs chez beaucoup d’autres) c’est qu’il ne doivent pas connaître ce que je nomme « l’extrapolation psychologique »: d’un fait, même anodin, d’une attitude même. On peut extrapoler la psychologie d’ensemble d’un individu. Valls devrait penser plus sérieusement à la rigidité qui transparaît de lui, et Hollande de tout le faux et usage de faux qu’il émane.
    Je me situe toujours hors cadre ou/et préjugé politique, j’insiste.
    Si on fait le rapprochement avec le nombre assez important de « gardiens du temple » que sont devenus Politiques & médias, on se dit tout simplement, que la vérité qui normalement devrait être un « Pays sans chemin », est sacrément emprisonnée dans des ruelles obscures.
    On se dit surtout qu’il y a de toute urgence un système de relation entre les être humains à inventer car il n’existe pas encore, on l’appellerait alors, disons au hasard, Démocratie?

    • Galil Agar dit :

      On peut le dire avec ironie, mais Ruth Elkrief est relativement talentueuse, en effet. A ce propos, je tiens à préciser que je ne cautionne pas le titre de la vidéo you tube: « réaction hystérique de Ruth Elkrief ». Je n’ai pas choisi ce titre. Le qualificatif « hystérique » est employé de manière récurrente pour disqualifier les femmes du champ politique. Je trouve cela inique en général et hors de propos dans ce cas particulier. Ruth Elkrief sait pertinemment ce qu’elle fait et pourquoi elle le fait au moment où elle le fait. Elle agit en professionnelle de la censure répressive et structurale. Ca n’a rien d’hystérique.
      Jolie métaphore de votre part sur la vérité comme « pays sans chemin » 🙂
      Si vous avez des pistes pour (ré)inventer la démocratie, lancez vous, le Cercle est (aussi) là pour ça.

      • gérard dit :

        « La vérité est un pays sans chemin », j’en ai fait pour ainsi dire mon « hymne » (quoique j’avais cette même conception bien longtemps avant par cette humble formule « rien n’est évident »), c’est de Krishnamurti, que je conseille vivement de lire.
        Quant à « (ré)inventer la Démocratie, c’est Étienne Chouard qu’il faut écouter, il a une piste, mais la 6ème République en est une aussi, une assemblée Constituante est aussi un « chemin » à envisager.
        Il ne faut fermer la porte à personne et c’est pourquoi je trouve ce site tout particulièrement intéressant.
        Par exemple, bien qu’il ne se dise pas « de gauche », cela ne me gêne absolument pas d’écouter des Personnes comme Robert Steucker qui ont une grande culture.
        [A ce sujet sur son blog il y a un gros dossier sur « Réflexions générales sur le concept d’Eurasie ». http://robertsteuckers.blogspot.fr/
        Je ne l’ai pas encore lu mais il me paraît des plus intéressants vu ce que j’ai pu lire vite fait de son analyse sur se qui se passe en Ukraine].
        La toute première notion qui mène à une véritable Démocratie, c’est la CONNAISSANCE. Disons que la « particratie » est la négation même de la connaissance, donc de la Vérité, puisque chacun est amené à défendre sa « Chapelle-Parti » avec tous les mensonges qu’inévitablement elle contient.
        Pour terminer disons que je porte le plus grand intérêt à Guy Debord, la Société du Spectacle et les situationnistes: on peut difficilement approcher plus près la « vérité ».
        A ce sujet, il y a un excellent article sur Dedefensa.org « Tout sera consommé »
        http://www.dedefensa.org/article-tout_sera_consomm__22_02_2015.html

  4. Vincent67 dit :

    En savoir plus sur les influences sionistes sur le gouvernement Hollande…

    http://youtu.be/xgCchL5s3cw

Laissez un commentaire

Why ask?