Premier Colloque du Comité Orwell : quand des journalistes remettent en question la qualité du travail des médias

natacha-polony-comite-orwell-600Ne loupez pas le rendez-vous !

Ce Samedi après-midi (de 14h à 17h30, à l’IPAG de Paris), se tiendra un Colloque intitulé : « Terrorisme, Europe et immigration : les médias sont-ils à la hauteur des enjeux ? ». Colloque organisé par le Comité Orwell.

Pour s’inscrire s’il reste des places, c’est ici (inscription en deux étapes).

Une conférence pour débattre de la qualité du travail journalistique ne pouvait qu’attirer notre attention !

Un colloque pour s’interroger sur la qualité de nos médias

Voilà bien une démarche salutaire que de s’interroger (comme le fit avec brio Serge Halimi dans son très bon documentaire « Les nouveaux chiens de garde ») sur la qualité du travail des médias français.

Natacha Polony, présidente et co-fondatrice du Comité Orwell, explique ici l’objectif de ce colloque :

Beaucoup de promesses et d’attentes donc !

Le Comité Orwell, qu’est ce que c’est ?

Créé le 29 mai dernier, le Comité Orwell est un collectif de journalistes se donnant comme ambition « de faire entendre une voix différente dans un paysage médiatique trop uniforme » avec comme responsabilité de « défendre la liberté d’expression et le pluralisme des idées ».

De très louables ambitions donc ! Ambitions qu’il faudra naturellement concrétiser pour ne pas tomber dans les travers de tant d’autres médias qui ont prétendu faire la même chose par le passé, avant de succomber aux sirènes de la doxa médiatique et de regagner les rangs.

Reste qu’il s’agit d’un collectif essentiellement constitué de jeunes journalistes dont certains, que j’ai eu la chance de rencontrer, ne sont à l’évidence pas dans le moule imposé par les grandes rédactions.

Je reconnais avoir été agréablement surpris de constater que plusieurs d’entre-eux avaient une bonne connaissance des médias alternatifs comme le nôtre.

Deux points de vigilance

J’apprécie Natacha Polony pour sa ligne souverainiste et sa manière de traiter ses sujets avec humanité et sincérité. Toutefois, pour la journaliste, la position pourrait vite prendre des allures d’équilibriste !

Extrait de l’à propos du site du Comité Orwell : « Comme dans 1984, la captation des grands médias par des groupes d’intérêts économiques et politiques a conduit au contrôle de l’information et à la marginalisation de toutes pensées alternatives »

Bien connue des auditeurs d’Europe 1 pour sa rubrique matinale et des lecteurs du Figaro, Natacha Polony travaille donc respectivement pour Arnaud Lagardère (propriétaire du Groupe Lagardère à qui appartient Europe 1) et Serge Dassault (propriétaire du Groupe lui-aussi éponyme à qui appartient Le Figaro), ceux-là même que dénonce le Comité Orwell.

Plus ironique encore, eu égard au thème de la conférence, Arnaud Lagardère est l’héritier de Jean-Luc Lagardère, qui dirigea Matra, devenue MBDA, le premier fabricant de missile européen.

Dassault étant quant à lui le fabricant des fameux « Rafale » vendus en grande pompe à l’Arabie Saoudite. Arabie Saoudite qu’Alain Juillet (ancien Directeur du Renseignement de la DGSE) accuse d’avoir fomenté un pseudo soulèvement populaire en Syrie pour renverser Bachar Al Assad aboutissant à la situation que l’on connait.

Dassault, MBDA, 2 sociétés qui ne sont donc pas sans lien avec le drame libyen actuel.

Comment ne pas faire le rapprochement entre la guerre en Libye et l’essor du terrorisme dans le sud Sahel ? Comment ne pas faire le lien entre ces ingérences et les terribles exodes de population en Afrique ?

Autre point de vigilance, l’une des motivations exposées par Natacha Polony lors du lancement du Comité :

Extrait : « Cela a eu un effet pervers: puisque les réseaux sociaux devenaient le lieu d’une vérité qui ne pouvait s’exprimer ailleurs car interdite dans les médias traditionnels, certains ont commencé à croire que cette vérité ne serait jamais présente dans ces médias et ne pourrait donc être trouvée que sur internet et sur les autres médias alternatifs. Le complotisme est ainsi une des conséquences du naufrage médiatique du 29 mai 2005. La façon dont une partie des Français a cessé de croire en la parole journalistique devrait nous inquiéter profondément. Il s’agit donc pour nous d’œuvrer pour la reconquête d’une forme de crédibilité » (source : LeFigaro).

Il faudra donc veiller à ce que la démarche soit bien de « ré-informer » les français et non de ramener dans le giron des médias traditionnels, toutes les brebis égarées… tous ces français à qui l’on a trop menti !

