Cinéma : « Howard Zinn, une histoire populaire américaine » (29 avril 2015)

Howard Z 4Histoire d’une Amnésie Programmée

Sortie au cinéma : mercredi 29 avril 2015
Voir les salles

Que penseriez-vous si je vous disais qu’il suffit d’un livre, de quelques photos, d’une caméra et d’un conteur chevronné, pour (ré)-écrire l’Histoire ?

C’est l’aventure que proposent Olivier Azam et Daniel Mermet, co-réalisateurs du film documentaire « Howard Zinn, une histoire populaire américaine » dont la première partie « Du pain et des roses » sort en salle ce mercredi 29 avril.

Derrière cette fable de lapin et de chasseur, se trouve en fait, un compte de mémoire, de pouvoir et d’humanité.

Portée par la perspective d’écrire ma première critique de film, je suis allée assister à cette avant-première sans savoir ce qui m’attendait. J’en suis sortie éclairée sur l’ampleur de mon ignorance; ce film a levé un bout du voile de la confusion qui brouillait mes pensées, me rappelant que le cinéma trouve ses lettres de noblesse lorsqu’il dépasse le simple divertissement pour mettre en lumière une autre vérité que celle dont on nous aveugle à chaque instant.

C’est au travers de la vie et du livre d’Howard Zinn (1922-2010) que nous voyageons dans le temps pour visiter l’Histoire du peuple américain. Des photos d’époque aux images vidéo, nous suivons le parcours inspiré d’un homme simple et touchant, au sourire bienveillant. Issu d’une famille juive du milieu ouvrier, Howard Zinn sera lieutenant dans l’armée lors de la seconde guerre mondiale. Il en reviendra résolument pacifiste et militant de la désobéissance civile. Il deviendra alors l’historien hors du commun, qui a changé le regard des américains sur eux-même, avec son livre « Une histoire populaire des Etats-Unis » publié en 1980. Ce livre a rencontré un franc succès outre Atlantique: 2 millions d’exemplaires vendus dont 1 million depuis 2003…on pourrait se prendre à rêver qu’advienne un jour le sacre de la vérité et qu’il suffise à transformer le traité transatlantique en un traité de liberté, une clef de paix!

Quand Abraham Lincoln (1809-1865), 16éme président des États-Unis, disait du travail salarié qu’il était une atteinte à l’intégrité humaine, cela nous rappelle qu’un autre monde existait avant, un autre monde à ré-inventer. Avant quoi, me direz-vous ? Si ce sont les gagnants qui écrivent l’Histoire … qu’ont-ils besoin de nous faire croire ? Ou plutôt  que cherchent-ils à nous faire oublier ! Voilà ce à quoi le film répond.

Révolution, révolution agricole, révolution industrielle … la lutte des classes a été plus forte encore aux États-Unis qu’en Europe. Même les enfants y étaient fusillés. Effectivement, le « jeune pouvoir » des premières « grosses fortunes du capital » y a opéré une répression sans pitié afin que les opprimés jamais, jamais, jamais ne puissent croire « que la révolution, ça pouvait marcher ».

De l’esclavagisme au prolétariat, comment s’est opérée la démocratisation de l’exploitation de l’Homme par l’Homme ? 99 % d’exploités pour 1 % de grosses fortunes: quand, comment, où, pourquoi le système capitaliste a t-il émergé ?

Révision du cours de l’Histoire et sortie ciné, un 2 en 1 réussi pour « du pain et des roses » la première partie d’une trilogie annoncée … à suivre donc.

Pour moi le voyage dans le temps a d’ores et déjà commencé. Je rattrape mes lacunes en histoire et cherche dans le passé, les indices d’une mémoire collective à retrouver.

Sarah Trabelsi-Dridi

(281)

A propos de l'auteur :

a écrit 1 articles sur ce site.


3 commentaires

  1. Jean dit :

    Merci pour l’info 😉

    • Sarah Trabelsi-Dridi dit :

      Avec Joie Jean 🙂
      l’info relie celles et ceux qui se ressemblent
      et rassemble celles et ceux qui se relient.
      Merci à toi, aussi
      Sarah

Laissez un commentaire

Why ask?