Entretien avec Christophe Oberlin, à propos de son livre sur la notion de « race(s) »

Christophe-Oberlin-600Suite à la lecture de son dernier livre, « Quelle est la blancheur de vos blancs et la noirceur de vos noirs ? », nous avons souhaité nous entretenir avec Christophe Oberlin. Ensemble, nous revenons sur la notion de race(s) ; et le professeur bat en brèche les arguments des « néo-racialistes », sur une base strictement scientifique.

Au moment de l’enregistrement de cet entretien, Christophe Oberlin revenait de Gaza, pendant que la Flottille pour la Liberté III tentait de rompre de le blocus imposé par Israël. Nous faisons un point sur la situation sur place, et sur les plaintes en cours contre Israël auprès de la Cour Pénale Internationale.

Raphaël Berland

(245)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 843 articles sur ce site.


10 commentaires

  1. Bertrand dit :

    J’ai visionné la partie sur les races, je ne suis pas du tout d’accord avec M. Oberlin.

    En effet je pense que moi qui suis tout blanc, et le parrain de ma fille qui est tout noir, ne sommes pas de la même race.

    Maintenant je comprends qu’il serait sans doute compliqué de mener une étude scientifique qui dise concrètement de quelle race je suis, et de quelle race est le parrain de ma fille, c’est la classification dont parle M Oberlain.

    Sans parler des métisses.

    Mais le dogme de la non-existence des races me semble être une béquille intellectuelle destinée aux matérialistes pour que dans tous les cas ils puissent être convaincus qu’ils ne sont pas racistes, puisque les races n’existent pas héhéhé.

    • En fait, ce n’est pas ce que vous pensez ou non qui importe en l’occurrence, mais la définition de ce qu’est une race, et le fait de savoir si, selon cette définition, il y a une ou plusieurs races humaines. Et le livre de Christophe Oberlin (que je vous recommande chaleureusement de lire) démontre clairement qu’il n’y a qu’une seule race humaine. Après, si vous changez la définition du mot « race », ceci est une autre histoire…

      La « non-existence des races » n’est pas un dogme, c’est une théorie, et d’un point de vue scientifique, c’est un théorie vérifiable et vérifiée.

      • Hydro dit :

        Raison pour laquelle il y a de ça une vingtaine d’année on ne parlait plus de race mais d’espèce humaine.
        Il existe une espèce humaine se déclinant en plusieurs races. (Caucasien, africain, asiatique, aborigène, inuit, mongols, etc, etc…)
        Du coup définir les races semble être plutôt délicat et périlleux comme entreprise. Le risque de se méprendre est très important.
        Surtout lorsqu’on sait que l’école de Francfort en 1920/1930 s’est servi de ce concept pour faire monter les tensions entre les peuples européens car la guerre était nécessaire à l’oligarchie pour servir ses intérêts.
        https://infomirroir.wordpress.com/2015/07/25/notre-declin-culturel-est-le-parfait-reflet-du-programme-de-lecole-de-francfort/

      • « l existe une espèce humaine se déclinant en plusieurs races. (Caucasien, africain, asiatique, aborigène, inuit, mongols, etc, etc…) »

        C’est faux, et Christophe Oberlin le démontre dans son ouvrage.

    • Ksiq dit :

      Mais ouais c’est fou les gars n’ont pas les ressources pour comprendre que le mot race n’est pertinent que pour la sélection humaine sur les animaux. Ce dont ils parlent, ce sont les phénotypes, et leurs contours si flous. Mais vous me direz avec l’expansion médiatique d’une certaine pensée mettant en avant l’animalité des autres par rapport à l’élection des uns il est normal que les victimes de cette classification l’intègrent, comme certains esclaves et autres serfs intégraient leur statut d’asservissement.

  2. Tutu dit :

    Racisme et antiracisme sont les deux facettes idéologiques des mêmes intérêts, ceux de la classe dominante.

    L’antiracisme est le socialisme des imbéciles.

    La science vient au secours de cette nouvelle idéologie, ne reflétant que les turpitudes de son époque.

    Vouloir prouver l’existence ou l’inexistence des races par la science est absurde. La science du XIX° siècle nous expliquait qu’il existait non seulement des races, mais aussi une hiérarchie entre elles, ceci par différents moyens de comparaison anatomique. Celle de la fin du XX° nous bassine avec des comparaisons génétiques pour nous expliquer le contraire. Qui sait ce que nous racontera celle de la fin du XXI° siècle ? Il nous faut la naïveté d’un Albert Jacquard, toujours convaincu d’être du côté des gentils et du bon droit, pour tenter de bloquer toute pensée par des arguments qui se veulent objectifs, mais qui ne tiennent pas la route plus de cinquante ans (soyons larges).

    Nier les différences raciales, c’est refuser de voir le bout de son nez. Elles existent et c’est une bonne chose, la diversité est une richesse. Par contre, fonder des idéologies sur ces différences est aussi idiot que théoriser sur les hommes à pieds plats ou cambrés …, et c’est aussi mortifère.
    http://democratisme.over-blog.com/article-racisme-antiracisme-118182028.html

Laissez un commentaire

Why ask?