« Nous sommes la France »

C’est avec cette phrase qui claque comme un slogan (un an tout juste après l’attentat de Charlie Hebdo) que Natacha Polony titre son dernier ouvrage.

La journaliste ose y redéfinir le fameux « point Godwin » en s’opposant aux « spécialistes de l’anathème » qui trouvent toujours « l’occasion rêvée de bannir et le mot et l’idée ».

Et affirme rejoindre les rangs de ceux qui « refusent d’être assignés à résidence idéologique, en ont assez qu’on prétende leur interdire de voir ce qu’ils voient, mais qui n’ont pas sombré pour autant dans une quelconque haine, dans un rejet de quiconque ».

Le Cercle se reconnait évidemment dans ces propos et aspire à être le porte-voix de cette « majorité silencieuse », qui aujourd’hui ose prendre la parole et lancer les débats.

Nous serons donc présents samedi à ce colloque pour vérifier si les promesses seront tenues ! 😉 Et comme toujours nous serons là pour créer des passerelles, avec vigilance !

Nico Las (TDH)

(150)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 739 articles sur ce site.


8 commentaires

  1. kkun dit :

    Que ce comité aborde au moins les thèmes suivants lors du colloque et face son mea culpa, après peut être…

    – 2005 UE campagne goebelsienne
    – dieudonné chasse a l’homme 2003-2015 avec en point d’orgue le répugnant mois de janvier 2014, tous journalistes à l’unisson
    – l’ensemble des une « jesuischarlie » en janvier sans aucun recul, et ça continue
    – la mise à mort mediatique de assad pour cette histoire d’attaque au gaz sans recul et sur la base d’informations non confirmées
    – le poutine bashing et le cas de ukraine
    – les cas lybie kadhaffi et irak hussein dictateurs sanguinaires toussa toussa
    – la question de fond des aides et subventions étatiques aux media ; que polony plaide la suppression pure et simple, par principe déontologique

    Il y a mille exemples.
    Le plus croustillant est la collusion entre politiciens et journalistes en tant que ‘système intégré’: il n’y a pas de 4eme pouvoir en France.

    Je n’ai pas confiance en la capacité du corps des journalistes professionnels français à faire leur mutation intellectuelle et déontologique, désolé.

    • kkun dit :

      remarque complémentaire et de fond, importante à mes yeux :

      si polony (et le cercle des volontaires) entend que donner la voix aux souverainistes ou que sais, par conviction personnelle, est un progrès journalistique, elle est bien à côté de la plaque.

      Un journaliste, ça ne donne pas la voix à x ou y par conviction.
      Ca relaie de l’information de la manière la plus impartiale possible, ça ne censure rien au nom de rien, ca plaide la diversité des analyses et des points de vue et ceci au seul nom du journalisme comme métier et rôle démocratique non négligeable, et non pas au nom de convictions partisanes.

      Autre chose : ce colloque pour avoir une vraie valeur ne doit pas comporter plus de 50% de journalistes et affidés, car eux ne savent pas s’auto critiquer et s’épargnent comme « corps de métier ».

      • La remarque concernant le souverainisme n’engage que l’auteur de cet article, et non le Cercle des Volontaires. Le Cercle est pour la souveraineté du peuple, mais se méfie de toutes les idéologies en « isme », quelles qu’elles soient.

      • jim dit :

        Vous voulez dire Raphael que vous êtes à fond pour le souverainisme populaire???

        Je rigole 🙂

        ps. Après infos et réflexions, ce comité de clones pue grave la non issue et le non progrès pour le peuple Français, celui qui conchie les journalistes de profession, à 80% tout de même…

  2. moonwolf dit :

    D’accord avec Raphaël a propos de la souveraineté… les mots en « isme » sont des apories de langage abusive… une mode sans idées structuré en amont…
    « isme » ou « iste »en fin de mot signifie:  » pratiquant ou qui pratique »… je vous laisse apprécier les combinaisons…et leurs réalités objective!!!
    pour le comité Orwell, je reste méfiant… trop de journaleux autorisés tout seuls auront du mal a se fustiger vraiment, il aurait fallu au moins 50% de non journalistes dans cette assemblée…
    n’ayant pas pu m’inscrire pour y jeter un œil le cercle sera a titre personnel mon regard….
    beaucoup de boulot en perspective a l’horizon…

  3. sami dit :

    Cette polonie me fait rire avec son projet de journaliste indépendant.Pour reconnaitre un vrai journaliste demandons son avis sur le 11 septembre 2001.

  4. lavie dit :

    Et bien si cela est aussi prometteur que Mme POLONY nous l’explique, je pense qu’elle ne restera pas longtemps dans les médias de propagande. Bon courage a elle. je ne partage pas tout avec Mme POLONY mais je respecte sa détermination a vouloir être indépendante.

Laissez un commentaire

Why ask?