Venezuela : Nouvel attentat contre le TSJ, tentative de coup d’état

tribunal suprême justice oscar perez coup d'état venezuela intérieur instagram maduro

Oscar Perez et son commando, lisant la déclaration publiée sur son compte instagram simultanément à l’attaque du TSJ et du ministère de l’intérieur

Hier, Mercredi 28 juin 2017, Oscar Perez, un policier d’élite, a lancé 4 grenades contre le Tribunal Suprême de Justice (TSJ) du Venezuela à Caracas depuis un hélicoptère. Il a également tiré une quinzaine de coups de feu sur le ministère de l’intérieur. A priori, les attaques n’auraient fait aucune victime.

Voilà quelques jours, nous publiions justement un article concernant la montée en puissance des violences au Venezuela. Le TSJ a déjà été pris pour cible le 13 juin dernier par des individus cagoulés. Il représente selon les opposants la négation du pouvoir du parlement d’opposition. Plusieurs mesures prises par le parlement y auraient été annulées.

A de nombreuses reprises ces dernières années, le président Nicolas Maduro a mis le monde en garde contre l’imminence d’un coup d’état au Venezuela.

Oscar Perez, policier d’élite et acteur à la tête du commando

350 libertad oscar perez maduro hélicoptère maduro tribunal suprême justice intérieur

Du haut d’un hélicoptère volé à la police scientifique, Perez a fait brandir une banderole indiquant « 350 Libertad », en référence à l’article 350 de la constitution qui incite à la destitution du président en cas de non respect du peuple par le gouvernement

Oscar Perez a mené l’opération depuis un hélicoptère de la police scientifique, dont il est lui-même un employé. Il est notamment connu au Venezuela pour avoir joué son propre rôle dans un film d’action inspiré de faits réels en 2015 : La mort suspendue.

Simultanément à ces opérations, Perez publiait via son compte instagram sa profession de foi en plusieurs vidéos tournées au préalable en compagnie d’hommes cagoulés. Perez y dit lutter « contre l’impunité du gouvernement, la tyrannie ». Il y déclare :

« Président Maduro, nous exigeons que tu démissionnes immédiatement (…) et que des élections générales soient convoquées ».

Dans ses vidéos, Perez appelle les partisans de l’opposition à profiter de son action pour sortir dans les rues et prendre le pouvoir par la force. Cette seconde partie de son plan n’a pas fonctionné, la mobilisation escomptée n’a pas eu lieu.

Rumeurs de mise en scène

Maduro a appelé l’opposition majoritaire à l’assemblée nationale à « condamner résolument ces événements et à se distinguer de la violence ». Le président de l’assemblée nationale Julio Borges a mis en doute la véracité de cet attentat en déclarant :

« Nous allons analyser tout ce qui s’est passé. Des gens disent que c’est un piège, d’autres assurent que c’est vrai. Quoi qu’il en soit, tout indique la même chose: la situation est insoutenable au Venezuela. »

Le correspondant du Wall Street Journal au Venezuela a relayé la rumeur de mise en scène lancée par l’opposition en postant sur son compte Twitter :

« Beaucoup croient que la supposée attaque d’hélicoptère est une mise en scène de Maduro pour distraire du réel objectif ».

Escalade supplémentaire dans les tensions au Venezuela

Mercredi soir, ni l’hélicoptère, ni Oscar Perez n’avaient été retrouvés. Cet attentat intervient dans un contexte particulièrement tendu au Venezuela. Maduro propose une constituante alors que l’opposition réclame des élections, jusqu’ici repoussées par le gouvernement. Maduro déclarait la veille des événements que :

« Si le Venezuela plongeait dans le chaos et la violence, nous irons au combat (…) Ce qui n’aura pas pu se faire par les votes, nous le ferons avec les armes ».

L’opposition appelle toujours à des manifestations, tandis que les pro-Maduro se rassemblent régulièrement pour soutenir le gouvernement. Les confrontations ont fait au moins 76 morts.

Galil Agar

(671)

A propos de l'auteur :

Bonjour, je m'intéresse à la philosophie, à la religion, à la littérature et à l'économie. Mes recherches et mes articles au sein du Cercle sont souvent orientés vers les sentiers jalonnant dans un même mouvement ces différents domaines par le truchement de l'Histoire. Je lutte à ma manière contre ce que Jean-Claude Michéa appelle "l'enseignement de l'ignorance". Je considère que chaque prise de conscience poussant un esprit à s'émanciper du flux continu de l'immédiateté et de la banalité pour s'interroger sincèrement sur ses déterminations historiques, psychologiques et spirituelles est un pas de plus vers la victoire. Je pense que le journalisme citoyen peut être un instrument d'envergure dans ce combat, à condition de redonner au terme de "journalisme" la dignité qu'en exigeait l'écrivain George Orwell: "Le journalisme, c'est publier quelque chose que quelqu'un ne voudrait pas voir publié. Tout le reste relève des relations publiques".

a écrit 69 articles sur ce site.


Laissez un commentaire

Why ask?