Politique étrangère : Emmanuel veut mettre fin au « néoconservatisme importé en France depuis dix ans »

Emmanuel Macron - néoconservatismeLe 21 juin dernier à Bruxelles, Emmanuel Macron a accordé un entretien à huit journaux européens (dont Le Figaro), à propos de la politique étrangère qu’il souhaite impulser pour la France.

Bien qu’ayant été relativement peu remarqués, tant des médias mainstream qu’alternatifs, certains de ses propos sont pourtant très étonnants, et expriment un fort désaveu de l’action de ses deux prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

« Avec moi, ce sera la fin d’une forme de néoconservatisme importée en France depuis dix ans. La démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples. La France n’a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. »

La fin du virage néoconservateur, rien de moins que cela !

Nous n’osions espérer cela, venant de ce président. Alors, bien sûr, ce ne sont pour l’instant que des paroles, et seuls les actes comptent réellement, en la matière. Mais tout de même : quelle mouche a piqué Macron ?

« C’est l’erreur que nous avons collectivement commise. Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime ! »

Alors là, c’est le pompon ! L’avenir nous dira si cela permettra de trouver une issue diplomatique plus facilement… Certains observateurs ont remarqué que, s’il veut rompre avec la politique étrangère en vigueur aujourd’hui, le nouveau président va probablement devoir changer de nombreuses « têtes » à des postes clefs, au quai d’Orsay et dans les renseignements, car ces postes sont actuellement occupés par des esprits tout acquis à l’idéologie néoconservatrice.

D’autres également sont impatients de découvrir comment Emmanuel Macron réagira la prochaine fois que des « preuves » seront présentées à propos d’une soi-disant « attaque chimique perpétrée par le régime de Damas ». Ce sera probablement là l’un des premiers tests, d’autant que les présidents français et américains viennent d’annoncer ce mardi qu’en cas d’attaque chimique en Syrie, ils voulaient une réponse commune ; le même jour, le Pentagone a fait courir le bruit que le gouvernement syrien était sur le point de perpétrer une telle attaque chimique.

« Wait & See »*, comme disent nos amis anglais…

Raphaël Berland


(*) Attendons de voir

(731)

A propos de l'auteur :

Je suis Webmaster depuis 1998, et producteur de musique reggae (Black Marianne Riddim). Je suis un grand curieux, je m’intéresse à beaucoup de sujets (politique, géopolitique, histoire des religions, origines de nos civilisations, …), ce qui m’amène à être plutôt inquiet vis-à-vis du Choc des Civilisations que nos dirigeants tentent de nous imposer.

a écrit 778 articles sur ce site.


3 commentaires

  1. « Les experts de l’ONU confirment l’utilisation de sarin à Khan Cheikhoun, en Syrie, en avril » (LeMonde)

    L’ONU et l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques doivent désormais dire, sur la base de ce rapport, si les forces du régime syrien sont responsables du bombardement chimique de la localité.

    http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/06/30/les-experts-de-l-onu-confirment-l-utilisation-de-sarin-sur-khan-cheikhoun-en-avril_5153497_1618247.html

  2. Emmanuel Macron, l’homme qui dit tout et surtout son contraire…

    « Emmanuel Macron confirme le soutien de la France à l’opposition syrienne et élude la question Assad »

    Après avoir semé le trouble dans l’opposition syrienne en évoquant l’absence d’alternative au président syrien Bachar el-Assad, le président français a confirmé le soutien de Paris aux opposants au gouvernement syrien.

    https://francais.rt.com/international/40584-emmanuel-macron-confirme-soutien-france-opposition-syrienne-elude-question-assad

  3. Demaria dit :

    Est-ce par pragmatisme ou par conviction personnelle qu’il parle ainsi des conflits que nous avons menés à l’extérieur ? Dans les deux cas le résultat est le même : cela fait du bien à entendre. Et espérons qu’il ne sera pas « intoxiqué » par l’info occidentale officielle ? Ceux qui connaissent la Syrie et des Syriens de diverses origines et religions savent déjà que nous avons subi depuis le début de cette guerre une véritable propagande mensongère.

Laissez un commentaire

Why ask?